Ambiance mouvementée ce jeudi autour du domicile d’Agbéyomé Kodjo

Ambiance mouvementée ce jeudi autour du domicile d’Agbéyomé Kodjo

SHARE
image_pdfimage_print

Le domicile du président national du Mouvement patriotique pour la démocratie et le développement (MPDD) Agbéyomé Kodjo a de nouveau fait l’objet de bouclage ce jeudi 09 avril par les éléments des forces de défense et de sécurité.

Les voies d’accès au domicile de l’ancien Premier ministre étaient bloquées pendant une bonne partie de la journée. Son quartier de résidence Forever a été également en partie bouclé. Les jeunes qui se mobilisaient dans les environs pour défendre la cause du candidat à la présidentielle du 22 février dernier ont été dispersés à coups de grenades lacrymogènes.

Pour la seconde fois, Agbéyomé Kodjo qui s’était autoproclamé « président démocratiquement élu » à l’issue du dernier scrutin présidentiel ne s’est pas présenté au Service Central des Recherches et d’Investigations Criminelles (SCRIC) de la Gendarmerie nationale où il était de nouveau convoqué ce jeudi. Ceci, suite à une réquisition du Procureur de la République près du Tribunal de Première instance de Première Classe de Lomé, aux fins d’ouverture d’une enquête judiciaire. Selon les informations, il s’est fait de nouveau représenté par son avocat.

Dépourvu de son immunité parlementaire le 16 mars dernier, Agbéyomé Kodjo est convoqué pour être  probablement entendu sur les accusations retenues contre sa personne au sujet de la présidentielle du 22 février 2020.

Arrivé en deuxième position suite à ce scrutin selon les résultats définitifs de la Cour constitutionnelle, le candidat du MPDD continue en effet de contester les résultats de l’élection et de réclamer sa victoire. Il est accusé d’atteinte à la sûreté de l’Etat, de troubles aggravés à l’ordre public, et de diffusion de fausses nouvelles.

Mercredi, la dynamique Mgr Fanoko Kpodzro a dénoncé un « harcèlement » contre son candidat et a conseillé le SCRIC de prendre attache avec les avocats de l’ancien Premier ministre pour s’acquérir de son état de santé.

« Pourquoi une seconde convocation alors que la première fois les avocats du président Agbéyomé Kodjo ont bien signifié au SCRIC et au procureur de la République, preuve à l’appui, que leur client est en mauvais état de santé et ne pouvait pas se présenter personnellement ? », s’était interrogée la dynamique Mgr Kpodzro, qui a toujours apporté son soutien à l’Ancien président de l’Assemblée nationale.

« Pendant que les Etats du monde sont préoccupés par la recherche de mesures pour assurer la protection de leurs citoyens contre la pandémie du coronavirus, le régime de Faure Gnassingbé recherche à emprisonner un leader politique, de surcroît son challenger au scrutin présidentiel », a-t-elle estimé, appelant le pouvoir de Lomé à chercher une solution politique à la crise post-électorale.

La Rédaction