16ème FIL : « Nous sommes sereins quant à l’évolution des préparatifs...

16ème FIL : « Nous sommes sereins quant à l’évolution des préparatifs » (Johnson Kuéku-Banka)

SHARE
Johnson Kuéku Banka, Directeur général du CETEF
image_pdfimage_print

C’est le 22 novembre prochain que démarre sur le site du Centre Togolais des Expositions et Foires de Lomé (CETEF), la 16ème Foire internationale de Lomé. Dans une interview exclusive accordée à nos confrères de SAVOIR NEWS, le Directeur général du CETEF, Kueku-Banka Johnson est revenu sur l’état d’avancement des préparatifs, le thème retenu à savoir « le E-commerce pour une forte expansion des échanges », les dispositions prises pour le bon déroulement de la foire et les facilités accordées aux participants. « Nous sommes sereins quant à l’évolution des préparatifs », a-t-il fait savoir.

Nous vous proposons l’intégralité de l’interview :

Savoir News : Quel est l’état d’avancement des préparatifs ?

Kueku-Banka Johnson : Nous sommes sereins quant à l’évolution des préparatifs. La construction des stands prendra fin au plus tard mercredi. Au plan communicationnel, nous avons publié assez de supports dans la ville. Au niveau des médias, tout a été mis en branle pour que vendredi, la foire puisse effectivement démarrer.

Vous ne rencontrez pas de difficultés particulières ?

Dans l’ensemble, tout se déroule très bien. Pour l’instant, aucun problème.

Quel est thème retenu pour cette foire et pourquoi ce choix ?

Pour cette foire, nous avons retenu comme thème : « E-commerce pour une forte expansion des échanges ». Vous savez qu’aujourd’hui, la technologie permet de faciliter beaucoup de choses. Vous n’avez plus besoin de faire le déplacement pour acquérir un bien. Même si les produits ne sont pas disponibles sur place, plus besoin d’attendre des voyages ou négocier avec des frères ou des amis pour vous les ramener.

Avec le e-commerce, vous pouvez — depuis votre salon – facilement faire vos achats : pour acheter un produit, il suffit de voir s’il existe dans des boutiques en ligne et, rapidement, vous faites votre commande et vous le recevez, deux ou trois jours, si c’est à l’extérieur. Mais au plan local, en quelques minutes ou quelques heures, le produit vous est déjà livré.

Dans certains pays, l’activité est bien huilée, mais chez nous, il reste encore beaucoup à faire. Et si vous faites une bonne analyse, nous choisissons chaque année, des thèmes sur des secteurs ou branches dans lesquels le développement n’est pas accéléré. Donc, c’est une manière de provoquer le déclic et faire en sorte que nous puissions bénéficier aussi de ce qui se passe mieux ailleurs.

Nous avons choisi ce thème, pour pousser cette activité, qui en toute franchise, est encore à un niveau embryonnaire chez nous. Sur le terrain, quelques-uns se dérouillent et pas mal de jeunes le font d’une façon assez sobre. Donc, nous voulons lever le voile sur cette activité. Nous voulons donner l’occasion à ceux qui sont dans ce domaine, de montrer au grand public, tous les contours de ce secteur et de communiquer abondamment pour inviter les opérateurs économiques à adhérer à ce concept, en créant des boutiques en ligne, afin d’écouler leurs produits. Raison pour laquelle, durant la foire, nous allons organiser des panels qui porteront sur le E-commerce : le concept, les dispositions réglementaires, les différents maillons de la chaîne etc…).

Donc tous ces éléments seront développés durant cette foire autour des panels animés par des spécialistes du domaine.

Il est également prévu un autre volet : l’atelier permanent qui sera animé par ceux qui sont dans le domaine. Ils auront un espace dans le pavillon OTI, pour accueillir tous les jours et à tout moment, ceux qui sont intéressés par le E-commerce : des opérateurs économiques qui veulent ouvrir une boutique en ligne, des visiteurs qui veulent comprendre le mécanisme etc…

Mais pourquoi avez-vous décidé d’accorder une réduction de 50% à ceux qui exercent dans le secteur du E-commerce ?

Nous avons organisé — dans le cadre du thème retenu — une séance  de travail avec les acteurs qui exercent dans le secteur du E-commerce, pour voir ensemble la manière dont nous allons conduire les activités durant la foire. Autour de la table, il y avait une cinquantaine d’acteurs, alors qu’on attendait une dizaine. Plus de 50% de ces acteurs du e-commerce sont des jeunes, qui n’ont pas de moyens. Dans un premier temps, nous avons décidé de faire de petits espaces pour eux, car ils n’ont pas besoin d’une vaste superficie pour mener leurs activités. Et pour ces petits stands, nous leur avons encore fait une réduction de 50%.

Mais malheureusement, l’information a été mal relayée sur les réseaux sociaux. Pour certains opérateurs économiques, la réduction a été accordée sur tous les prix de tous les stands. Ce qui nous a poussés à publier un autre communiqué pour bien préciser que la décision concerne uniquement les acteurs exerçant dans le secteur du E-commerce.

Depuis quelques années, nous avons des « pays d’honneur ». Pour cette foire, aucune communication n’a été faite à ce niveau.

Cette année, nous avons pensé à la Côte d’Ivoire. Les démarches nécessaires ont été effectuées, mais nous n’avons pas eu de retour. Donc cette année, on n’aura pas de « pays invité d’honneur ». Cela ne gêne pas beaucoup dans la mesure où d’autres pays seront là, avec des exposants de taille pour animer cette foire.

Alors combien de pays sont annoncés à cette foire ?

A ce jour, nous avons enregistré des exposants de seize pays: Bénin, Burkina Faso, Ghana, Niger, Nigeria, Sénégal, Mali, Guinée, Cameroun, Maroc, Allemagne, Belgique, France, Pakistan, Iran. A côté de ces pays, nous aurons les exposants togolais.

Nous traversons une situation un peu particulière en matière de sécurité dans la sous-région ces dernières années. Est-ce qu’il y a de dispositions particulières de sécurité pour cette foire?

Chaque année, nous mettons un accent particulier sur la sécurité. Nous avons toujours foi au dispositif sécuritaire mis en place par le ministère de la sécurité, qui contrôle toute la foire. Nous avons des agents de sécurité du secteur privé, ainsi que d’autres dispositions sécuritaires. L’élément nouveau que nous avons introduit depuis trois ans : c’est la fouille systématique à toutes les entrées.

Quel appel avez-vous à l’endroit des exposants et des visiteurs ?

Aux exposants : nous mesurons l’importance que cette foire représente pour eux et nous leur demandons de se prendre à temps et de donner la chance aux premiers visiteurs de les découvrir. Car les premiers visiteurs n’auront pas la chance de voir autant de choses que les derniers visiteurs. Il faut déjà que dès le jeudi soir, tout soit installé dans les stands, car dans la matinée de vendredi la foire doit s’ouvrir. Ils ne doivent rien craindre, toutes les dispositions sécuritaires sont prises pour qu’ils aménagent tranquillement leurs stands.

Aux visiteurs, nous savons que le moment qu’ils attendent est arrivé. Nous leur demandons de nous aider en acceptant les fouilles à l’entrée. Ce n’est pas pour les embêter, mais c’est pour sécuriser tout le monde. Que tout le monde se comporte dans la grande discipline et tout se passera très bien. Nous espérons passer de très bons moments pendant cette foire.