Togo : L’opposition annonce de nouvelles manifestations dès la semaine prochaine

Togo : L’opposition annonce de nouvelles manifestations dès la semaine prochaine

SHARE
Des manifestations de l’opposition à Lomé (archives)
Des manifestations de l’opposition à Lomé (archives)
image_pdfimage_print

Alors que le dialogue politique inter-togolais reste suspendu depuis le 23 Mars dernier, la coalition des 14 partis de l’opposition joue la carte de la mobilisation et annonce la reprise des manifestations de rue à compter de la semaine prochaine à Lomé et dans plusieurs localités de l’intérieur du pays.

Reçu ce jeudi sur la radio Nana Fm, le conseiller du chef de file de l’opposition, Eric Dupuy a indiqué que la lettre d’information annonçant les prochaines marches a été déjà envoyé à l’autorité publique notamment le Ministre Payadowa Boukpessi en charge de l’administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales.

Lors de leurs meetings de la semaine dernière, les responsables de la coalition avaient en effet déclaré que manifestations n’étaient pas abandonnées de même que leurs revendications politiques qui portent essentiellement sur le retour à la Constitution originelle de 1992, le vote des togolais de l’étranger, la révision du cadre électoral et la libération des détenus politiques entre autres.

L’heure n’est donc pas au repos au sein de la coalition pour qui l’alternance politique est toujours à portée de main même si aux yeux de plusieurs observateurs de la scène politique togolaise, la lutte a un peu faibli au regard de ce que ces derniers temps, les tentatives de manifestation de l’opposition se sont soldées par un échec à cause d’un manque de consensus avec l’autorité publique au sujet des itinéraires.

Le Togo est toujours dans l’attente de la reprise du dialogue entre les acteurs politiques. Ceux qui étaient optimistes quant à une heureuse et rapide issue de la crise sociopolitique commencent par se poser des questions de savoir si réellement la classe politique togolaise a envie que les choses évoluent, tant les positions des deux camps (pouvoir et opposition) restent toujours tranchées.

Du côté de la facilitation ghanéenne qui mène des consultations bilatérales, l’espoir d’une sortie de crise est toujours possible, et il n’est pas question d’abandonner les efforts visant à concilier les positions.

Il faut préciser qu’en juin prochain, il est attendu des facilitateurs ghanéen Nana Akufo-Addo et guinéen Alpha Condé à la prochaine session des Chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO, des recommandations pour une issue définitive de la crise togolaise.

David SOKLOU