Togo : Six (06) organisations de la société civile exigent la suspension...

Togo : Six (06) organisations de la société civile exigent la suspension de l’«Opération Entonnoir»

SHARE
Les responsables des Organisations
Les responsables des Organisations
image_pdfimage_print

Six organisations de la société civile togolaise ont élevé ce mardi 19 juin, leur voix pour exiger la suspension de l’opération entonnoir initiée par le Gouvernement pour lutter contre le commerce illicite du carburant frelaté.

C’était à travers une conférence de presse animée par les responsables des six (06) organisations à savoir l’Association des Jeunes pour l’Assistance et Action Humanitaire (AJAAH), le Comité de Réflexion et d’Action pour la Promotion des Droits de l’Homme (CRAPH), le Mouvement Génération Togo (MGT), Novation Internationale, Solidarité Planétaire Branche du Togo (SP-BT) et le Ton de la Jeunesse Patriotique (TJP).

Cette sortie médiatique intervient quelques jours après le décès d’un jeune du nom de Louis Anoumou le 08 juin dernier à Tokpli (préfecture de Yoto) dans un accrochage avec des éléments de l’« Opération Entonnoir ». Ces organisations comptent mener des actions concrètes auprès des autorités compétentes et des cellules impliquées dans la lutte contre la vente illicite du « carburant frelaté» au Togo.

Les responsables de ces six organisations de la société civile exigent la suspension de l’« opération Entonnoir » afin que seule l’administration des douanes soit habilitée à combattre cette contrebande. « L’opération entonnoir depuis sa mise en place crée d’énormes désastres, entretient de la violence et exclut toute logique et philosophie de la non-violence », a expliqué Cyrille Yao Noukounou, responsable du Ton de la Jeunesse Patriotique (TJP).

Quoique l’argent ne puisse remplacer une vie humaine, ces organisations demandent à l’Etat  de verser des indemnités pécuniaires aux ayant droits du jeune Louis Anoumou.  Par ailleurs, ils estiment qu’au lieu de déclarer la guerre aux contrebandiers dont la survie dépend de ce commerce vu la forte demande dans les zones dépourvues de stations de services, les patrons des compagnies pétrolières doivent plutôt penser à couvrir l’ensemble du territoire national.

Les OSC exhortent également les autorités à mettre en œuvre la récente proposition de la Délégation à l’Organisation du Secteur Informel (DOSI) qui vise à formaliser ce secteur.

Espoir AMEHOASSI