Togo/ L’opposition annonce son retour dans les rues pour de nouvelles manifestations

Togo/ L’opposition annonce son retour dans les rues pour de nouvelles manifestations

SHARE
Des militants de l’opposition lors d’une marche à Lomé (archives)
Des militants de l’opposition lors d’une marche à Lomé (archives)
image_pdfimage_print

La coalition des 14 partis de l’opposition se délie de son engagement à geler ses manifestations. Les leaders de la coalition et leurs militants seront en effet dans les rues la semaine prochaine notamment les 13, 14, 15 et 17 Mars prochains. L’annonce a été faite ce mardi par la coordinatrice de la Coalition, Mme Brigitte Kafui Adjamagbo Johnson dans une émission sur une radio de la place.

Déjà dans un communiqué publié lundi 05 mars, la coalition avait menacé de reprendre les marches, en demandant aux populations de se tenir prêtes et à être à l’écoute de ses prochains mots d’ordre.

La Coalition explique que cette reprise des manifestations publiques a pour origine, deux motivations : Il s’agit de protester contre la poursuite “unilatérale” du processus électoral par le Gouvernement et contre les évènements de Kparatao (village de Tikpi Atchadam, leader du PNP, parti membre de la coalition) dont les informations font état de ce que dans la nuit du samedi 24 au Dimanche 25 Février, des militaires auraient passé à tabac, les populations de ce village.

« C’est avec consternation que la coalition a appris, que dans la nuit du samedi 24 au dimanche 25 février, des militaires ont passé à tabac les populations de Kparatao, village d’origine du Président du PNP, une attitude contraire à l’esprit d’apaisement souhaité par tous. Pire, le jeudi 1er mars, le Pouvoir nomme les Présidents des CELI (Commission Électorale Locale Indépendante), montrant ainsi, par cet acte, sa volonté de continuer à conduire de manière solitaire et unilatérale le processus électoral, malgré la demande contraire émise par le dialogue », indique le communiqué de la Coalition qui ajoute que « cette posture du gouvernement constitue une rupture flagrante et inacceptable avec les engagements pris par le régime dans le cadre des mesures d’apaisement ».

Selon Mme Mme Brigitte Adjamagbo-Johnson, les manifestations de la semaine prochaine sont organisées pour « dire au régime que ça suffit ».

Il faut rappeler que le pouvoir et l’opposition avaient décidé de suspendre les manifestations, jusqu’à la fin des discussions du dialogue politique en cours dans le pays sous la houlette du Président ghanéen, Nana Akufo-Addo. Ce mardi, l’on apprend d’ailleurs que sur invitation du dirigeant ghanéen, une délégation de la coalition s’est rendue à Accra.

Cris DADA