Togo : Le 4è sommet mondial des filles a tenu toutes ses promesses

C’est sur une note de satisfaction et d’engagement pour un monde plus égalitaire qu’ont pris fin ce vendredi 22 octobre 2021 à Lomé, les travaux du 4è sommet mondial des filles marqué par des débats et propositions de solutions durables à la problématique liée au développement du potentiel de la jeune fille.

Organisé par Plan International et de ses partenaires, cet évènement, le premier du genre sur le continent africain, a tenu toutes ses promesses avec la mobilisation de plus de 5.000 participants de plus de 50 pays en présentiel et en ligne.

Les différentes organisations de filles de la CEDEAO et de la CEEAC ont pris une part active aux 12 sessions qui ont meublé ce sommet mondial des filles durant deux jours à Lomé.

La clôture des 02 jours de travaux a été présidée au nom du chef de l’Etat par la Présidente de l’Assemblée nationale togolaise Mme Yawa Djigbodi Tsègan en présence de la première Dame du Burkina Faso, Mme Sika Kaboré, des membres du gouvernement et des organisations de la société civile.

Le sommet a abouti à d’importants engagements assortis d’une feuille de route à soumettre aux plus hautes autorités des différents pays.

Les différentes recommandations portent entre autres sur la mise en place de la chaine de protection contre toutes les formes de violences à l’égard des filles et des jeunes femmes, l’harmonisation des textes de lois et leur mise en œuvre effective à tous les niveaux, l’écoute, l’implication et la prise en compte des actions des structures de jeunes, la mise à disposition des services sanitaires adaptés, l’implication des filles dans la mise en place du parlement des jeunes.

« Nous partons d’ici le cœur rempli d’engagement en faveur d’un monde égalitaire plus juste en faveur des filles (…) ; Tous ceux qui sont dans cette salle et tous ceux et celles qui sont en ligne ne sont motivés par une seule chose ; une société juste, une société sereine, une société apaisée dans laquelle toutes les filles du nord au sud, de l’est à l’ouest ont le droit et l’accès à l’éducation, au leadership, aux décisions qui leur concernent et enfin à l’épanouissement », a indiqué Mme Awa Faly Ba, Directrice pays de Plan International Togo.

« Les conclusions auxquelles les travaux ont abouti, les diverses propositions et recommandations recueillies nécessitent la mise en place d’un mécanisme de concertation efficace, dans la continuité de ce sommet, en vue de faire le suivi de leur mise en œuvre. Le Togo, avec détermination et perspicacité, poursuivra les efforts entrepris, dans cette dynamique renouvelée pour l’équité et l’égalité de genre, toujours sous le leadership du Président de la République, dont la volonté politique demeure constante », a pour sa part estimé Mme Yawa Tsègan, tout en lançant à l’endroit des jeunes filles un message d’espérance et de confiance en l’avenir.

David S.




Redynamisation de la coopération entre Lomé et Libreville

La coopération bilatérale entre le Togo et le Gabon se redynamise davantage. Le Premier ministre togolais Mme Victoire Tomégah-Dogbé a en effet effectué cette semaine une visite d’amitié et de travail à Libreville où elle a été reçue en audience jeudi 21 octobre par le Président gabonais Ali Bongo Ondimba.

Selon une note de la Primature, la cheffe du gouvernement a d’abord transmis les salutations « fraternelles et amicales » du chef de l’État togolais Faure Gnassingbé au Président gabonais Ali Bongo Ondimba.

Mme Victoire Tomégah-Dogbé a également salué les performances économiques réalisées par le Gabon ces dernières années.

« Ce qui se fait aujourd’hui est inspirant, exemplaire et j’ai tenu à dire au Président que le Togo est dans la même dynamique, puisque depuis le mois de juin 2021, le Togo aussi a eu à lancer la plateforme industrielle (PIA) pour faire de la transformation économique de toutes les matières premières notamment le coton, mais aussi créer un écosystème attractif pour les investisseurs et faire en sorte qu’on puisse créer plus de richesse, plus d’emplois pour nos jeunes et répondre aux attentes des populations en terme d’inclusion », a-t-elle indiqué.

Une autre étape de la visite en terre gabonaise est le déplacement du Premier ministre Victoire Tomégah-Dogbé et sa délégation sur le site de la Zone économique de Nkok qui a été « fort enrichissante ».

Visite sur le site industriel de Nkok

« Pour le Togo qui s’est engagé dans une nouvelle dynamique industrielle avec notamment la mise en place de la Plateforme industrielle d’Adétikopé (PIA). La ZERP de Nkok constitue une véritable inspiration », a-t-elle fait savoir.

Il faut souligner que mercredi, Mme Victoire Tomégah-Dogbé a eu une séance de travail avec son homologue du Gabon Mme Rose Christiane Ossouka Raponda en présence de membres de leurs gouvernements respectifs. Les échanges ont notamment porté sur des projets de développement des présidents des deux pays en matière d’industrialisation, d’inclusion et de développement durable.

La Rédaction




Togo/ Mécanisme Forêts et Paysans : Un collège régional de femmes installé dans les Plateaux

Dans le cadre de la mise en œuvre de ‘initiative dénommée « Mécanisme Forêts et Paysans (FFF) » pour le compte de l’année 2021, un collège régional des femmes des faîtière membres de la  Coordination Togolaise des Organisations Paysannes et Producteurs Agricoles (CTOP) dans la région des plateaux, a été installé ce mardi 19 octobre à Atakpamé.

La mise en place de ce  collège  a été effectuée par une délégation du Réseau des Femmes Africaines pour la gestion des communautaires des Forêts (REFACOF) basée dans les régions maritime et plateaux, conduite par Mme Padayodi Tchilalou représentant sa présidente.

Cette action a bénéficié de l’appui financier de l’Organisation des Nations-Unies pour l’Agriculture et l’Alimentation(FAO), pour renforcer la présence desdites femmes, leur leadership et leur contribution à la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Composé de 5 membres, ce collège est dirigé par la présidente du Réseau National des Femmes Agricultrices du Togo (RENAFAT), Mme Attikpo Charité. Elu pour une durée de 2 ans renouvelables une seule fois, il a pour mission d’assurer une réelle participation des femmes à la mise en place des Zones d’Aménagement Agricoles Planifiées (ZAAP), de faire bénéficier ces femmes de la région du Mécanisme Incitatif au Financement Agricole (MIFA SA), à l’opération WEZOU pour les femmes enceintes, de leur assurer l’accès au foncier et au financement.

Le collège aura également pour mission d’aider le gouvernement dans ses diverses actions de promotion de l’équité genre.

L’occasion a permis à cette vingtaine de femmes de l’Organisation Paysanne et de Producteurs Agricoles des Plateaux de partager non seulement les enjeux et défis actuels auxquels sont confrontées les femmes agricultrices et transformatrices afin de susciter des réflexions en termes de propositions et des actions de plaidoyer mais également d’adopter le règlement intérieur et la feuille de route dudit collège en présence de Mme Nakpergou Noumpou, vice présidente de la CTOP, représentant son président du Conseil d’Administration et de M. Fiakli Seyram représentant le directeur régional de l’agriculture , de l’élevage et du développement rural.

Pour Fiakli, une chose est de s’organiser mais le plus important, c’est d’avoir une organisation active et viable qui connait ses prérogatives.

Mme Attikpo a au nom de ses consoeurs promis travailler en parfaite harmonie et synergie avec l’ensemble des acteurs de développement de la région.

Pour rappel, le collège des femmes est une initiative sous régionale initiée par le Réseau des Organisations Paysannes et de Producteurs Agricoles de l’Afrique de l’Ouest (ROPPA) depuis sa création en 2000. C’est la volonté des femmes rurales des régions de se fédérer autour d’un cadre de concertation et d’action pour mieux réfléchir sur les préoccupations qui sont les leurs et mieux contribuer à l’élaboration, la mise en œuvre et le suivi des projets de développement agricoles dans la région.

Depuis Atakpamé, Evrard Nomanyo




Lomé : Inauguration de l’école internationale Maarif par Mme Yawa Tsègan et la 1ère dame turque, Emine Erdogan

La présidente de l’Assemblée nationale Mme Yawa Tsègan et la première dame turque Emine Erdogan ont procédé ce mardi 19 octobre à l’inauguration de l’école internationale Maarif située à la cité millénium à Lomé.

Il s’agit d’une activité qui s’est déroulée en marge de la visite du président Turc au Togo, Recep Tayyip Erdogan dans le cadre du renforcement des liens d’amitiés et de coopération entre la Turquie et le Togo.

D’une capacité d’accueil de 420 élèves, l’école internationale Maarif de Lomé est dotée d’un programme international et réunit les conditions adéquates pour offrir aux apprenants de toutes les nationalités, une formation allant du préscolaire à l’enseignement supérieur.

Cette école va contribuer selon Emine Erdogan, au renforcement des relations diplomatiques entre la Turquie et le Togo. L’objectif selon elle est d’offrir une éducation de qualité aux enfants togolais.

La présidente de l’Assemblée nationale a dans son intervention a rendu un vibrant hommage à Emine Erdogan qui, dit-elle, ne ménage aucun effort pour voler au secours des couches vulnérables dans plusieurs pays.

« Une telle manifestation reste avant tout un beau témoignage de la vitalité des liens d’amitié et de coopération entre la République de Turquie et la République du Togo qui se renforcent et se diversifient davantage », a indiqué Mme Yawa Tsègan.

Cette école est créée en 2016 par la fondation Maarif de Turquie en coordination avec le ministère turc de l’Éducation ainsi que celui des Affaires étrangères. Elle gère des établissements allant du préscolaire à l’enseignement supérieur, des laboratoires et des centres de recherche entre autres.

Il faut souligner que la Fondation Maarif compte 397 établissements d’enseignement dans 67 pays au monde. 129 de ces écoles se trouvent dans 25 pays africains.

La Rédaction




Coopération : Un nouvel élan au partenariat entre Ankara et Lomé

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a effectué ce mardi 19 octobre à Lomé, une visite d’amitié et de travail de 24 heures où il rencontré son homologue togolais Faure Gnassingbé.

Cette première visite du dirigeant turc au Togo s’inscrit dans le cadre du renforcement de la coopération entre les deux pays notamment dans les domaines diplomatiques, économique et commercial.

Au cours de son séjour, Recep Tayyip Erdogan a eu un entretien en tête-à-tête avec son homologue togolais Faure Gnassingbé. Au menu des discussions, le partenariat entre Ankara et Lomé, de même que les perspectives de la coopération et d’autres sujets d’intérêt commun.

La visite a été également marquée par une séance de travail entre les délégations turque et togolaise, et une signature d’accords de coopération entre les deux pays.

Faure Gnassingbé et Recep Tayyip Erdogan se sont réjouis de l’excellence des relations de coopération entre les deux pays, marquées par l’ouverture récente de l’ambassade de Turquie à Lomé, l’avancée des discussions pour l’ouverture d’ici à la fin de l’année de la représentation diplomatique du Togo à Ankara et la facilité d’obtention de visa.

Les deux chefs d’Etat ont convenu de la nécessité de renforcer et diversifier davantage les échanges commerciaux entre leurs pays et de faciliter les flux d’investissements entre Ankara et Lomé, à travers le rapprochement continu et soutenu des secteurs privés togolais et turc.

Les deux parties ont également exploré la mise en place d’une liaison aérienne entre les deux pays par Turkish Airlines, en tant que gages solides d’une meilleure mobilité des hommes, des biens et des capitaux.

« Lors de nos entretiens avec le Président Faure Gnassingbé et des séances de travail entre les délégations, nous avons évoqué comment développer davantage nos relations bilatérales. Avec le Togo, nous avons des opinions et des approches qui convergent sur de nombreux sujets. Les sociétés turques sont prêtes à apporter leurs contributions pour les investissements au Togo dans les domaines du tourisme, de l’énergie et de la construction », a indiqué Recep Tayyip Erdogan, félicitant les autorités togolaises pour les réformes économiques engagées en faveur de l’amélioration du climat des affaires.

Le chef de l’Etat a saisi l’occasion pour présenter les opportunités qu’offre le Togo en matière d’investissement, et de se féliciter d’un nouveau partenariat empreint de dynamisme qui caractérise depuis quelques années la coopération entre la Turquie et les pays africains dont le Togo.

Il faut souligner qu’en marge des échanges bilatéraux, une autre rencontre a été élargie aux chefs d’Etat du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré et celui du Liberia, George Weah. Il s’est agi d’un mini sommet de haut niveau qui a permis aux dirigeants de faire le point de la situation politique et sécuritaire dans la sous-région ouest africaine et dans le Sahel, et d’explorer de nouvelles pistes de solutions en appui aux différentes initiatives existantes.

La Rédaction




Développement Local : Des maires renforcent leurs capacités à Atakpamé

Les membres du bureau de la Faîtière des Communes du Togo (FCT) prennent part depuis ce lundi 18 octobre à Atakpamé, à un atelier de formation initié conjointement par le ministère de l’administration territoriale, de la décentralisation et du développement des territoires et celui de la planification du développement.

Cette rencontre de deux jours qui se tient avec l’appui technique et financier de l’ONG Internationale Aide et Action se veut de renforcer la capacité des élus locaux sur les thématiques de développement local dont le thème global repose sur : « la coopération décentralisée au regard de la politique nationale de la coopération au développement ».

Elle a pour but de dynamiser la coopération décentralisée et de développer de nouveaux espaces de dialogue, de concertation et d’expérimentation du développement durable local à travers la coopération décentralisée.

Ces assises considérées comme un nouveau partenariat entre de nouveaux acteurs entre autres les ONG, les associations professionnelles et surtout les collectivités locales jouent un rôle de plus en plus précieux dans la coopération au développement selon le directeur régional Afrique Aide et Action M. Adjimon Koffi.

Pour le directeur de cabinet au ministère en charge du développement des territoires représentant son ministre M. Lakougnon Essossima Koffi, l’enjeu  est d’inscrire les actions dans une logique de consolidation de la décentralisation et de synergie d’intervention des acteurs locaux.

« C’est de réfléchir ensemble sur les axes et les ambitions de la nouvelle feuille de route Togo 2025 et la politique nationale de la coopération au développement », a-t-il ajouté.

Les participants auront avec des experts à plancher sur diverses thématiques notamment : les enjeux de la coopération décentralisée, la coopération décentralisée à la lumière de la coopération pour le développement, la coopération décentralisée au service de l’éducation, de la santé et l’assainissement, la prévention et la lutte contre l’extrémisme violent dans les communes.

Des personnalités notamment le préfet de l’Ogou Akakpo Edoh, et le 2 ème Adjoint au maire de la commune Ogou 1, M. Toyo Yao (représentant Mme le Maire) participent  également aux travaux.

Depuis Atakpamé, Evrard Nomanyo




Décès de Patricia Hawkins, ancienne ambassadrice des Etats-Unis au Togo

Patricia Hawkins, ancienne ambassadrice des Etats-Unis au Togo (2008-2011) n’est plus.

Elle s’est éteinte à 72 ans, une information communiquée lundi 18 octobre par la représentation américaine à Lomé.

La diplomate Patricia Hawkins a au cours de sa carrière représenté les Etats-Unis dans plusieurs autres pays africains et latino-américains. Elle est connu pour son franc parler, son humanisme et son enthousiasme à défendre l’idéal américain en matière de démocratie.

La Rédaction




Vote du budget, exercice 2022 de l’Assemblée nationale

Le budget exercice 2022 de l’Assemblée nationale a été voté ce lundi 18 octobre au cours de la 8ème séance plénière de la deuxième session ordinaire de l’année, dirigée par la présidente de l’Assemblée nationale, Mme Yawa Djigbodi Tsègan.

Les travaux se sont déroulés à huit clos, conformément, aux dispositions de l’article 95 de la constitution et 50 alinéa 2 du règlement intérieur de l’Assemblée nationale.

En effet, l’autonomie financière dont jouit la Représentation nationale lui permet d’établir son budget conformément à l’article 17-1 de son règlement intérieur et ensuite de le voter.

Le budget adopté sera intégré au budget général de l’État, exercice 2022.

Il faut souligner que sur demande de la présidente de l’Assemblée nationale, les députés ont observé avant le début des travaux, une minute de silence en hommage de Eklou Essohanam Balakiyem Modibo, 2ème questeur de la Représentation nationale, rappelé à Dieu le mercredi 13 octobre dernier.

David S.




Ce qu’il faut retenir de la 22e session du dialogue politique Togo-Union Européenne

La 22e session du dialogue politique Togo-Union Européenne (UE) s’est tenue ce lundi à Lomé, une session conjointement présidée par le ministre des affaires étrangères Prof. Robert Dussey et l’ambassadeur de l’Union Européenne au Togo Joaquin Tasso Vilallonga.

Les travaux destinés à renforcer les relations bilatérales, ont permis aux deux parties d’échanger sur divers sujets notamment des questions politiques, économiques, sociales, sanitaires et afro-européennes.

« Nous avons débattu de plusieurs sujets à travers des échanges francs et ouverts qui nous ont permis d’avancer vers les réalisations des objectifs communs. Nous nous félicitons donc de l’excellence des relations entre l’UE et le Togo et de la convergence de vues des deux partenaires sur de nombreux sujets internationaux », a indiqué à l’issue des assises, Joaquin Tasso Vilallonga.

Au sujet de crise de la Covid-19, le Togo a salué l’accompagnement de l’UE et de ses membres dans la riposte à la pandémie et la réduction de son impact socioéconomique dans le pays. En retour, la délégation de l’UE a salué les efforts du Togo dans la gestion de la pandémie.

Le Togo a été félicité pour ses progrès réalisés ces dernières années notamment dans le domaine des finances publiques et du climat des affaires, et pour sa performance dans la promotion du leadership féminin.

Quant aux prochaines élections régionales prévues en 2022, l’Union européenne a souhaité un scrutin libre et transparent avec des résultats acceptés de tous. La délégation togolaise a à cet effet rassuré du caractère inclusif du processus de préparation de ce processus électoral.

Des questions relatives aux droits de l’Homme avec la préparation de l’Examen Périodique Universel par le Togo, le prochain sommet Union Africaine-Union Européenne qui aura lieu début 2022, la situation sécuritaire au Sahel et dans le Golfe de Guinée, sont par ailleurs les autres sujets abordés par les deux parties.

Cris DADA




Togo : Le taux de croissance économique projeté à 5,3 % en 2021

Au Togo, le rythme de progression de l’activité économique est revu à la hausse, avec un taux de croissance économique qui devrait atteindre 5,3 % en 2021, soit un raffermissement de 50 points de base par rapport à la prévision initiale, selon les prévisions du gouvernement.

Le taux de croissance économique avait été en effet projeté à 4,8 % au début de l’année, après 1,8 % enregistré en 2020 pour cause des impacts négatifs de la crise sanitaire de la Covid-19.

« Après neuf mois d’activité, les indicateurs de conjoncture économique indiquent une reprise plus soutenue qu’attendu de l’activité dans le secteur tertiaire qui affiche une plus forte résilience face aux effets négatifs de la Covid-19 », a expliqué le gouvernement à la troisième session de l’année 2021 du Conseil National du Crédit.

En ce qui concerne le taux d’inflation moyen, les données indiquent qu’il s’est établi à 3,9 % à fin août 2021, imputable au renchérissement de certains produits vivriers, en raison d’un approvisionnement peu suffisant des marchés.

Dans le souci de renforcer le cadre macroéconomique un coup d’accélérateur est porté sur la mise en œuvre de la feuille de route quinquennale 2020-2025 avec certains initiatives notamment la mise en service le 15 septembre dernier, de la Plate-forme Industrielle d’Adétikopé (PIA) et de son Port Sec, de même que l’adoption d’un décret portant approbation de la Charte des Très Petites et Moyennes Entreprises (TPME).

David S.