Atakpamé : Hommage aux tirailleurs tombés dans les années 40 sous le...

Atakpamé : Hommage aux tirailleurs tombés dans les années 40 sous le drapeau français

SHARE
Cérémonie d’hommage aux tirailleurs
Cérémonie d’hommage aux tirailleurs
image_pdfimage_print

L’Ambassadeur de France au Togo, Marc Vizy a procédé ce mercredi 8 mai au dépôt de gerbe sur les tombes rénovées des tirailleurs togolais qui ont servi dans l’armée française dans les années 40. Cette cérémonie commémorative qui s’est déroulée au cimetière militaire d’Atakpamé dans la préfecture de l’Ogou, marque le 74ème anniversaire de la victoire du 8 Mai 1945.

Ils sont 15 tirailleurs tombés sur le champ de bataille en défendant la vie et la liberté de leurs concitoyens dans l’accomplissement de leurs devoirs à cause des conflits existants entre les hommes. Cette cérémonie a pour objectif non seulement de rendre digne la sépulture de ces anciens soldats Togolais morts pour la France, mais aussi de reconstituer l’histoire de ces tirailleurs, et celle du peloton français basé à Atakpamé et qui dépendaient des régiments des soldats sénégalais, des Dahoméens et du Togo à l’époque.

Pour Marc Vizy, le 8 Mai représente une date à laquelle prenait fin en Europe la guerre la plus meurtrière de l’histoire de l’humanité. Plus de 50 millions de femmes et d’hommes (dont la moitié est constituée de civils) ont péri lors de ce conflit mondial.

En faisant l’historique de la seconde guerre mondiale, entre les français et les allemands, il a rappelé la capitulation du régime Nazi et l’effacement de la défaite par ses concitoyens. Selon lui le 8 Mai 1945 représentait l’immense joie pour son pays la France. « Le Togo placé sous tutelle de la France par la Société des Nations (SDN) a profité lui aussi de la sortie de guerre », a-t-il ajouté.

En remerciant les autorités politiques, administratives, militaires, religieuses et traditionnelles, il leur a demandé de garder tout l’héritage de leurs aînés. Une occasion de recueillement qui a permis de rendre hommage aux illustres disparus.

L’évêque d’Atakpamé, Monseigneur Bénissan Barrigah a dans une prière, demandé à Dieu d’accorder sa grâce aux disparus afin qu’ils se reposent en paix et que brille à leurs yeux une lumière sans déclin. Il a également demandé au Père de susciter par son Esprit dans le cœur de ses fils et filles en particulier ceux qui nous gouvernent, des pensées de paix, de justice et d’amour afin que les armes se taisent et que le monde entier vive dans la paix et la fraternité.

Le capitaine de frigate, Guillaume de Roquefeuil , attaché de Défense a signalé qu’à l’image du  cimetière de Wahala de la 1ère guerre mondiale, ils vont continuer par entretenir ces sépulcres de manière à les embellir à partir de la Direction du Patrimoine, de la Mémoire et des Archives de la France, pour que la population d’Atakpamé s’approprie l’histoire.

Le Président du Comité de Développement du Quartier (CDQ)  Oke-Ekpa, M. Gbedji A. Robert a au nom de sa population, remercié l’ensemble des organisateurs et a émis le vœu que les projets de son quartier abritant le dit cimetière, retiennent l’attention des gouvernants.

Le coût global de cette 1ère rénovation s’élève à 3500 euros. La cérémonie a par ailleurs permis de décorer le colonel DJABAKATIE Bako et le Commandant SALIFOU Pini par la médaille de bronze de la Défense Nationale.

De notre correspondant à Atakpamé, Evrard NOMANYO