L’Université de Lomé apporte un appui aux nouveaux bacheliers

Face aux difficultés récurrentes des nouveaux bacheliers à choisir des parcours de formation adaptés à leurs aptitudes, l’Université de Lomé se propose de leur apporter un appui à travers l’organisation d’une tournée d’information dans les chefs-lieux des régions économiques du Togo.

La délégation de l’Université rencontrera ces nouveaux bacheliers le lundi 19 août notamment à Dapaong (Salle de réunion de la préfecture), le 20 août à la Maison des Jeunes de Mango, le 21 août 2019 à la Maison des Jeunes de Kara, le 22 août à l’Amphithéâtre du Lycée Sainte Marie de Sokodé,  le 23 août 2019 au Centre culturel d’Agbonou à Atakpamé, le 24 août 2019 à l’Amphithéâtre de l’INFA de Tové à Kpalimé, et le 26 août à Tsévié (lieu à préciser ultérieurement).

Cette tournée nationale n’exclut pas les journées d’informations classiques qui sont toujours organisées à l’endroit des nouveaux bacheliers sur le site du Campus universitaire de Lomé.

La tournée vise par ailleurs à permettre aux nouveaux étudiants de solliciter les services d’accompagnement disponibles à l’Université de Lomé.

Selon les autorités universitaires, les nouveaux bacheliers ne disposent pas souvent des informations nécessaires pour choisir leur futur parcours de formation. De nombreux étudiants éprouvent en effet des difficultés à réussir les formations dans lesquelles ils s’inscrivent à l’université et des milliers d’autres demandent une réorientation après les deux premiers semestres.

Par ailleurs, pour cause de manque d’information, certains étudiants qui devraient se réorienter restent dans leur parcours initial et finissent par abandonner les études, alors qu’ils pouvaient mieux réussir dans d’autres parcours qui sont en parfaite adéquation avec leurs aptitudes.

David S.




Municipales partielles : Le scrutin s’est déroulé dans le calme et sans « difficulté particulière »

Les Togolais en âge de voter des communes Oti Sud 1, Bassar 4, Wawa 1, Avé 2 et de Zio 4 étaient aux urnes ce jeudi 15 Août pour l’élection partielle de 63 conseillers municipaux dans ces cinq entités territoriales.

Selon la Commission électorale nationale indépendante (CENI), le scrutin s’est déroulé dans le calme et aucune « difficulté particulière » n’a été signalée.

« Les bureaux de vote des centres visités ont ouvert à l’heure, les membres des bureaux de vote en place, de même que les délégués des candidats et le matériel électoral », a déclaré le président de la CENI, Tchambakou Ayassor à l’issue d’une visite dans certains centres de l’Avé.

« Depuis deux ou trois jours, nous insistons sur la nécessité de maintenir un état de sérénité sur l’ensemble du processus pour que les résultats soient acceptés par tous. Nous insistons sur l’intégrité du scrutin et la fiabilité des résultats », a-t-il expliqué, précisant que « la compétition électorale est un débat d’idées, une présentation de programmes et une approche pour solliciter l’électorat ».

« Nous souhaitons que ces locales qui consacrent l’effectivité de la démocratie à la base, soient une pierre de plus dans l’édification de la normalisation de la vie politique dans son ensemble », a ajouté le président de la CENI.

Ce scrutin devra permettre de parachever (avec celui du 30 juin dernier), l’élection des 1 527 conseillers municipaux dans les 117 communes que compte le pays. Les résultats de cette élection partielle sont attendus dans les prochains jours.

David S.




Togo : Le centre « Alodé klo na Alodé » promeut la culture et annonce un spectacle en hommage à Jimi HOPE

Promouvoir la culture, les arts et l’éducation des jeunes à l’auto emploi, tel est l’objectif du centre culturel dénommé « Alodé klo na Alodé » basé à Djifa Kpota à Lomé. Dans ses initiatives, cette structure annonce une série d’activités notamment un programme des vacances utiles avec les enfants et élèves et un spectacle le vendredi 16 août prochain en hommage à Jimi HOPE.

Fondé sur des valeurs d’entraide et de solidarité, le centre « Alodé klo na Alodé » estime qu’il y a la nécessité de promouvoir davantage l’art et la culture du terroir. Il en a fait d’ailleurs son cheval de bataille depuis sa création il y deux ans.

Après la prestation le 09 août dernier du groupe artistique « Les Tambours de Lomé » créé par feu Basile Adéoussi, le centre prévoit le vendredi 16 août sur son site,  un spectacle pour rendre un hommage au grand artiste musicien et plasticien Jimi Hope décédé dans la nuit du dimanche au lundi 5 août 2019 à Paris en France.

« C’est un monsieur que j’admire beaucoup et qui m’a beaucoup inspiré. Aujourd’hui il n’est plus parmi nous. Nous avons décidé au niveau de l’association qu’il faut nécessairement réaliser quelque chose en sa mémoire », nous a expliqué Aglamey K. Amétépé, artiste plasticien et promoteur du centre.

« Il y a déjà plein d’artistes qui sont contactés et qui sont décidés à donner leur voix pour rendre hommage à ce grand monsieur », a-t-il fait savoir.

A partir du samedi 17 août, l’occasion sera donnée aux enfants de se former dans divers domaines de l’art dans un programme des vacances utiles. « Nous allons commencer par donner l’occasion à ces enfants et élèves d’approcher l’art. Ils seront initiés dans le batik, l’art plastique, la musique, la percussion, la guitare et le piano », a indiqué Aglamey Amétépé.

« Nous sommes là pour la promotion de la culture et partager le maximum de connaissances et d’amour avec les enfants et la population », a-t-il précisé.

Par ailleurs, le centre culturel donne également la possibilité aux artistes de venir se produire dans divers domaines notamment le théâtre, les contes, la danse, le ballet entre autres.

En ce qui concerne le volet formation, il est prévu la construction des nouveaux locaux dans la préfecture des lacs pour la promotion de l’auto emploi et de l’insertion socioprofessionnelle des jeunes.

« Nous pensons qu’il faut aider les jeunes à l’auto emploi en leur donnant de bonnes formations, ce que nous avons déjà commencé au niveau de l’art dans le centre ici à Lomé. Nous sommes en train également d’envisager d’autres choses. Bientôt il y aura le centre qui sera installé dans la préfecture des lacs avec des programmes d’alphabétisation, de suivi des élèves, de soutien aux enfants de rue etc.…», a expliqué Aglamey Amétépé tout en invitant le public à prendre part massivement aux différentes activités programmées.

David SOKLOU




« Solution-solidarité », une rubrique innovante lancée par le site d’information Togotopnews

« Solution-solidarité », c’est le nom d’une nouvelle rubrique lancée ce Mardi 13 Août 2019  par le site d’informations générales togotopnews.com. Hélène DOUBIDJI, fondatrice et directrice de publication du site, livre les  détails de cette rubrique axée sur le journalisme de solution.

A force de vouloir « porter la plume dans la plaie », selon la maxime d’Albert Londres, les journalistes s’embourbent assez souvent dans une actualité noire, passant parfois à côté du plus important. Le journalisme de solution, appelé journalisme  constructif, intervient justement pour instaurer un certain équilibre.

Ce courant éditorial, souligne Hélène DOUBIDJI, n’est pas nouveau à Togotopnews. A travers le lancement de cette rubrique, l’organe veut mettre en exergue ce qu’il faisait déjà.

Dès sa création, le site axe ses contenus notamment les grands reportages sur le journalisme de solution. La preuve en 2017, Togotopnews a été cité par un média basé en Côte d’ivoire dans un article sur le journalisme de solution en Afrique. Plus tard en 2018, l’organe rafle le premier prix catégorie Presse écrite-Presse en ligne du concours Lauriers du journalisme d’impact au Togo, organisé par les ambassades de France, d’Allemagne, des Etats Unies et l’Union Européenne. « Nous voulons mettre un accent particulier sur ce que nous faisons déjà, en lançant cette rubrique dénommée solution-solidarité », précise la directrice de Togotopnews.

La rubrique est consacrée aux articles relayant les initiatives et alternatives porteuses d’innovation et de changement pour un monde meilleur, aux articles experts ou interviews abordant des réponses effectives et efficaces aux enjeux de l’heure.

Pourquoi Solidarité ?

A travers la  rubrique, Togotopnews se propose également de faire découvrir des personnes qui portent des projets constructifs,  dans le but de les aider à trouver des financements. Cette rubrique comprend en outre, des articles déclencheurs de solution, c’est-à-dire des productions appelant à une solidarité à l’endroit d’une personne ou d’un groupe de personnes en détresse.

L’objectif est, selon la fondatrice de Togotopnews, de parler non seulement des initiatives et alternatives mais aussi de contribuer à trouver des solutions à un problème donné.  « Par cette rubrique, nous voulons valoriser notre identité professionnelle, renforcer la  proximité éditoriale avec nos lecteurs. C’est pour nous une manière de cadrer l’actualité sous un angle constructif. Sans négliger l’information traditionnelle, il est question de revenir à un journalisme utile, pour ne pas rester dans les simples factuels », indique Hélène DOUBIDJI.

En vue de montrer les différentes sortes de contenus que les lecteurs pourront découvrir dans la rubrique Solution-solidarité, le site propose 3 articles nouveaux pour le lancement. Le premier parle d’une innovation portée par un jeune togolais pour réduire l’utilisation des bouillons industriels dont la qualité fait souvent polémique. Le second concerne une proposition pertinente  faite par une sage-femme pour venir à bout des mutilations génitales. Le troisième article est un appel à solidarité lancé aux dirigeants, à la société civile, à toutes les bonnes volontés pour sauver une école en danger.

Ainsi, avec cette nouvelle rubrique, le site, togotopnews.com rentre dans la famille des médias spécialisés dans le journalisme de solution.

« Si vous êtes porteurs d’une initiative répondant à un problème sociétale de l’heure ou porteur d’un projet innovant, écrivez-nous à togotopnewssolution@gmail.com », lance la Directrice.




USA : Des investisseurs de l’Etat du Mississippi annoncés au Togo

Dans le cadre de l’initiative « Prosper Africa », des investisseurs de l’Etat du Mississippi aux USA pourront accompagner le Togo dans son processus de développement socio-économique conformément au Plan national de développement (PND).

En visite de travail au Togo, le gouverneur de cet Etat des USA a annoncé la volonté faire venir ces investisseurs au Togo pour des activités dans divers domaines.

« Nous sommes ici dans le cadre de l’initiative  ‘Prosper Africa’, qui sera mise en œuvre au Togo. Le pays joue un rôle de leader dans la sous-région ouest-africaine. Il serait donc un bon point de départ de cette initiative. Il s’agira pour nous de faire venir au Togo des investisseurs qui vont mener des activités dans les secteurs de l’énergie, des infrastructures, de l’agriculture et de la santé », a déclaré Phil Bryant à l’issue d’une audience à lui accordée par le Chef de l’Etat Faure Gnassingbé.

« Le Mississippi bénéficie d’un cadre d’affaire internationalement diversifié, animé par des entreprises mondiales telles que Nissan, Toyota, Continental Tire, Rolls Royce, ABB, Boeing, Airbus et Yokohama Tire. Ce groupe d’entreprises dynamiques, ainsi que de nombreux autres, ont aidé le Mississippi à augmenter ses exportations totales de 259% au cours de la dernière décennie », a-t-il expliqué.

Au cours de son séjour, Phil Bryant et sa délégation feront également des visites de terrain pour apprécier les opportunités d’affaires dans le pays.

Il faut souligner que l’initiative «Prosper Africa » concerne les investissements directs des Etats-Unis d’Amérique vers l’Afrique.

David S.




Les réactions se multiplient suite au décès de DJ Arafat

C’est la tristesse dans le monde de la culture ivoirienne. L’artiste ivoirien DJ Arafat ne fait plus parti de ce monde. La triste nouvelle est tombée dans la matinée de ce lundi 12 août, créant une vive émotion auprès du public et notamment au sein de ses fans.

Originaire du quartier de Youpougon à Abidjan, où il est né en 1986, DJ Arafat, de son vrai nom Ange Didier Huon, est décédé des suites de ses blessures après un grave accident de moto survenu dans la nuit de dimanche à lundi.

L’heure est au recueillement après l’annonce de la mort du célèbre DJ Arafat.

Après avoir salué la mémoire de l’artiste, le ministre ivoirien de la culture Maurice Bandaman, a indiqué qu’il s’agit d’une grosse perte pour la culture et la musique ivoiriennes. Selon lui, la meilleure façon de pleurer DJ Arafat, c’est de le célébrer.  « J’ai pour ce jeune homme, un respect que nous avons toujours célébré. Nous l’avons décoré l’année dernière, en tant qu’officier de l’Ordre du mérite culturel, et donc c’est une grosse perte pour la culture et la musique ivoiriennes », a déclaré  Maurice Bandaman au micro de nos confrères de la RFI.

« Un artiste ne meurt jamais (…) ; l’artiste vit toujours à travers ses œuvres. La meilleure façon de pleurer DJ Arafat, c’est de le célébrer, de faire en sorte que sa mémoire vive et que nous puissions publier son œuvre », a-t-il ajouté.

Le Président ivoirien a également exprimé sa tristesse suite à la disparition de la star du « coupé-décalé ». « C’est avec une grande tristesse que j’ai appris le décès de Houon Ange Didier ‘DJ Arafat’, icône de la jeunesse et ambassadeur de la musique et de la culture ivoirienne. Je présente mes sincères condoléances à sa famille et à tous ses fans », a indiqué Alassane Ouattara sur son compte twitter.

Les footballeurs Didier Drogba, Chris Mavinga, Maxwell Cornet, les artistes Paul Kabesa, Fally Ipupa, Molare, Serge Beynaud, Dadju, Davido, Ariel Sheney Yemi Alade, Sidiki Diabaté, Mokobé de même que l’animateur de Couleurs Tropicales Claudy Siar ont tous egalement rendu un hommage à l’artiste.

David SOKLOU




Un Togolais ouvre le premier supermarché africain à Clarksville aux USA

L’Américain d’origine togolaise Adolph Dagan vient d’ouvrir le premier supermarché africain à Clarksville dans l’État de Tennessee aux États Unis. L’ouverture s’est déroulée le samedi 03 Août dernier en présence d’Africains, de Noirs Américains, des Blancs et autres qui étaient venus acheter des nourritures, des habits et autres produits africains. La coupure de ruban symbolique a été ensuite effectuée le 07 Août 2019 par la Chambre de Commerce de Clarksville.

Vétéran retraité de l’armée américaine et professeur, Adolph Dagan se lance ainsi dans le business en vue de promouvoir les produits africains et surtout togolais aux USA. Il veut aussi promouvoir la culture africaine à travers la mets, l’habillement, la musique, et autres.

Adolph Dagan compte également aider les Togolais et Africains à exporter leurs produits aux USA et ensuite lui-même exporter les produits américains vers le Togo et vers d’autres pays de  l’Afrique.

Rappelons qu’Adolph Dagan est Président de la Dagan Foundation et Président de la Diaspora Togolaise dans l’État de Tennessee (USA).

David S.




L’association « Génération Impact Togo » s’engage pour le développement des communautés locales

Dans le souci de jouer sa partition dans le développement communautaire, l’association « Génération Impact Togo » a officiellement lancé ce samedi 10 août à Lomé, son projet dénommé « notre quartier, notre développement ». L’objectif est d’amener les jeunes à participer davantage chacun à sa manière, au développement des communautés locales.

Le projet « notre quartier, notre développement » est un ensemble d’activités initiées pour non seulement contribuer d’abord au développement du quartier de Kélégougan à Lomé d’où est né le projet, mais aussi permettre à la jeunesse de s’épanouir et de faire face aux défis qu’elle rencontre. Les activités seront ensuite à la longue, élargies et exécutés dans les autres localités du pays.

« Le projet, c’est le développement par nous et pour nous. Nous voulons poser des actes concrets pour le développement de nos communautés. Nous n’avons pas besoin de diplômes pour contribuer au développement. Tout le monde doit être impliqué dans le développement de notre pays », a expliqué Alexandre Akla, Président de l’association Génération Impact Togo.

Au rang de ses activités, des formations sur l’entreprenariat et le leadership, des opérations de salubrité publique, des sensibilisations sur les effets néfastes de la drogue, des concerts de révélation de talents musicaux, des plaidoyers pour la construction de latrines publiques, de centres communautaires et centres médico-sociaux et un tournoi de football prévu les 25 août et 1er septembre prochains.

« Génération Impact Togo » est une association mise en place par les jeunes du quartier de Kélégougan à Lomé à l’issue d’une assemblée générale tenue le 10 Mars 2019. Elle est née de l’idée de voir les jeunes du quartier et d’ailleurs s’impliquer pleinement au développement de leurs localités.

L’association se présente par ailleurs comme une cadre de rencontre et de synergie des jeunes pour des solutions à certains problèmes notamment le chômage, le développement, l’engagement civique entre autres.

David




Déjà 354 morts par accident de circulation en 2019 au Togo !

3.778 cas d’accidents dont 354 morts et 4.483 blessés : c’est l’inquiétant bilan que dresse le ministère de la sécurité et de la protection civile sur la situation de la sécurité routière au premier semestre de 2019 au Togo.

Les moyennes donnent par mois, 454 cas d’accidents, 51 morts et 640 blessés. Des chiffres qui doivent faire prendre conscience.

Face à la presse ce vendredi 09 août à Lomé, le Ministre Damehame Yark en charge de la sécurité a encore une fois attiré l’attention des usagers de la route sur la prudence, la vigilance et surtout le respect scrupuleux des dispositifs du code de la route.

Il a en effet expliqué qu’au rang des causes des accidents sur les routes, figurent les excès de vitesse, les conduites en état d’ébriété ou sous l’influence de substances psychotropes, le non respect des dispositifs de sécurité, les distractions au volent, et le non respect du code de la route.

Selon les statistiques, sur les 3.778 cas d’accidents, 817 sont liés à des excès de vitesse, 421 cas liés à des dépassements défectueux, 186 au non respect des feux tricolores et 99 pour refus de priorité.

Il faut rappeler que pour le compte du second semestre de 2018, le bilan faisait état de 2 974 accidents dont 4 134 blessés et 306 morts.

La Rédaction




Togo : la politique nationale de développement à la base à l’heure du bilan

La politique nationale de développement à la base (PNDB) demeure une approche pertinente et constitue un levier efficace de lutte contre la pauvreté et d’amélioration durable des conditions de vie des communautés au Togo. C’est l’une des conclusions du rapport d’évaluation de parcours de cette politique adoptée et mise en œuvre depuis en septembre 2012 par le Gouvernement.

Le rapport d’évaluation était au centre d’un atelier de validation tenu ce vendredi à Lomé. Une rencontre qui a pour objectif de partager et de valider les résultats de l’étude réalisée par un consultant avec l’appui du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et les acteurs impliqués dans la mise en œuvre de la PNDB.

Les travaux ont permis de relever les avancées réalisées, les difficultés rencontrées, de mettre l’accent sur la synergie entre les acteurs, la coordination et le suivi-évaluation des actions et recommandations en vue d’améliorer les orientations stratégiques et les interventions en lien avec le Plan national de développement (PND).

Selon la Ministre Victoire Tomégah-Dogbé en charge du développement à la base, la PNDB a globalement permis entre 2012-2017 en termes de renforcement des capacités à la base, de restructurer plus de 5 530 Comité de développement à la base (CDB), à 1 535 villages ou quartiers de villes de disposer de plans d’actions et à 1650 communautés de bénéficier de financements de leurs microprojets. 8616 Groupements d’Intérêt Economique (GIE) ont été également restructurés.

En ce qui concerne la composante « valorisation des potentialités productives », au total 302 unités de transformation des produits agricoles ont été installées et 1344 microprojets réalisés.  Pour le compte de la «  promotion des infrastructures de base », plus de 2605 infrastructures sociocommunautaires de base (salles de classes, d’unités de soins périphériques, de forages, de hangars de marché etc.) ont été réalisées.

Enfin, la composante « promotion des filets sociaux » a permis d’octroyer des transferts monétaires à 30 000 femmes, de créer plus de 27 000 emplois temporaires. Plus de 29.000.000 de repas  chauds en tout, ont été servis dans 305 écoles.

Au total 92 milliards de F CFA  ont été nécessaires pour mettre en œuvre la PNDB entre 2012-2017, selon le rapport.

« La conjugaison des efforts consentis ont contribué à l’amélioration des conditions de vie des ménages et à la baisse de l’incidence de la pauvreté », a indiqué la ministre  Victoire Tomégah-Dogbé. « Le développement à la base, c’est l’organisation communautaire. C’est une démarche qui vise à promouvoir la participation des communautés dans la conduite et la gestion de leur processus de développement basé sur des valeurs d’entraide, de solidarité et de responsabilité partagée », a-t-elle expliqué.

Cette politique est soutenue par divers partenaires financiers notamment la Banque ouest africaine de développement (BOAD), la Banque africaine de développement (BAD), la Banque mondiale, le PNUD entre autres.

David