Togo : Les acteurs de l’eau se familiarisent avec le contenu de la charte de l’eau du bassin de la Volta

Les acteurs impliqués dans le processus de ratification et de mise en œuvre de la charte de l’eau du bassin de la Volta section Togo s’approprient depuis ce lundi 24 juin à Lomé, les dispositifs contenus dans ladite charte. Initiée par l’Autorité du Bassin de la Volta (ABV), cette rencontre a pour objectif de partager avec les différents acteurs, les informations contenues dans la charte et aussi d’indiquer clairement les rôles et responsabilités de ces derniers dans le cadre d’une gestion intégrée des ressources en eau du Bassin de la Volta.

Durant quatre (4) jours, les participants vont s’accorder sur les dispositions contenues dans la charte de l’eau du bassin de la Volta, qui se veut un instrument réglementaire et juridique de référence pour une gestion et une utilisation concertée des ressources en eau et des secteurs connexes dans le bassin de la Volta.

« Si un pays veut réaliser un ouvrage d’intérêt commun ou un ouvrage important il est de toute évidence que cet ouvrage peu impacter les ressources en eau d’un autre pays. Donc il est important qu’on puisse dire aux autres pays que nous sommes en train de réaliser tel ouvrage et voilà les impacts que ça peut causer, alors voilà les mesures qu’on peu prévoir pour gérer les impacts négatifs qui seront engendré par la réalisation de cet ouvrage-là », a déclaré Millogo Dibi, Directeur éxécutif adjoint de l’Autorité du Bassin de la Volta

Il faut noter que cette rencontre d’information et de sensibilisation se déroule également dans les autres pays ayant en partage le bassin de la volta à savoir le Burkina Faso, le Bénin, le Ghana, la Côte d’Ivoire, le Mali et le Togo.

Depuis sa création en 2009, l’ABV s’est donnée pour mission de promouvoir une concertation permanente et un développement durable pour un partage efficace des bénéfices en vue de la réduction de la pauvreté et d’une meilleur intégration sociaux économique des populations.

Elisabeth S.




Campagne électorale : la C14 auprès des populations du quartier Djama à Atakpamé

La coalition de l’opposition (C14) continue son opération de charme à Atakpamé dans la préfecture de l’Ogou. Les candidats de ce regroupement de partis de l’opposition pour le compte des élections municipales du 30 juin prochain ont en effet animé ce dimanche 23 Juin dans la localité, un meeting de sensibilisation à l’endroit des habitants du quartier Djama, fief de Atcha Valentin, candidat sur la liste de la C14 dans la commune Ogou 1.

Il s’est agi d’inciter les populations de ce quartier à voter massivement les candidats de la C14 de cette commune afin qu’ils puisent remporter la victoire au soir du 30 Juin.

M. Atcha et Mme Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson (Candidate en tête de liste de la C14 Ogou1) ont l’un après l’autre expliqué les enjeux de ces élections municipales au public. Ils ont par ailleurs mis l’accent sur les responsabilités des futurs élus locaux au lendemain du scrutin.

M. Valentin Atcha a saisi l’occasion pour présenter son projet de société à son quartier. M. Ottou Ibrahim, candidat numéro 2 sur la liste de la C14 a expliqué de long en large à l’assistance les atouts que regorgent ces élections en matière de décentralisation et de gouvernance locale.

Il faut rappeler que la campagne électorale prend fin le 28 juin prochain.

Depuis Atakpamé, Evrard Nomanyo




Togo/ Municipales : Les spécimens des bulletins de vote disponibles à la CENI et dans les CELI

Les spécimens des bulletins de vote sont disponibles depuis dimanche à la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), et à compter de ce lundi 24 juin dans les Commission Electorales Locales Indépendantes (CELI). Information contenue dans un communiqué signé du Président de la CENI, M. Tchambakou Ayassor à l’endroit des chefs de partis politiques et des candidats indépendants en lice pour les élections municipales du 30 juin 2019.

Depuis le 14 juin dernier, les différents candidats pour ces élections sont à la conquête de l’électorat dans les différentes communes. Les spécimens des bulletins de vote pourront être utilisés comme outil de travail par les candidats au cours de cette campagne électorale qui prendra fin le 28 juin prochain.

Pour le compte de ces élections, les forces armées et de sécurité voteront par anticipation le jeudi 27 juin 2019, dans les centres de vote retenus par la CENI et publiés par voie de presse, en application de l’article 117 du code électoral.

Le vote par anticipation concerne uniquement les éléments des forces armées et de sécurité régulièrement inscrits sur les listes électorales et disposant de leur carte d’électeur. Les électeurs inscrits dans les centres de vote retenus voteront dans leurs bureaux de vote respectifs et émargeront sur la liste d’émargement du bureau de vote.

« Les électeurs non-inscrits sur la liste des centres de vote retenus et les électeurs en mission dans la localité et disposant de leur carte d’électeur, pourront voter sur présentation de celle-ci, après avoir rempli et signé le formulaire des votants par dérogation », indique un communiqué de la CENI.

Aussi, les formulaires nécessaires pour les délégués dans les bureaux de vote et pour les votes par procuration sont-ils disponibles aux sièges des Commission Electorales Locales Indépendantes (CELI).

Selon la CENI, un électeur ne peut recevoir qu’une seule procuration d’un donneur de procuration et les deux doivent figurer sur la même liste électorale du bureau de vote.

David S.




Tentative de coup d’État en Éthiopie : le chef d’état-major tué par son garde du corps

Le chef d’état-major de l’armée éthiopienne, le général Seare Mekonnen a été tué samedi par son garde du corps lors d’une tentative de renversement du gouvernement d’un des neuf États autonomes du pays, Amhara, selon les explications données ce dimanche 23 juin par la télévision éthiopienne et relayées par nos confrères de la RFI.

L’annonce de cette tentative de coup d’Etat dans la région Amhara dans le nord du pays, a été donnée par le Premier ministre Abiy Ahmed. Selon ce dernier, « l’opération a échoué et la situation est sous contrôle ».

Sont visés par ce coup dans lequel le président de la région Amhara, Ambachew Mekonnen a été également tué, plusieurs officiers ainsi que des représentants de la région, selon les informations données par le Premier ministre éthiopien.

« On a appris depuis, la mort du chef d’état-major, le général Seare Mekonnen, qui avait été blessé par balles. Il a été tué par son garde du corps à son domicile à Addis Abeba et celle du président Ambachew Mekonnen à Bahir Dar, capitale de l’Etat d’Amhara. Cet ancien conseiller en infrastructures du chef du gouvernement était en poste depuis le mois de mars seulement », fait savoir la RFI.

Il faut souligner que malgré les efforts en  faveur de la paix et la sécurité, l’Éthiopie connaît toujours des cycles d’affrontements et des violences intercommunautaires.

La Rédaction




Assainissement : Kamal Adjayi apporte son assistance aux habitants de Tokoin Elavagnon

Les populations de Tokoin Elavagnon ont de quoi pousser un ouf de soulagement en termes d’amélioration de leurs conditions de vie. Ceci à la faveur d’une opération d’assainissement menée ce samedi 22 juin par Kamal Adjayi, candidat sur la liste UNIR pour le compte de la commune Golfe 3 (Bè Ouest) aux élections municipales du 30 juin prochain.

Appuyés par les services techniques de l’Agence Nationale de Salubrité Publique (ANASAP), Kamal Adjayi et son équipe ont en effet débouché les caniveaux obstrués provoquant de grandes inondations dans ce quartier insalubre situé au bas-fond en bordure de la lagune.

Ils ont procédé à l’enlèvement des ordures sur les voies et à une opération de désengorgement des voies de canalisation des eaux dans ce quartier.

« Je connais bien ce quartier pour y avoir grandi, mais j’ai été ému de compassion lors de notre dernier passage ici, au lancement de la campagne électorale. J’ai donc décidé, avec les miens, de mobiliser la jeunesse pour cette opération. Car c’est une question de santé publique », a expliqué Kamal Adjayi, remerciant au passage l’ANASAP pour son assistance technique.

Cette action citoyenne n’a pas laissé indifférente les riverains qui ont salué l’initiative et remercié les candidats UNIR du Golfe 3.

« Ce travail est une fierté pour nous car on n’arrive pas à dormir quand il pleut parce que les caniveaux sont bouchés et l’eau rentre dans les maisons. C’est l’occasion de sensibiliser les gens du quartier d’être derrière ces candidats du Golfe 3 pour leur permettre de continuer le travail », a déclaré Antoine Lamboni, un habitant du quartier. « Cela fait un moment maintenant que nous cherchons à faire cette opération d’assainissement, mais faute de moyens matériels et financiers, nous n’y arrivons pas », a-t-il expliqué.

David S.




Élections municipales : la C14 en campagne à Atakpamé

La candidate en tête de liste de la coalition de l’opposition (C14) dans l’Ogou 1, Mme Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson était en campagne électorale ce vendredi 21 Juin à Atakpamé dans le cadre des élections municipales du 30 juin prochain. La secrétaire générale de la Convention Démocratique des Peuples Africains (CDPA) est allée présenter aux populations de l’Ogou, les candidats et les projets de société de la C14.

Dans son adresse à la population, Mme Kafui a souligné la volonté de la coalition de s’atteler à résoudre prioritairement les questions relatives à l’emploi, à l’eau potable, au réaménagement des écoles publiques, à la réhabilitation des centres médicaux sociaux, à l’aménagement de la rivière Eké afin d’améliorer l’esthétique de la ville.

Autre volet du programme de société, la construction des latrines, la dotation de la bibliothèque municipale en équipements de service internet et de NTIC, la réhabilitation des équipements marchands communaux tels que les marchés et un nouvel abattoir moderne répondant aux normes, l’amélioration de l’économie de la commune et l’efficacité du service communal.

Elle a expliqué que la gestion de la commune doit inspirer confiance à travers sa culture, ses traditions et ses fêtes dépolitisées. Elle a promis valoriser le tourisme et réhabiliter à sa juste valeur l’image de la chefferie traditionnelle. Elle a pour finir indiqué qu’elle veut faire de l’intercommunalité son outil de développement local.

De notre correspondant à Atakpamé, Evrard NOMANYO




Le HCRRUN en mission d’indemnisation dans les Plateaux

Le Haut Commissariat à la Réconciliation et au Renforcement de l’Unité Nationale (HCRRUN) avec à sa tête, la présidente Mme Awa Nana-Daboya a entamé cette semaine et ce, jusqu’au vendredi 28 Juin prochain, une mission itinérante d’indemnisation des victimes non vulnérables à Atakpamé dans les Plateaux. En effet, ils sont au total 475 victimes de violences à caractère politique venus de huit préfectures des Plateaux-Est notamment Ogou, Haho, Moyen-Mono, Est -Mono, Anie, Wawa, Amou, Akébou à bénéficier de cette nouvelle phase du programme d’indemnisation.

Le Préfet de l’Ogou M. Akakpo Edoh et la délégation du HCRRUN ont convié la population à la tolérance et la paix, des atouts précieux de la réconciliation.

Pour mémoire, rappelons que le nombre total des victimes recensées sur la période 1958-2005 est de 22.415 et le montant des réparations s’élève à plus de 35 milliards F CFA.

La 1ère phase a pris en compte les événements de 2005 subdivisés en deux sous-événements à savoir les troubles sociopolitiques suite au décès du Président Gnassingbé Eyadema le 5 février 2005 et ceux après l’élection présidentielle du 24 Avril 2005. Pour ces deux événements de 2005, le nombre de victimes recensées est de 7.057. La 1re tranche d’indemnisation avait couvert seulement 2.475 victimes.

Une enveloppe de 5 milliards de F CFA avait été mise à la disposition du HCRRUN pour cette nouvelle phase d’indemnisation des victimes au Togo.

De notre correspondant à Atakpamé, Evrard NOMANYO




Élections municipales : les explications du mode de scrutin

Le Togo se prépare à organier le 30 juin prochain, les élections municipales, les premières depuis 1987. Les conseillers municipaux seront élus au suffrage universel direct, au scrutin de liste bloquée, à la représentation proportionnelle. Quant à l’attribution des sièges, elle sera faite selon le système du Quotient Electoral (QE) communal et au plus fort reste.

Selon les explications du Président de la Commission Electorale nationale Indépendante (CENI), le Quotient électoral est le rapport entre le nombre total des suffrages exprimés par circonscription électorale et le nombre de sièges à pourvoir.

« Pour déterminer ce quotient, on divise le nombre total des suffrages exprimés par le nombre des conseillers de préfecture à élire. Les suffrages recueillis par chacune des listes sont divisés par le quotient électoral pour obtenir un nombre déterminé de sièges », a indiqué M. Tchambakou Ayassor dans une interview accordée à la presse.

« Après attribution des sièges en fonction du quotient électoral, il reste un certain nombre de suffrages non utilisés recueillis par chaque liste. Les sièges restants à pourvoir sont attribués aux listes qui l’obtiennent, par ordre décroissant, les plus forts restes », a précisé le Président de la CENI.

Il faut rappeler que pour ces élections municipales, cinq cent soixante-neuf (569) listes de candidats sont en compétition pour l’élection de 1.527 conseillers municipaux dans les 117 communes que compte le pays.

David SOKLOU




Municipales : Les candidats UNIR de la commune OGOU 1 en campagne électorale

Dans la commune Ogou 1, les candidats du parti Union pour la République (UNIR) mobilisent les populations dans la perspective des élections municipales du 30 juin prochain. La candidate en tête de liste, Mme Kouigan Yawa Florence a entamé ce mercredi 19 Juin, sa campagne électorale dans son village natal à Gbéko, localité située dans le canton de Houdou (Préfecture de l’Ogou).

Cette rencontre de la candidate avec sa population d’origine se situe dans le cadre du lancement officiel de la campagne électorale du parti UNIR dans l’Ogou. Elle s’est déroulée dans une ambiance festive en présence des cadres de l’UNIR, des autres candidats sur la liste de UNIR-Ogou 1 ainsi qu’une foule venue des villages environnants.

Les échanges ont essentiellement porté sur la nécessité d’aller voter dans le calme pour se choisir des conseillers municipaux qui seront en mesure de continuer à faire face aux préoccupations majeures de la commune d’Atakpamé.

Mme Kouigan a dans son intervention demandé aux militants et sympathisants de son parti, de prêter mains fortes à tous les candidats inscrits sur la liste d’UNIR-Ogou 1 afin qu’ensemble, ils puissent mener le bateau à bon port.

Elle a également demandé aux siens de faire vent pour son parti à travers ces élections municipales. Pour elle, l’œuvre de développement a commencé il y a longtemps avec le chef de l’état Faure Gnassingbé, président national du parti UNIR.

« Cette œuvre est inscrite dans le Plan National de Développement (PND 2018-2022) et il appartient aux conseillers communaux de donner les moyens à M. Faure de poursuivre le développement pour la prospérité partagée », a-t-elle souligné.

Les Ministres en charge de l’Agriculture et celui de l’environnement, respectivement messieurs Bataka Koutera et Oladokoun David Wonou ont tour à tour expliqué les atouts du PND au public.

Pour eux, l’effectivité du PND trouve son importance d’aller voter massivement les conseillers municipaux issus du parti UNIR. « Le plus important, C’est la scolarité de nos enfants, la Santé, les infrastructures routières, l’engrais pour les paysans, l’emploi pour les chômeurs, les marchés pour nos mamans, etc. Mais pour que cela soit possible, il nous faut des conseillers municipaux et pour l’avoir nous devons les élire puisque le Togo a opté pour la démocratie. C’est là où réside l’importance de cette élection » : C’est par ces propos que  les deux Ministres ont encouragé la population de l’Ogou à aller voter le jour du scrutin pour choisir ceux qu’elle juge capable de garantir la paix et Le développement de leur commune.

Depuis Atakpamé, Evrard Nomanyo




Bientôt un forum économique Togo-Brésil

Un forum économique Togo-Brésil pourra être très prochainement organisé au Brésil, un pays de l’Amérique latine. C’est l’une des décisions issue d’une visite officielle effectuée ces 17 et 18 juin 2019 à Brasilia, par le Ministre togolais des Affaires Etrangères, de l’Intégration Africaine et des Togolais de l’Extérieur, Prof. Robert DUSSEY auprès de son homologue Ernesto ARAUJO, Ministre des Relations Extérieures de la République fédérative du Brésil.

Le  chef de l’Etat Togolais Faure Gnassingbé est annoncé à ce prochain rendez-vous économique qui interviendra après celui entre le Togo et l’Union européenne tenu les 13 et 14 juin derniers à Lomé.

Cette visite au Brésil a en effet permis aux Ministres Robert DUSSEY et Ernesto ARAUJO de procéder à des échanges de vues sur des questions d’intérêt commun d’ordre bilatéral, régional et multilatéral.

Les deux personnalités se sont engagées à organiser dans un avenir proche, la première session de la Commission mixte de coopération entre le Gouvernement de la République Togolaise et celui de la République Fédérative du Brésil en vue de renforcer leur collaboration dans les domaines politique, économique, sécuritaire, scientifique, culturel et technique.

Le Prof. Robert DUSSEY et son homologue brésilien ont également convenu de la signature prochaine de plusieurs accords dont un mémorandum d’entente entre l’Institut Rio Branco du Ministère des Relations Extérieures de la République Fédérative du Brésil et le Ministère des Affaires Etrangères de la République Togolaise sur la coopération dans le domaine de la formation des diplomates, un accord dans le domaine du service aérien et un accord cadre de coopération dans le domaine de la sécurité et de la défense.

Au sujet des questions d’ordre régional, les deux Ministres ont évoqué la recrudescence des actes de terrorisme, de radicalisation, d’extrémisme violent et de piraterie maritime sur le continent et particulièrement en Afrique de l’Ouest.

Quant aux questions d’ordre multilatéral, ils ont souligné l’importance du renforcement de leur collaboration dans le cadre des Organisations Internationales, en s’accordant particulièrement leurs soutiens réciproques en cas de candidature à un poste au sein d’une organisation donnée.

Il faut souligner qu’en marge de cet entretien, le Prof. Robert DUSSEY a animé une conférence sur le thème « Extrémisme violent et défis sécuritaires en Afrique de l’Ouest : quel rôle pour la diplomatie préventive ? » à  l’Institut Rio Branco du Brésil. Occasion pour le patron de la diplomatie togolaise de démontrer les limites de la sécurité et de la réponse militaire face à la menace et d’énumérer quelques solutions fondées sur la diplomatie préventive pour endiguer le mal.

Au terme de sa visite, le ministre Dussey a invité son homologue à effectuer une visite en République Togolaise, invitation acceptée par Ernesto ARAUJO.

David