Togo/ Les journalistes s’engagent dans la lutte contre l’épizootie H5N1

Togo/ Les journalistes s’engagent dans la lutte contre l’épizootie H5N1

SHARE
Les journalistes s’engagent dans la lutte contre le virus H5N1 de la grippe aviaire au Togo
Les journalistes s’engagent dans la lutte contre le virus H5N1 de la grippe aviaire au Togo
image_pdfimage_print

Les journalistes s’engagent dans la lutte contre le virus H5N1 de la grippe aviaire au Togo. Ils sont en effet une trentaine de professionnels de médias à prendre part ce mardi 04 octobre à un atelier de formation sur les bonnes stratégies de communication pour une meilleure sensibilisation de la population contre la grippe aviaire qui a refait surface il y a quelques semaines dans le pays.

formation-sur-la-santeC’est une rencontre organisée par l’association « Presse contre la Grippe Aviaire » (PREGA) en collaboration avec le Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de l’Hydraulique. Le coordonnateur de la PREGA, Ambroise Kpondzo explique que cette formation permettra aux journalistes d’identifier les meilleures stratégies pour une meilleure sensibilisation des populations face à cette maladie.

« En 2008, la PREGA a été créée pour accompagner le Gouvernement dans la riposte contre la grippe aviaire, une riposte qui a été prompte et efficace. Huit ans après, avec la réapparition de l’épizootie en août dernier, nous avons jugé de rebondir à travers cette formation pour informer les journalistes sur cette maladie, ses origines et ses conséquences sur la santé et l’économie », a indiqué Ambroise Kpondzo qui ajoute qu’aujourd’hui, avec les efforts du gouvernement pour maîtriser la maladie, il appartient aux journalistes de rassurer les consommateurs, les éleveurs et la population qu’il n’y a pas de crainte dans la consommation de la viande de volailles.

Depuis le mois d’août dernier, le virus du type H5N1 de la grippe aviaire a refait son apparition dans deux foyers avicoles de Lomé à savoir Adétikopé et Adidogomé. Tout est parti du constat d’une mortalité importante de volailles dans ces fermes qui a déclenché une mobilisation des techniciens des ministères en charge de l’élevage et de la santé, avec une assistance technique des partenaires dont la FAO et l’OMS.

A ce jour, la situation est sous contrôle et selon le Directeur de l’élevage Komlan Batawi, il n’y a pas d’inquiétude à se faire dans la consommation de la viande de volailles. Actuellement, le Togo est cependant dans une démarche de surveillance active sur le terrain. « Nos équipes sont sur le terrain pour continuer de faire les sensibilisations et des prélèvements. Les résultats sont toujours négatifs et la population peut sans crainte, manger la viande de volailles », a-t-il rassuré.

Les autorités ambitionnent également procéder à la réalisation d’un fichier de tous les centres avicoles du pays pour le contrôle de tous les acteurs qui s’investissent dans la promotion de cette filière.

Pour rappel, la grippe aviaire est une maladie infectieuse d’origine virale affectant les oiseaux et les volailles. Le sous-type A (H5N1), un virus hautement pathogène,  a infecté pour la première fois des êtres humains en 1997, selon l’OMS.

David SOKLOU