Togo/ Santé : Un nouveau traitement de masse contre les Maladies Tropicales...

Togo/ Santé : Un nouveau traitement de masse contre les Maladies Tropicales Négligées

SHARE
Une séance de traitement en public
Une séance de traitement en public
image_pdfimage_print

Le Togo s’est résolument engagé à en finir avec les Maladies Tropicales Négligées (MTN). Jusqu’au 07 septembre prochain, une nouvelle offensive est menée contre ces maladies à travers un nouveau traitement de masse intégré à l’Ivermectine, au Praziquantel et à l’Albendazole sur toute l’étendue du territoire national (sauf Lomé commune) contre diverses maladies à l’image de l’onchocercose, de la schistosomiase ou encore les géo-helminthiases (parasitoses intestinales).

Ce nouveau traitement de masse intégré à base communautaire s’inscrit dans le cadre du contrôle et de la prévention des maladies tropicales négligées au Togo.

La cartographie des schistosomiases et des géo-helminthiases élaborée en 2009 dans le pays a en effet montré des prévalences qui nécessitent des traitements de masse suivant les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). C’est ainsi que depuis 2010, des traitements de masse sont organisés tous les ans à travers la distribution d’Ivermectine, du Praziquantel et  d’Albendazole.

L’Albendazole est administré aux enfants de 5 à 14 ans dans les zones endémiques, l’Ivermectine aux enfants de 5 ans et plus dans les zones endémiques de l’onchocercose et le Praziquantel aux enfants de 5 ans et plus dans les zones endémiques des schistosomiases.

En 2015, l’évaluation des acquis indique une baisse importante des prévalences. Par exemple la prévalence des géo-helminthiases est passée de 33 % en 2009 à 11,6 % en 2015. Celle des schistosomiases est passée de 23 % en 2009 à 5 % en 2015, et de 5 % à moins de 2 % au cours de la même période en ce qui concerne la micro-filarémie onchocerquienne.

C’est donc dans le souci d’une part de maintenir ces acquis et d’œuvrer pour l’élimination de l’onchocercose que le pays s’est proposé d’organiser ce nouveau traitement de masse qui consiste à administrer des médicaments tels que l’albendazole, le praziquantel et l’ivermectine aux individus de cinq ans et plus sur toute l’étendue du territoire national, excepté Lomé commune car la transmission des maladies ciblées est faible ou inexistante dans cette zone. En plus, une cartographie réalisée en 2013 dans la région sanitaire de Lomé Commune a montré qu’elle n’est pas endémique aux géo-helminthiases.

La campagne est couplée d’une sensibilisation des ménages sur les mesures d’hygiènes individuelles et collectives notamment le lavage des mains et l’utilisation de l’eau potable. Pour le Dr. Awoussi Sossinou, point focal national des Maladies Tropicales Négligées, il s’agit pour le Togo, d’éradiquer d’ici 2020 ces maladies afin qu’elles ne constituent pas de danger pour la population.

Bruno OBOE