16ème FIL : Fin des activités sur une note de satisfaction, 995 exposants et plus de 308.000 visiteurs enregistrés

Les activités de la 16ème foire internationale de Lomé ont pris fin ce  lundi 09 décembre sur une note de satisfaction générale selon l’administration du Centre Togolais des Expositions et Foires de Lomé (CETEF). Ouverte le 22 novembre dernier, cette foire a enregistré au total 995 exposants et plus de 308.000 visiteurs, des résultats au delà des attentes.

« Le E-commerce pour une forte expansion des échanges », c’est le thème au centre de cette édition de la foire maquée par 18 jours d’activités notamment des expositions-ventes, des rencontres d’affaires, des conférences, des séminaires, des tables rondes et des spectacles.

« On a eu beaucoup de visiteurs. Nous avons battu ce record que nous attendons tant à savoir les 300.000visiteurs. Au niveau des différentes activités également que nous avons organisé pendant la foire, tout s’est bien déroulé comme sur des roulettes avec des retours très favorables que ça soit de la part des participants exposants ou des visiteurs. Donc disons que nous avons eu la main de Dieu qui a plané sur la foire et on est heureux d’avoir de très bon résultats pour cette 16ème édition de la foire », a déclaré le Directeur général du CETEF Lomé.

« Les expositions ont été faites dans le temps et les visiteurs ont massivement fait le déplacement. La programmation de nos activités a été réalisée et exécutée. Au niveau de l’organisation, nous ne pouvons que nous réjouir », a ajouté Johnson Kuéku-Banka. « Toutes les manifestations programmées à cette foire, notamment les fora, les panels et les conférences, ont connu une parfaite réussite. Elles ont connu un succès retentissant », s’est-il réjoui.

Au total 290 rencontres d’affaires « B 2 B » ont été organisées au cours de cette foire entre une soixantaine d’entreprises togolaises et étrangères. Ce qui a abouti à 77 promesses d’affaires fermes. Le Directeur du CETEF a indiqué qu’un comité de suivi est déjà mis en place afin de suivre toutes ces promesses d’affaires et avoir leur retour.

Le rendez-vous est pris l’année prochaine pour la 17ème édition de la foire internationale de Lomé dont la date sera communiquée très prochainement.

Pour rappel, la foire internationale de Lomé est une manifestation phare de l’Afrique de l’Ouest, un cadre idéal de promotion des produits et services, de contacts d’affaires, d’échanges, et de recherches de partenaires commerciaux. Cette fête foraine qui est organisée depuis 1985 à Lomé, demeure l’un des plus grands rendez-vous économiques de l’Afrique en général, et de la sous-région ouest africaine en particulier.

David S.




Un nouveau cadre de coopération entre le Togo et le Système des Nations Unies

Un nouveau cadre de coopération couvrant la période 2019-2023 a été signé ce lundi à Lomé entre le gouvernement togolais et le Système des Nations Unies.

Les documents ont été paraphés par la ministre de la planification du développement et de la Coopération, Mme Ayawovi Demba Tignokpa et le Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies au Togo, M. Damien Mama de même que les représentants des agences résidentes et non résidentes.

Avec ce nouveau cadre de coopération, c’est au total treize entités onusiennes qui se sont engagées à mobiliser 71,870 milliards de F.CFA pour le Togo durant les 5 prochaines années.

Le nouveau Cadre de Coopération pour le Développement se présente en  effet comme le document stratégique commun des agences du Système des Nations Unies opérant au Togo. Il définit la réponse collective, cohérente et intégrée des Nations Unies aux priorités de développement consignées dans le Programme National de Développement (PND) et en cohérence avec les Objectifs de Développement Durable (ODD).

Quatre (4) domaines prioritaires sont retenus par l’équipe pays du Système des Nations Unies, en collaboration avec le gouvernement et les partenaires. Il s’agira de contribuer à améliorer l’employabilité et le potentiel entrepreneurial des femmes et des jeunes et favoriser leur accès à un emploi décent, renforcer les capacités des populations et leur faciliter l’accès à un cadre de vie décent et aux ressources naturelles et énergétiques durables, d’améliorer l’accès équitable des populations aux services sociaux de base de qualité, et de contribuer au renforcement des institutions publiques pour leur permettre de délivrer des services de qualité et assurer la cohésion sociale.

« Le Togo affiche de grandes ambitions, et ce cadre de coopération constitue l’offre du Système des Nations Unies pour accompagner le pays dans la réalisationdes Objectifs du Développement Durable, tout en veillant à ne laisser personne de côté », a indiqué M. Damien MAMA, Coordonnateur Résident du Système des Nations Unies au Togo.

David S.




Tentative d’insurrection : Le gouvernement rassure le Corps diplomatique

Le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, Général Damehame Yark et ses collègues Payadowa Boukpessi de l’Administration territoriale et Christian Trimua des Droits de l’Homme étaient ce lundi à Lomé face au corps diplomatique accrédité au Togo. Objectif, faire le point de la tentative d’insurrection du 23 novembre dernier et rassurer que toutes les dispositions sont prises afin que ce projet n’aboutisse pas.

Le ministre Yark a indiqué qu’à ce jour, 28 personnes ont été interpelées dans le cadre des enquêtes. Il a précisé que les portables saisis, fournissent des informations pour la suite des interpellations. Par ailleurs, des objets compromettants ont été également saisis chez les interpelés et des indices de leur participation au mouvement ont été identifiés.

« Ces objets ont été mis sous scellés et remis à la justice pour les besoins de l’enquête », a fait savoir le ministre de la Sécurité avant d’appeler les populations à plus de vigilance avec les réseaux sociaux.

Le mouvement d’insurrection du 23 novembre dernier avait entraîné des blessés et un mort au sein des forces de sécurité de même que des dégâts matériels. 5 fusils AK47 à Lomé et une arme AK47 à Sokodé avaient été emportés par les membres du mouvement. Ces derniers se sont attaqués dans la nuit du 23 novembre aux forces de sécurité qui étaient en service au niveau d’Agoè-Echangeur à Lomé, et au commissariat du 7e arrondissement.

Ce mouvement dénommé le « Tigre révolution » avait pour objectif selon le gouvernement, de déstabiliser les institutions de la République et semer des troubles au sein de la population.

Cris DADA




Atakpamé : Les élèves du lycée d’Agbonou sensibilisés sur le produit SCHOOL-ASSUR

Une délégation médicale du Centre Medico-social (CMS) d’Agbonou conduite par son responsable médecin diabétologue Dr Toudeka Edem, a sensibilisé les élèves du lycée d’Agbonou (LYAGBO) sur le produit « school-assur » ce vendredi 6 décembre à Agbonou, localité située à 5 Km environ au sud d’Atakpamé. Elle a été assistée par le proviseur dudit établissement, M. Dossou Delofon.

Cette sensibilisation vise à informer certains élèves et et à redynamiser chez d’autres, la connaissance sur le produit School Assur né de la vision du chef de l’Etat en faveur de la jeunesse Togolaise.

Elle a été une occasion pour les orateurs, de conscientiser les bénéficiaires sur les grandes lignes du contrat notamment le principe de la couverture, les garanties couvertes et les capitaux garantis.

Le docteur en expliquant aux élèves comment bénéficier de la couverture, a indiqué qu’il faut être un écolier ou un élève togolais dûment enregistré dans une école, un collège ou un lycée public. Il a à travers une série de question-réponse satisfait les inquiétudes et préoccupations des uns et des autres. La prise en charge School Assur se fait au CMS Agbonou, à la Polyclinique du district sanitaire de l’Ogou et au CMS de Midoudou. Le Centre hospitalier régional (CHR) d’Atakpamé est le lieu de référence.

Le proviseur Dossou a pour sa part remercié et félicité le gouvernement pour ses mesures en faveur de la protection des apprenants en matière de santé. Il a exprimé sa gratitude aux initiateurs de cette opportunité qui va éveiller et inciter les parents à prendre leurs responsabilités dans l’éducation des enfants. Il a pour finir exhorté ses élèves à relayer le message autour d’eux.

De notre correspondant à Atakpamé, Evrard Nomanyo




Tsédé Edem annonce sa candidature pour la prochaine élection présidentielle

Un nouveau candidat indépendant vient de s’annoncer dans la perspective de la prochaine élection présidentielle au Togo. Il s’agit de M. Tsede Edem. Cet ex-assistant de projet entre l’Allemagne et le Togo a annoncé sa décision de briguer la magistrature suprême du pays au cours d’un point de presse tenu ce jeudi 5 décembre dans son fief à Atakpamé dans la préfecture de l’Ogou.

Au cours d’une déclaration en présence d’une foule à Djama, quartier situé dans la banlieue Nord-Est d’Atakpamé, le candidat a amené la population à revisiter le passé du pays à travers son histoire et sa politique. En relevant les pans de la politique togolaise, il a souligné d’une part, le manque de volonté de construire un véritable Etat de droit et de démocratie et d’autre part, une opposition qui semble ne pas savoir ce qu’elle veut.

Il a dans sa déclaration dénoncé les erreurs de ses aînés qu’ils soient du parti de la mouvance présidentielle ou de l’opposition et exprimé sa conviction de remporter le prochain scrutin présidentiel, ambition qu’il nourrit selon lui, depuis 20 ans.

Tsede Edem promet déjà œuvrer pour le développement durable et l’inclusion sociale.

Tsede Edem est né le 19 septembre 1974 à Atakpamé dans la préfecture de l’Ogou. Il a fait ses études primaires et secondaires respectivement à EPP Midoudou et au Collège St-Albert le grand à Atakpamé sanctionnées par un BAC série A4 en juin 1998. Il a fait des études en anglais et en Allemand à l’Université de Lomé de 1998 à 2001 et en sciences politiques à l’Université de Marbourg en Allemagne  de 2002 à 2005.

Actuellement Manager d’artistes, Tsede Edem a été journaliste-reporter, ex assistant de projet entre l’Allemagne et le Togo, ex animateur de projet à l’ONG Actions pour un Développement des Populations (ACDEP) basée à Atakpamé, ex assistant de projet à l’Union des Chambres Régionale de Métiers du Togo (UCRMT), Président- Fondateur de Jungbrunnen der Weisheit (JbW).

Depuis Atakpamé, Evrard Nomanyo




Atakpamé : L’ONG SOS-VITA célèbre son jubilé de porcelaine

L’ONG SOS-VITA est en fête. Cette organisation basée à Atakpamé dans la préfecture de l’Ogou célèbre en effet cette année, son jubilé de porcelaine (20 ans d’existence). Les manifestations festives ont été officiellement lancées ce jeudi 05 décembre  au cours d’une cérémonie en présence des préfets de l’Ogou, de l’Anié et de l’Akébou.

Créée en 1999 par une trentaine de personnes de bonne volonté venues d’horizons professionnels divers, l’association pour la protection et la promotion de la vie (SOS-VITA) a bâti sa renommée sur la promotion des droits des femmes, des enfants, des jeunes garçons et surtout des filles.

Elle a réalisé pas moins de trente projets d’utilité publique contribuant ainsi à soulager un temps soit peu les communautés à la base sur leur bien être physique, mental, psycho affectif, socioéconomique et sur l’environnement. Des projets notamment la santé maternelle et infantile, l’éducation de la jeune fille, la santé sexuelle et de reproduction, le planning familial, la prise en charge des orphelins, veuves et personnes affectées par la pandémie du VIH/Sida.

« Nous avons apporté notre modeste pierre, si petite soit-elle au développement des communautés dans lesquelles nous sommes intervenus et continuons par intervenir », a indiqué Mme Poutouli Nicole, Présidente du Conseil d’administration.

Elle a rendu hommage aux partenaires techniques et financiers (PTF) grâce à qui l’ONG a concrétisé sa marque d’attention et de solidarité aux populations pauvres et vulnérables durant ses 20 années d’existence.

Au programme de l’anniversaire, plusieurs activités dont une prière musulmane, une messe catholique et un culte protestant pour l’ouverture, des manifestations sportives, des chants, des sketchs humoristique, une opération Sos-vita propre, une remise de prix aux membres du personnel, une assemblée générale ordinaire, une journée de réflexion axée sur « sos-vita: hier et aujourd’hui, quelles stratégies pour son  essor », et une excursion.

Démarrées le 29 novembre dernier, les manifestations de cette célébration vont se poursuivre jusqu’à dimanche prochain.

Depuis Atakpamé, Evrard Nomanyo




La Journée Internationale des Volontaires célébrée à Atakpamé

L’Agence Nationale du Volontariat au Togo (ANVT) a à travers le Centre Régional du Volontariat (CRV), région des plateaux, commémoré ce jeudi 5 décembre la journée internationale des volontaires à Atakpamé, sous le thème : « le volontariat pour un futur inclusif ».

Les activités marquant les festivités de cette journée visent à stimuler les volontaires au regard de leurs contributions importantes au développement socio-économique des différents Etats membres des Nations-Unies. Il s’agit donc pour mettre en relief la participation des jeunes volontaires à la croissance des nations et à la consolidation de la paix dans le monde.

L’occasion a permis à ces volontaires, non  seulement de revisiter les différentes activités que mène leur agence mais aussi et surtout les différentes formes de volontariat qui existent et leurs domaines d’intervention.

Le superviseur du CRV des plateaux, M. Gazari Latifou a souligné que l’ANVT s’est engagée à travailler sur la question de l’inclusion notamment en ouvrant un volontariat pour les jeunes déscolarisés et en intégrant également la question du handicap et du genre.

« Un mécanisme de discrimination positive vis à vis des personnes handicapées entre autres hommes et femmes est mis en place pour les encourager à s’engager comme volontaire et pour le développement de leur nation », a-t-il ajouté.

Créée en juillet 2014 par décret présidentiel, l’ANVT est un établissement public administratif. Elle ambitionne de devenir un outil innovant pour la promotion du volontariat inclusif basé sur l’engagement citoyen au service du développement et du rayonnement du Togo.

La cérémonie a été présidée par Messieurs Kondo Bitho Pépin, secrétaire général de la préfecture de l’Ogou  et Toyo Yao, 2è adjoint au maire d’Atakpamé représentants respectivement le préfet et Mme le maire.

De notre correspondant à Atakpamé, Evrard Nomanyo




Togo/ Média : Un site internet pour donner plus de visibilité à l’ATOPPEL

L’Association Togolaise des Organes de Presse privée en Ligne (ATOPPEL) dispose désormais de son site internet. Il s’agit du www.atoppel.tg. Le portail web a été officiellement lancé ce jeudi 05 décembre à Lomé.

Ce site internet a notamment pour vocation de donner des informations sur  la vie de l’ATOPPEL à savoir ses activités, ses projets et évènements. Il fournit un répertoire de tous les organes membres de l’association et offre la possibilité  à tout organe en ligne au Togo désireux d’adhérer à l’ATOPPEL de faire rapidement la demande en ligne.

« Il s’agit d’une plateforme numérique qui va permettre à l’association de rendre beaucoup plus visibles ses activités afin de se faire mieux connaître, de communiquer efficacement, de rester en contact avec ses membres, mais surtout de nouer facilement des partenariats sur le plan national et international », a indiqué la présidente de l’ATOPPEL, Mme Hélène Doubidji.

« À l’ère du numérique où la recherche d’informations sur internet est presque devenue un réflexe  pour chacun, il importe pour toute  association d’être présente sur le web. Etant donné que nous sommes des acteurs en ligne, il va sans dire que la création d’un site web pour l’association revêt une grande priorité », a-t-elle expliqué.

La présidente de l’Atoppel a saisi l’occasion pour annoncer le lancement dès Janvier 2020, d’une série d’ateliers de formation à l’endroit des membres de l’association. Ces formations s’inscrivent dans le cadre d’un projet dénommé « Reporter Numérique ».

Il faut souligner que l’éclat de cette cérémonie a été rehaussé par la présence des représentants de la HAAC, du président de l’Observatoire togolais des médias (OTM), du Conseil national des patrons de presse (CONAPP), de l’Union des journalistes indépendants du Togo et de plusieurs autres organisations professionnelles de presse au Togo.

L’Association Togolaise des Organes de Presse Privée en Ligne est la plus représentative organisation de presse en ligne au Togo. Créée le 29 Mars 2013, l’ATOPPEL a pour but d’œuvrer pour la professionnalisation et une prise en compte effective de la presse en ligne dans le paysage médiatique au Togo.

David S.




Cyril Ramaphosa en visite d’amitié et de travail au Togo

Le Président de l’Afrique du Sud, Cyril Ramaphosa effectue depuis ce jeudi, une visite d’amitié et de travail au Togo. Selon une note de la Présidence de la République, il s’agit d’une visite qui s’inscrit dans le cadre du renforcement des relations d’amitié, de coopération et de solidarité entre le Togo et l’Afrique du Sud.

Au cours de son séjour, le dirigeant sud africain et le chef de l’Etat togolais auront des échanges sur le renforcement de la coopération bilatérale et multisectorielle. Egalement au programme, des visites de plusieurs infrastructures de développement réalisés ces derniers temps par le Togo et surtout le constat concret de la mise en œuvre du Plan National de Développement (PND 2018-2022).

« Mais la priorité, ne manquera pas de rester le renforcement de la coopération économique au moment où l’Afrique du Sud veut dynamiser ses échanges commerciaux et le Togo tirer les dividendes du renforcement de l’intégration commerciale africaine », lit-on dans la note de la Présidence de la République.

Au demeurant, cette visite est une preuve de la bonne santé des relations diplomatiques entre Prétoria et Lomé.

Début 2019, plusieurs entreprises sud-africaines avaient marqué leur désir de s’installer au Togo au nombre desquelles la Technology Innovation Agency (TIA).

Par ailleurs, le Président Faure Gnassingbé était en juillet 2018 au Xème sommet des BRICS à Johannesburg aux côtés du Brésil, de la Russie, de l’Inde, de la Chine et de l’Afrique du Sud. En mai 2019, il était également à l’investiture de Cyril Ramaphosa sans oublier plusieurs autres visites à caractère économique.

David S.




Togo : Le premier tour de l’élection présidentielle fixé au 22 février 2020

Au Togo, le premier tour de la prochaine élection présidentielle aura lieu le 22 février 2020. Le décret portant fixation de la date de ce prochain scrutin a été adopté jeudi en Conseil des Ministre, suivant les dispositions du Code électoral et de la Constitution.

Le corps électoral est également convoqué pour la même date du 22 février dans le cadre de la prochaine élection présidentielle. Les bureaux de vote seront ouverts de sept (7) heures à seize (16) heures en heure GMT sur toute l’étendue du territoire national et en heure locale pour les bureaux de vote dans les ambassades retenues pour le vote des Togolais vivant à l’étranger.

Par ailleurs d’autres décrets ont également été adoptés par le Conseil toujours dans la perspective de la prochaine élection présidentielle.

A ce sujet, il faut retenir que la campagne électorale pour l’élection présidentielle démarre le jeudi 6 février 2020 à zéro heure pour prendre fin le jeudi 20 février 2020 à minuit. En outre, le montant du cautionnement pour l’élection présidentielle de 2020 à vingt millions (20 000 000) de francs CFA.

Le montant de la contribution de l’Etat au financement de la campagne électorale pour l’élection présidentielle de 2020 est quant à lui fixé à cinq cent millions (500 000 000) de francs CFA.

Selon le Gouvernement, cette contribution de l’Etat est répartie comme suit : 60 % du montant sont répartis à égalité entre tous les candidats. Les 40 % du montant de la contribution financée par l’Etat sont répartis proportionnellement aux suffrages obtenus entre les candidats ayant obtenu au moins 10 % des suffrages exprimés.

« Le montant de l’aide proposée tient compte de l’organisation de la campagne électorale pour les deux (2) tours par les candidats à l’élection présidentielle », explique le Gouvernement dans le communiqué issu du  Conseil des ministres.

Un autre décret fixe, en application du code électoral, la date du vote des forces de défense et de sécurité à soixante-douze (72) heures avant la date du scrutin général.

Nous vous proposons l’intégralité du Communiqué du Conseil des Ministres

 

COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU JEUDI 5 DECEMBRE 2019

Le Conseil des ministres s’est réuni ce jeudi 5 décembre 2019 au Palais de la Présidence de la République, sous la présidence de Son Excellence, Monsieur Faure Essozimna GNASSINGBE, Président de la République.

Le Conseil des ministres, au cours de ses travaux, a adopté :

– un (1) projet de loi ;

– sept (7) projets de décret ;

– abordé des divers.

Au titre des projets de loi

Le conseil des ministres a adopté le projet de loi portant création de l’Ordre national des ingénieurs du Togo et réglementation de l’exercice de la profession d’ingénieur.

L’ingénieur est à la base des activités de tous les secteurs socio-économiques et oeuvre pour le développement et la création des richesses dans un pays en vue de l’amélioration de la qualité de vie.

La formation et l’exercice de la profession d’ingénieur doivent donc satisfaire à des standards et à une éthique qui permettent au public d’être assuré de la prestation efficace de l’ingénieur dans ses différents domaines de spécialité.

Aussi, est-il nécessaire que l’exercice de la profession d’ingénieur soit encadré et réglementé.

Pour contrôler le respect des normes de qualité et l’éthique par les professionnels de ces secteurs d’activités, le présent projet de loi institue un Ordre national des ingénieurs du Togo.

Au titre des décrets :

Le premier décret adopté par le Conseil des ministres porte attributions, organisation et fonctionnement de la commission d’expropriation (COMEX).

La réalisation des projets portés par l’Etat au profit des populations nécessite de procéder à des expropriations pour cause d’utilité publique et à l’indemnisation des personnes affectées.

Le cadre juridique existant pour la gestion des expropriations n’étant plus adapté, un Comité interministériel d’indemnisation (CII) a été mis en place en 2009 pour gérer d’une manière participative et systématique le processus d’indemnisation et de compensation des personnes affectées par les projets.

Avec l’adoption de la loi n° 2014-014 du 22 octobre 2014 portant modernisation de l’action publique de l’Etat en faveur de l’économie et de la loi n° 2018-005 du 14 juin 2018 portant code foncier et domanial, il devient nécessaire de revoir le cadre de gestion des expropriations.

En effet, l’article 78 de la loi n° 2014-014 du 22 octobre 2014 a créé la commission d’expropriation (COMEX) et a laissé le soin au Gouvernement de préciser, par décret en Conseil des ministres, les modalités de son organisation et de son fonctionnement.

C’est l’objet du présent décret qui définit la composition de la COMEX, les modalités de désignation des membres, ainsi que de son fonctionnement.

Le deuxième décret adopté par le Conseil des ministres porte création des trésoreries.

La loi n° 2017-008 du 29 juin 2017 portant création de communes, modifiée par la loi n° 2019-001 du 9 janvier 2019 a consacré la communalisation intégrale du territoire togolais.

Son application s’est traduite par l’élection des conseillers municipaux et des maires, installés dans leurs fonctions les 14, 15 et 16 octobre 2019 mettant ainsi fin aux délégations spéciales.

Conformément à la réglementation financière et comptable en vigueur, et surtout dans le cadre de la mise en oeuvre des budgets communaux qui incombent aux maires (ordonnateurs) et aux comptables publics, il s’avère indispensable de doter chaque commune d’un poste comptable placé sous l’autorité d’un comptable public.

L’adoption de ce présent décret contribuera à la gestion transparence et efficiente des ressources financières de ces collectivités locales grâce notamment à la séparation des fonctions d’ordonnateur et de comptable.

Le troisième décret adopté par le Conseil des ministres fixe la date du 1er tour de l’élection présidentielle de 2020 et convoque le corps électoral pour le premier tour de cette élection présidentielle.

Le code électoral prévoit en son article 79 que la date du scrutin soit fixée par décret en Conseil des ministres. Cette loi précise également que le corps électoral est convoqué par décret en Conseil des ministres sur proposition de la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Ce décret précise les heures d’ouverture et de clôture du scrutin.

Aussi, l’article 65 de la constitution du 14 octobre 1992 dispose-t-il que « le scrutin est ouvert sur convocation du corps électoral par décret pris en Conseil des ministres 60 jours au moins et 75 jours au plus avant l’expiration du mandat du Président en exercice ».

C’est donc en application des dispositions desdits articles que le présent décret fixe la date du 1er tour de l’élection présidentielle de 2020 au 22 févier 2020 et convoque le corps électoral pour la même date.

Les bureaux de vote sont ouverts de sept (7) heures à seize (16) heures en heure UTC/GMT sur toute l’étendue du territoire national et en heure locale pour les bureaux de vote dans les ambassades retenues pour le vote des Togolais vivant à l’étranger.

Le quatrième décret adopté par le Conseil des ministres fixe le montant du cautionnement à verser pour l’élection présidentielle de 2020.

La loi n° 2012-002 du 29 mai 2012 portant code électoral dispose en son article 155 que : « les candidats sont astreints au dépôt au Trésor public d’un cautionnement dont le montant est fixé par décret en Conseil des ministres sur proposition conjointe de la CENI et du ministre chargé de l’administration territoriale ».

Le présent décret fixe le montant du cautionnement pour l’élection présidentielle de 2020 à vingt millions (20 000 000) de francs CFA.

Le cinquième décret adopté par le Conseil des ministres porte ouverture et clôture de la campagne électorale pour le premier tour de l’élection présidentielle de 2020.

Le premier tour de l’élection présidentielle de 2020 est précédé de la campagne électorale animée par les candidats à l’élection présidentielle et les partis politiques reconnus, conformément à l’article 67 de la loi portant code électoral.

L’article 68 de la même loi dispose que : « la campagne électorale est déclarée ouverte quinze (15) jours francs avant la date du scrutin. Elle s’achève vingt-quatre (24) heures avant le jour du scrutin ».

C’est en application de ces dispositions que le présent décret ouvre la campagne électorale pour l’élection présidentielle le jeudi 6 février 2020 à zéro heure ; elle prend fin le jeudi 20 février 2020 à minuit.

Le sixième décret adopté par le Conseil des ministres porte contribution de l’Etat au financement de la campagne électorale pour les deux tours de l’élection présidentielle de 2020.

La loi n° 2013-013 du 7 juin 2013 portant financement public des partis politiques et des campagnes électorales dispose à son article 1er que « L’Etat alloue une aide pour le financement des activités des partis et regroupements de partis politiques… ». L’article 10 de la même loi prévoit que « L’Etat contribue au financement des campagnes électorales des partis et regroupements de partis politiques ainsi que des candidats ou listes de candidats dans le cadre des élections législatives et présidentielles.

Le montant de cette contribution est inscrit dans la loi de finances de l’année de l’élection visée. S’il n’a pas été prévu dans la loi de finances de l’exercice en cours, ce montant est fixé par décret en Conseil des ministres.».

Le présent décret fixe donc le montant de la contribution de l’Etat au financement de la campagne électorale pour l’élection présidentielle de 2020 à cinq cent millions (500 000 000) de francs CFA. Cette contribution de l’Etat est répartie comme suit :

– 60 % du montant sont répartis à égalité entre tous les candidats ;

– 40 % du montant de la contribution financée par l’Etat sont répartis proportionnellement aux suffrages obtenus entre les candidats ayant obtenu au moins 10 % des suffrages exprimés.

Le montant de l’aide proposée tient compte de l’organisation de la campagne électorale pour les deux (2) tours par les candidats à l’élection présidentielle.

Ce montant est fonction du nombre de candidats qui seront retenus par la Cour constitutionnelle.

Le septième décret adopté par le Conseil des ministres porte vote par anticipation des forces de défense et de sécurité pour l’élection présidentielle de 2020.

La loi portant code électoral prévoit en son article 117 que les membres des forces de défense et de sécurité peuvent, en cas de besoin exercer leur droit de vote par anticipation.

Cette mesure est prévue par le code électoral pour permettre aux forces de défense et de sécurité de garantir la sécurité des électeurs et des opérations électorales le jour du scrutin. Elle est d’autant plus pertinente au vu de l’environnement sécuritaire qui prévaut dans la sous-région.

En application du code électoral, le présent décret fixe ainsi la date du vote des forces de défense et de sécurité à soixante-douze (72) heures avant la date du scrutin général.

A l’issue des échanges et des délibérations relatifs aux questions électorales, le Président de la République a donné des instructions au Gouvernement de maintenir l’esprit d’ouverture et d’écoute avec l’ensemble des acteurs politiques et la société civile avec le souci primordial d’assurer le déroulement serein et pacifique du processus électoral et de garantir par des mesures concrètes et pratiques, la tenue d’un scrutin présidentiel libre, équitable, transparent et crédible.

Le Chef de l’Etat a également exhorté les membres du Gouvernement à demeurer concentrés sur leurs mission et tâches et à garder le cap des réformes et des efforts visant à répondre aux besoins de nos concitoyens.

Fait à Lomé, le 5 décembre 2019

Le Conseil des ministres