A 32 ans, il gagne 85 millions par an grâce à une...

A 32 ans, il gagne 85 millions par an grâce à une technologie agricole développée par le PPAAO

SHARE
Narcisse Aman (©CORAF)
image_pdfimage_print

Le potentiel inexploité de l’entreprenariat dans le secteur agricole en Afrique en général se met encore une fois en évidence à travers des succès, de quoi changer l’avis de ceux qui croient encore que l’agriculture ne peut enrichir. Grâce à une technologie agricole développée par le Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles (CORAF) à travers son Programme de productivité en Afrique de l’ouest (PPAAO), Narcisse Aman, un ivoirien de 32 ans arrive à gagner 85 Millions de F CFA par an avec son entreprise agro-industrielle innovante, Canaan Agriculture Sarl, enregistrée à Abidjan, capitale économique de la Côte d’Ivoire.

C’est une croissance spectaculaire pour cette entreprise qui a démarré qui a commencé principalement à produire et à commercialiser il y a à peine 5 ans, des plants de bananes auprès des particuliers et des entreprises de la Côte d’Ivoire.

« Les chiffres de 2018 (85 Millions de F CFA, ndlr) représentent le meilleur chiffre d’affaires annuel depuis la création de notre société. Mon conseil aux jeunes est qu’il est possible d’avoir un emploi rémunéré dans le secteur agricole. Il faut d’abord aimer ce que l’on fait », déclare Aman dans des propos rapportés par le CORAF.

« J’aime ce que je fais. La plus grande satisfaction que je retire aujourd’hui n’est pas l’argent. Ce n’est pas qu’une question d’argent. Au lieu de cela, c’est le fait que je peux aider d’autres jeunes à grandir », précise-t-il.

A ce jour, la clientèle de l’entreprise s’est étendue à la région de l’Afrique de l’Ouest notamment au Bénin et au Mali. Par ailleurs, les activités se sont étendues à la création et à l’entretien de plantations de bananiers et de plantains, ainsi qu’à la fourniture de services de conseil.

« Nous obtenons maintenant plus de revenus en fournissant ce genre de services consultatifs. Nous ouvrons maintenant une bananeraie de sept hectares et nous prévoyons de l’étendre à 15 hectares en 2020 », dit Narcisse Aman.

Ce succès, Narcisse le doit non seulement à son engagement et à sa détermination, mais aussi et surtout à une formation suivie dans le  cadre du PPAAO.

Dans le cadre de ce programme en effet, cinq technologies ont été générées par le système national de recherche agricole en Côte d’Ivoire. Il s’agit notamment de la plante plantain issue de la fragmentation de la tige (PIF). Cette technologie permet la production de plantains sains en 3-4 mois et à toute période de l’année.

« L’avantage de la technique PIF réside dans le fait que les infrastructures nécessaires à sa mise en œuvre sont simples, peu coûteuses et accessibles à tous les producteurs », indique une étude sur cette technologie publiée dans l’International Journal of Environment, Agriculture, and Biotechnology.

« La formation PPAAO a été le moment décisif. Cela a tout changé pour moi », reconnait Aman qui précise : « Après la formation et les connaissances acquises, j’ai commencé avec trois explants où j’ai pu développer des graines dans l’entreprise de vivoplants ». A ce jour, cet agripreneur en exploite près de 60 dans différents sites en Côte d’Ivoire et embauche une dizaine d’employés avec beaucoup plus d’employés saisonniers.

En Côte d’Ivoire, la banane et la banane plantain sont la quatrième culture vivrière la plus importante après l’igname, le manioc et le riz.

Pour rappel, le PPAAO a pour objectif de générer et d’accélérer l’adoption de technologies améliorées dans les principaux domaines agricoles prioritaires des pays impliqués dans le Programme, technologies qui s’alignent sur les principales priorités agricoles de la sous-région. Il vise également à fournir, aux producteurs, des technologies pour accroître et améliorer la compétitivité des principales spéculations dans chaque pays bénéficiaire.

Le Programme a été conçu pour répondre au défi d’augmentation de la productivité agricole qui est un important axe des politiques agricoles des Communautés Economiques Régionales (CER) pour la mise en œuvre du Pilier IV du Programme Détaillé pour le Développement de l’Agriculture en Afrique (PDDAA). Il a démarré en 2008 sous l’égide de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), avec une facilitation financière de la Banque Mondiale (BM) et coordonnée au niveau sous régional par le CORAF/WECARD.

Au total, le PPAAO a touché directement neuf (09) millions de personnes en Afrique de l’Ouest et 56 millions de personnes supplémentaires indirectement. Il a généré 200 technologies. Il est également mis en œuvre dans d’autres pays de la sous région dont le Togo avec de nombreuses réalisations au profit des bénéficiaires.

David SOKLOU