Affaire Pegasus : Plus de 300 numéros togolais dans la liste des...

Affaire Pegasus : Plus de 300 numéros togolais dans la liste des cibles potentielles

SHARE
Le logiciel d'espionnage Pegasus est fabriqué par la société israélienne de cybersécurité NSO
image_pdfimage_print

L’affaire relative au logiciel espion israélien Pegasus continue de faire couler beaucoup d’encre et de salive.

Au Togo, plus de 300 numéros togolais apparaissent dans la liste des cibles potentielles du logiciel, selon ce que rapportent nos confrères du journal Le Monde.

Interrogé par le journal français sur l’utilisation du logiciel Pegasus au Togo dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, le chef de l’Etat Faure Gnassingbé a répondu que « chaque État souverain s’organise pour faire face à ce qui le menace avec les moyens dont il dispose ».

Au rang des contacts de personnalités politiques visés par Pegasus, figurent selon RFI ceux de certains opposants notamment le leader du Parti national panafricain (PNP) Tikpi Atchadam, ou encore d’Agbéyomé Kodjo, candidat malheureux à la présidentielle de 2020.

Le Monde indique par ailleurs que dans ce projet Pegasus, « les opposants au président Faure Gnassingbé » sont « surveillés comme des criminels ».

Des militants et journalistes notamment David Dosseh (fondateur mouvement citoyen « Togo Debout ») ou encore le journaliste d’investigation Carlos Ketohou du journal L’Indépendant Express seraient également ciblés.

Il faut souligner que toujours de le cadre de cette affaire Pegasus, Israël sous pression suite aux révélations, a décidé jeudi de la création d’une commission d’enquête. Cette dernière sera chargée de vérifier les accusations portées contre la société israélienne de cybersécurité NSO et son logiciel d’espionnage Pegasus accusé d’avoir été utilisé à « mauvais escient » par certains Etats pour espionner des personnalités.

Pegasus aurait été vendu à plus d’une quarantaine de pays à travers le monde.

David S.