Assemblée générale ordinaire de l’Union des Agriculteurs de la Région des Plateaux...

Assemblée générale ordinaire de l’Union des Agriculteurs de la Région des Plateaux (UAR-P)

SHARE
Photo de famille
Photo de famille
image_pdfimage_print

L’Union des Agriculteurs de la Région des Plateaux (UAR-P) était en assemblée générale ordinaire ce vendredi 8 Février, occasion pour cette organisation de faire le bilan de ses activités exercice 2018 et de renouveler son instance dirigeante. Cette rencontre a réuni les délégués des Organisations paysannes (OP) composées des coopératives et des groupements agricoles des préfectures de Wawa, Amou, Akébou, Agou, Est-Mono, Haho, Kpélé, et Ogou ainsi que les membres du Conseil d’Administration et la Société Mutuelle de Micro Assurance Sociale (SMAS), partenaire de l’UAR-P.

Il s’est agi pour les producteurs, éleveurs et les transformateurs du réseau de faire le bilan des activités, de rendre publics les résultats obtenus au cours de l’exercice écoulé et de prendre des décisions relatives à l’évolution de cette institution en identifiant les forces et les faiblesses afin de repartir sur de nouvelles bases.

Les délégués ont adopté le dernier procès verbal tenu en 2017, les rapports financiers, d’activité et le plan d’action 2019. Un nouveau bureau de 9 membres dirigé par M. Sessenou Kokou a été aussi mis en place pour un mandat de trois ans.

Durant les travaux, les délégués ont également suivi des communications relatives à la réflexion prospective de la situation institutionnelle et l’organisation de l’UAR-P, la bonne gouvernance interne des OP, la transparence de la gestion et l’inclusion des femmes et des jeunes, le renforcement de la cellule des femmes et l’accès aux intrants des membres, ainsi que le suivi et l’évaluation des actions de partenariat.

Le coordinateur UAR-P, M. Mihinto Ayivi a émis le vœu qu’à travers cette assise, les participants deviennent des délégués des OP à la base pour un relais effectif des informations. L’auditoire a été également renseigné sur la mission de SMAS-Togo qui veut étendre la protection sociale en offrant des prestations de micro assurance aux populations et de les éduquer à l’auto couverture socio-économique.

Pour son chargé de communication M. Bossiade Emanuel, ce programme SMAS en création au Togo avec un fonds d’établissement de 300.000.000 f Cfa est l’une des solutions qui est régie par la Conférence Interafricaine des Marchés d’Assurance (CIMA) et adaptée aux communautés à la base. « SMAS -Togo ambitionne devenir d’ici 2025, un modèle et une référence d’extension de couverture sociale de la micro assurance à toutes les couches sociales en Afrique de l’Ouest », a-t-il indiqué.

Depuis Atakpamé, Evrard Nomanyo