Abdel Fattah al-Sissi succède à Paul Kagamé à la Présidence de l’Union...

Abdel Fattah al-Sissi succède à Paul Kagamé à la Présidence de l’Union Africaine

SHARE
Abdel Fattah al-Sissi (©ROT)
Abdel Fattah al-Sissi (©ROT)
image_pdfimage_print

Le 32e sommet de l’Union Africaine s’est ouvert ce dimanche 10 février au siège de l’organisation continentale à Addis Abeba en Ethiopie avec le passage de relais entre le Président rwandais Paul Kagamé et son homologue égyptien Abdel Fattah al-Sissi qui a pris officiellement la présidence tournante de l’UA pour les douze prochains mois.

Dans son tout premier discours, Abdel Fattah al-Sissi a dévoilé les trois axes de sa présidence qui portent notamment sur le développement les infrastructures, l’accélération de l’entrée en vigueur de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLEC), et la création des emplois surtout pour les jeunes du continent.

La plupart des Chefs d’Etat des 55 pays membres de l’UA ont fait le déplacement d’Addis Abeba pour participer à ce sommet axé sur le thème « les réfugiés, les rapatriés et les personnes déplacées en Afrique ». Le Togo y est représenté par le Ministre Robert Dussey en charge des affaires étrangères.

En ce qui concerne le thème général du Sommet, la note conceptuelle issue des réunions préparatoires recommande des dispositions à prendre afin de soulager la détresse des réfugiés et d’aider les Etats à mieux prendre en charge leurs besoins. Une feuille de route devrait être élaborée dans ce sens à l’intention des gouvernements.

Le problème des réfugiés s’est en effet aggravé dans le monde, selon les chiffres de l’Agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR). La situation est plus critique en Afrique où se trouvent 26 % des 25 millions de réfugiés que compte la planète.

Plusieurs autres sujets d’actualité du continent seront également abordés par les dirigeants africains au cours des travaux de ce 32è sommet. Au rang de ces sujets, l’état de la mise en œuvre du Marché unique du transport aérien en Afrique (MUTAA) dont le dossier avait été confié en 2018 au président togolais Faure Gnassingbé.

David