La togolaise Hélène DOUBIDJI nominée aux Prix africains de FACT-CHECKING

La togolaise Hélène DOUBIDJI nominée aux Prix africains de FACT-CHECKING

SHARE
Hélène DOUBIDJI
Hélène DOUBIDJI
image_pdfimage_print

La journaliste togolaise Hélène Doubidji fait partie des six nominés francophones pour la 3ème  édition des Prix africains de fact-checking (vérification par les faits) qui distinguent les meilleurs journalistes du continent dans un genre qui consiste à vérifier et valider l’exactitude des chiffres, des informations et des affirmations non factuelles énoncées dans un texte ou discours.

Ces prix récompensent en effet, des productions qui partent d’affirmations émises par des personnalités à la radio, à la télévision, dans des discours publics, ou d’affirmations publiées dans des rapports et dont la véracité ou l’exactitude pourraient être mises en doute.

Déjà lauréate en 2015 du Concours international de la Fondation Thomson Reuters sur les changements climatiques et du concours mondial « Kavli Prize Competition » qui lui a valu un récent voyage en Norvège, la Directrice du site d’information « togotopnews.com », est retenue cette fois-ci pour son article  intitulé : « L’accord politique globale est-il caduc ? ».

Les autres nominés à ce concours sont notamment Mbaye Thiandoum (Sénégal), Hassan Bentaleb (Maroc), Manféi Anderson Déidri (Côte d’Ivoire),  Isaac Koné (Côte d’Ivoire), Pie de Laure Nesmon (Côte d’Ivoire).

Au total trois prix dotés d’une enveloppe seront remis aux trois lauréats qui seront connus le 10 novembre prochain à Nairobi au Kenya, lors de la Conférence Reporting Africa, organisée par l’Initiative des Médias d’Afrique (AMI). Pour le compte de cette année 2016, les prix sont parrainés par la Fondation Shuttleworth et l’Agence France-Presse (AFP).

Il faut souligner que pour la troisième édition des Prix africains de fact-checking, au total  130 candidatures (en anglais et en francais) issues de 20 pays d’Afrique ont été reçues.

Beaucoup de chance alors à notre consœur Hélène qui fait la fierté de la presse togolaise.

David SOKLOU