Gilchrist Olympio

Togo/ Gilchrist Olympio annonce sa retraite politique et fait des propositions à Faure Gnassingbé

Face à la presse ce mardi à Lomé, l’ancien opposant Gilchrist Olympio a annoncé son intention de se retirer de la scène politique togolaise. Chose qui sera faite dans les prochaines heures. Cette annonce est accompagnée d’une proposition faite par le leader de l’Union des Forces du Changement (UFC) à l’endroit du Chef de l’État Faure Gnassingbé à qui il demande de ne plus se représenter au scrutin présidentiel de 2020.

Fatigué par le poids de l’âge (plus de 80 ans), le fils du premier Président de la République togolaise, Sylvanus Olympio a donc jugé bon de laisser sa place à la jeunesse montante qui aura la lourde responsabilité de continuer la lutte notamment en faveur de l’alternance politique au Togo.

Depuis le 26 mai 2010, date de la signature de son accord de gouvernement avec le parti RPT devenu UNIR (Union pour la République) au pouvoir, Gilchrist Olympio n’a cessé de prôner la non violence et une alternance pacifique dans le dialogue et l’entente entre les acteurs politiques.

Vu le contexte sociopolitique actuel du pays, le Président national de l’UFC a proposé des pistes pour une solution politique durable à la crise que traverse actuellement le pays. Au rang de ces propositions, le retour aux fondamentaux de la constitution de 1992 et la non participation de son allié, l’actuel président Faure Gnassingbé à la prochaine élection présidentielle prévue pour 2020.

Selon lui, le retrait de Faure Gnassingbé en 2020 laissera un champ libre pour « une consultation démocratique libre ». « Il en ressortira grandi évitant ainsi de vivre le sort personnel et collectif dont plusieurs pays africains ont déjà vécu l’exemple tragique », a fait savoir l’opposant « historique » Gilchrist Olympio qui compte néanmoins rester dans l’ombre pour apporter son soutien pour le renforcement de la démocratie et de l’Etat de droit au Togo.

Cris DADA




Faure Gnassingbé lors de son passage à Sokodé le 25 novembre dernier

Togo/ Le Gouvernement décide de retirer les forces de défenses installées à Sokodé

Par le biais d’un communiqué publié ce lundi 27 novembre, le Gouvernement décide du retrait des forces de défense installées à Sokodé (336 Km au nord de Lomé) et de la mise en place d’un plan sentinelle à l’image de celui de Lomé afin de renforcer la surveillance des lieux publics et sécuriser les marchés.

Selon le Gouvernement, il s’agit de nouvelles mesures d’apaisement qui viennent compléter celles déjà prises le 06 novembre 2017 notamment la remise en liberté de quarante deux (42) personnes interpellées, jugées et condamnées par diverses juridictions dans le cadre des manifestations violentes qui se sont déroulées depuis le 19 août 2017 au Togo.

Ces nouvelles mesures font suite à l’entretien qu’avait eu le Chef de l’Etat Faure Gnassingbé avec les différentes couches sociales de la population lors de son passage le samedi 25 novembre dernier dans cette localité, deuxième ville du pays.

Les entretiens avaient en effet porté sur les dispositions à prendre pour une meilleure normalisation des activités dans la ville de Sokodé, le chef-lieu de la région centrale qui avait été le théâtre de violences sociopolitiques il y a quelques semaines avec des pertes en vies humaines de civils et de militaires, des blessés et d’importants dégâts matériels. Le Gouvernement avait alors décidé du renforcement du dispositif sécuritaire dans la ville  avec les forces de défense.

Il faut souligner que le retrait de ces forces fait partie des exigences de la coalition des 14 partis de l’opposition avant la participation au prochain dialogue de sortie de crise annoncé par le Gouvernement.

Pour rappel, le Togo est plongé dans une crise sociopolitique depuis le 19 août dernier avec des manifestations de cette coalition de l’opposition qui réclame de profondes réformes politiques parmi lesquelles, le retour à la Constitution originelle de 1992, la révision du  cadre électoral, le vote des togolais de l’étranger.

De nouvelles manifestations sont encore annoncées cette semaine à compter de ce mercredi 29 novembre à Lomé et dans plusieurs autres localités du pays.

David




Le DG du CETEF (au milieu) lors de la conférence inaugurale

Démarrage des conférences sur le numérique à la 14ème foire internationale de Lomé

L’ouverture officielle de la 14ème foire internationale de Lomé a été suivie dans l’après midi de ce lundi par la conférence inaugurale portant sur le bilan et les perspectives de l’économie numérique au Togo.

Cette conférence marque le début d’une série de présentation en marge des expositions, ceci dans le cadre de la thématique générale de la foire à savoir « le numérique au service des affaires ». L’objectif de ces conférences est de permettre à plus d’opérateurs économiques de promouvoir et d’adopter des innovations technologiques afin de booster davantage leurs affaires.

Le Directeur général de la foire explique en effet que seule une petite partie des entreprises togolaises (25 %) sont dans le numérique. « Et si cet outil doit permettre aujourd’hui de faciliter la vie aux entrepreneurs, mais aussi aux clients, il faudrait alors qu’on ne tarde pas à y aller », a indiqué Johnson Kuéku Banka. L’idée finale, dit-il, est de contribuer à l’expansion de l’économie nationale.

Selon Honoré Fiadjoe, conseiller technique du Ministère des postes et de l’économie numérique, le Togo a fait des avancées considérables depuis 2011 dans le domaine du numérique notamment en ce qui concerne le cadre légal et réglementaire, les infrastructures d’envergure nationale, l’usage des technologies de l’information et de la communication et l’évolution du marché des communications électroniques.

Dans le souci de créer un environnement favorable à l’éclosion de l’activité numérique, le Togo a en effet pris d’importantes décisions notamment l’adoption le 13 juin 2017 par l’assemblée nationale de deux projets de lois (la loi portant la société de l’information et celle portant transaction électronique), le lancement officiel du point d’échange Internet entre fournisseurs et opérateurs télécoms sans oublier l’annonce de deux nouveaux fournisseurs d’accès Internet (TEOLIS et GVA).

« Pour que le numérique puisse contribuer dans les meilleures conditions au développement harmonieux de tous les secteurs de l’économie au Togo, il est important de disposer d’outils de navigation clairs permettant d’avoir une vision comme boussole pour orienter les actions », a expliqué Honoré Fiadjoe avant de faire savoir que la vision du Gouvernement est de faire du Togo, un hub numérique régional à l’horizon 2030.

Sur la base de cette orientation, le ministère des postes et de l’économie numérique a initié depuis 2011, une déclaration de politique du secteur de l’économie numérique dont la 2ème édition 2018-2022 a été adoptée par le Gouvernement le 20 octobre 2017.

Les conférences se poursuivent ce mardi sur le site de la foire avec les thèmes relatifs à l’identité numérique et comment forger son e-réputation et activité commerciale.

David




Délivrance de cartes nationales d’identité

Togo/ Campagne foraine de délivrance des cartes nationales d’identité

La ville de Tsévié dans la préfecture de Zio accueille depuis ce lundi 27 novembre, une opération foraine de délivrance de carte nationale d’identité aux travailleurs et prestataires des secteurs formel et informel relevant du régime de la sécurité sociale de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS). C’est une initiative de la CNSS en collaboration avec la Délégation à l’Organisation du Secteur Informel (DOSI).

Il s’agit de permettre aux agents ne disposant pas de carte d’identité nationale, de se doter de cette pièce d’identité afin d’accéder aux différents services sociaux formels. L’opération appuyée sur le plan technique par la Direction Générale de la Documentation Nationale (DGDN) s’inscrit dans le cadre de la  mise en œuvre du plan d’action sociale de la CNSS prévue à l’article 78 du code togolais de sécurité sociale.

Selon Justin Bilante, représentant le Directeur général de la CNSS, cette opération n’est que la première phase d’un vaste programme établi au profit du secteur informel avec pour objectif final, la concrétisation de la couverture sociale notamment l’affiliation de ces acteurs à de différentes pensions (vieillesse, invalidité et décès).

« Notre engagement consiste à faire de l’extension de la couverture sociale aux travailleurs de l’économie informelle, une réalité. Contribuer à les doter des pièces d’état civil et des documents administratifs est un préalable plus que nécessaire à la facilitation de leur immatriculation à leur régime », a-t-il expliqué.

Cette opération foraine se poursuivra dans les autres préfectures de la région Maritime et des régions du pays.

Cris DADA




Coupure du ruban symbolique

Vive la 14ème foire internationale de Lomé !

C’est devenu le rendez-vous incontournable de chaque fin d’année au Togo voire dans la sous région ouest africaine. Entre les mois de novembre et décembre, le Centre Togolais des Expositions et Foires de Lomé (CETEF-Lomé) organise sur le site de Togo 2000, la foire internationale de Lomé dont la 14ème édition a officiellement ouvert ses portes ce lundi 27 novembre 2017.

C’est le Premier ministre Komi Sélom Klassou qui a présidé cette  cérémonie d’ouverture en présence de plusieurs autres autorités notamment : le président de l’Assemblée nationale Dama Dramani, des membres du gouvernement dont la ministre du Commerce et de la promotion du secteur privé Mme Bernadette Legzim-Balouki, le Directeur général du CETEF Johnson Kuéku banka, des ambassadeurs accrédités au Togo, des opérateurs économiques et autres exposants.

« Le numérique au service des affaires », c’est la thématique qui est au centre des 18 jours d’activités de cette foire qui a démarré depuis le 24 novembre dernier.

Selon le Directeur général du CETEF, l’objectif poursuivi à travers ce thème est surtout de réveiller auprès des opérateurs économiques, l’intérêt et la nécessité d’aller à cet outil qui leur permettraient de réaliser des résultats efficients avec beaucoup plus de facilités. « Pendant toute cette édition, il en sera question aussi bien au niveau de l’exposition que des conférences étalées sur les 15 jours. Il est également demandé à tous les exposants exerçant dans ledit domaine d’activité de partager leurs expériences avec les aspirants et surtout avec le grand public qui visitera leur stand », a ajouté Johnson Kuéku Banka.

Dans son intervention, la ministre Bernadette Legzim-Balouki a également relevé l’importance du numérique des différents secteurs de l’économie à savoir l’agriculture, l’industrie, le domaine maritime et portuaire, le commerce, l’éducation et la santé.« Le choix de ce thème vient donc à point nommé pour susciter beaucoup plus nos opérateurs économiques à promouvoir et à adopter cette innovation technologique afin de booster davantage la rentabilisation de leurs affaires », a-t-elle indiqué, avant de souhaiter que cette foire soit une fois encore, une bonne opportunité pour les opérateurs économiques et exposants de nouer des relations d’affaires et promouvoir les produits et services auprès du public.

En marge des expositions, plusieurs activités sont également prévues notamment des conférences débats, les journées de promotion d’entreprises et pays, les animations podiums, des concerts et spectacles pour le bonheur des visiteurs de la foire. « Les rencontres d’affaires « B to B » sont également inscrites au programme dans l’optique de permettre aux opérateurs économiques de nouer de nouveaux partenariats », précise Johnson Kuéku Banka.

Il faut souligner que cette 14ème foire internationale de Lomé connaît la participation d’une quinzaine de pays en dehors du Togo. Les activités prendront fin le 11 décembre prochain.

David




Faure Gnassingbé dans son intervention

Faure Gnassingbé lance les activités d’une ferme agricole moderne à Lama-Tessi dans le Tchaoudjo

Fruit de la coopération entre l’Egypte et le Togo, la Ferme Agricole Moderne d’Abatchang (FAMETA) à Lama-Tessi dans la préfecture de Tchaoudjo a officiellement démarré ses activités ce 25 novembre 2017. C’est le Chef de l’Etat Faure Gnassingbé qui a procédé au lancement des activités de cette ferme dont le projet est estimé à un milliard de FCFA financé par les gouvernements togolais et égyptien.

Dotée d’infrastructures agro-pastorales, d’aménagements hydro-agricoles et d’aquaculture, de zones d’expérimentation et de production végétale, la ferme s’étend sur une superficie de 150 hectares. Elle contribuera au renforcement de la recherche agricole, à l’amélioration de la productivité agricole et à la formation des producteurs et agents de vulgarisation.

Aussi, est-il également prévu des unités de transformation notamment l’huilerie, la fromagerie et la laiterie. Les productions cibles sont essentiellement le blé, le maïs, le riz, le soja et les vaches laitières.

Dans son intervention, Faure Gnassingbé a salué l’excellente qualité de la coopération Egypto-togolaise notamment dans le domaine de l’agriculture. Il a saisi l’occasion pour sensibiliser les populations de Tchaoudjo sur l’importance de la paix et de la non violence pour le développement du pays. « Il est temps que les choses se normalisent à Sokodé et dans le pays. Et chacun doit y contribuer », a-t-il laissé entendre, faisant allusion à la crise sociopolitique actuelle du pays.

Cris DADA




Des militants de l’opposition dans les rues de Lomé (archives)

Togo/ En attendant le dialogue, l’opposition annonce de nouvelles manifestations

Alors que les tractations se poursuivent pour l’ouverture dans les prochaines semaines d’un dialogue en vue d’une sortie de crise, la coalition des 14 partis de l’opposition togolaise annonce de nouvelles manifestations les mercredi 29, jeudi 30 novembre et le samedi 02 décembre 2017.

Après les 16, 17 et 18 novembre derniers, ces partis de l’opposition et leurs militants seront encore dans les rues de Lomé et de certaines localités de l’intérieur du pays pour des manifestations politiques.

Les revendications n’ont pas varié et concernent entre autres : le retour à la Constitution originelle de 1992, la révision du cadre électoral, l’instauration du droit de vote des togolais de l’étranger. Dans un communiqué, l’opposition affirme par ailleurs organiser ces marches pour non seulement condamner les propos qu’elle qualifie de « haineux », du Chef de l’Etat lors de son passage le 10 novembre dernier au camp militaire de Témédja, mais aussi dénoncer les « répressions sauvages » des manifestations des mois d’août, de septembre et d’octobre derniers ; lesquelles manifestations avaient fait plus d’une dizaines de morts de même que des blessés et d’importants dégâts matériels.

La coalition exige également qu’une enquête indépendante soit diligentée afin de situer les responsabilités à propos des violences enregistrées lors de ces dernières manifestations.

Les médiations quant à elles se poursuivent en vue de l’ouverture du dialogue de sortie de crise annoncé par le Gouvernement. Le sujet est abordé lors des déplacements effectués cette semaine par le Chef de l’Etat Faure Gnassingbé qui était entre lundi et mardi auprès de ses homologues ivoirien Alassane Dramane Ouattara et nigérian Muhammadu Buhari. D’un autre côté, une délégation de la coalition de l’opposition a également échangé entre mardi et mercredi à Paris avec le Président guinéen Alpha Condé, Président en exercice de l’Union Africaine.

Par ailleurs, le président ghanéen Nana Akufo-Addo, mandaté par ses pairs de la CEDEAO, a également reçu au cours de la semaine, l’ancien ministre togolais de l’intérieur, François Akila-Esso Boko de même que Pascal Bodjona, ancien ministre de l’administration territoriale et ancien Directeur de Cabinet de Faure Gnassingbé pour des séances de travail autour des pistes de sortie de crise.

Aucune date n’est pour le moment annoncée pour le dialogue entre les protagonistes de la crise.

Cris DADA




« Week-Up », une initiative dédiée à la promotion de l’entreprenariat au Togo

Rassembler autour d’un évènement, des jeunes entrepreneurs, étudiants ou porteurs  d’idée de création d’entreprises pour leur permettre de bénéficier des conseils et astuces de la part d’entrepreneurs  chevronnés, c’est l’idée principale de l’initiative dénommée « Week-Up » dont la première rencontre est fixée au 09  décembre  prochain.

L’initiative est de la start-up  « Tech en  Afrique ». Il s’agit d’un rendez-vous trimestriel qui compte rassembler des jeunes du Togo et de plusieurs autres pays de la sous région ouest africaine. Objectif, permettre à ces jeunes d’acquérir des outils pratiques pour  étoffer leur bagage entrepreneurial ou susciter en eux, le goût d’entreprendre.

Il sera projeté à cet effet au cours du Week-Up, une interview exclusive (vidéo) réalisée avec un entrepreneur ou une personnalité reconnue comme ayant œuvré pour l’émergence de l’entrepreneuriat au Togo ou ayant atteint une strate considérable dans le monde des affaires. Ce sera également l’occasion de faire découvrir cette personne au public par la remise d’un trophée symbolique.

Selon le comité d’organisation, il y aura par ailleurs des échanges qui porteront sur des thèmes notamment la recherche de  financement au Togo et le financement participatif entre autres.

La soirée sera aussi faite de networking ou réseautage dans la mesure où les participants auront l’opportunité d’enrichir les carnets d’adresse. « Des chefs d’entreprise auront la chance de présenter leurs activités. Les échanges pourront continuer avec la dégustation de produits Made in Togo ou Africa. Ce temps de rafraîchissement servira à  faire du networking, à élargir son réseau de  connaissances en échangeant des cartes de  visites », précisent les organisateurs.

David S.




Les stands se dressent dans les pavillons

Démarrage de la 14ème foire internationale de Lomé

En attendant la cérémonie officielle d’ouverture prévue pour lundi prochain, la 14ème foire internationale de Lomé a effectivement ouvert ses portes comme annoncé, ce vendredi 24 novembre sur le site du Centre Togolais des Expositions et Foires de Lomé (CETEF-Lomé) à Togo 2000.

Dans les différents pavillons, les exposants s’activent au niveau des stands d’exposition pour présenter au public leurs produits et services. « C’est notre première participation à la foire et nous espérons avoir un grand nombre de clients. Nous allons beaucoup faire la promotion de nos produits que sont les carreaux de dernière génération à des prix très abordables », nous a déclaré Ibrahim ATAM, un commercial rencontré dans le pavillon OTI.

Un peu plus loin, d’autres exposants ont commencé déjà par faire leurs affaires avec les premiers visiteurs de la foire. C’est le cas de Charles Moèvi qui commercialise les chaussures et les objets d’art. Dans une foule de client devant son stand, il nous a confié avoir bien entamé cette foire, même si l’affluence n’est pas encore des grands jours.

Au niveau de l’administration du CETEF, le personnel est fortement mobilisé pour accompagner les exposants dans les derniers réglages. Les cellules de communication et relations publiques, de conception des badges et de suivi de la construction des stands sont très sollicitées ces dernières heures.

Prévue du 24 novembre au 11 décembre 2017, cette 14ème édition de la foire, au-delà de son aspect général, entend privilégier les acteurs nationaux et internationaux qui interviennent dans le secteur de l’économie numérique afin qu’ils puissent exposer et partager entre eux leurs différentes expériences dans ce domaine d’activité.

Grande manifestation commerciale de chaque fin d’année au Togo et dans la sous région, la foire internationale de Lomé offre une multitude d’opportunités aux participants : promotion des échanges de produits et services, accroissement du niveau de l’activité commerciale pays entre les pays, possibilités de rencontres entre professionnels et spécialistes pour un développement de l’activité commerciale et des affaires.

Il est attendu à cette édition de la foire, plus de 1.000 exposants et 300.000 visiteurs. En dehors des expositions, les autres activités concernent les visites guidées, les rencontres d’affaires, des journées dédiées aux entreprises, et des soirées culturelles.

David




Mlle Cornelia Dédévi Adomayakpo avec le Premier Ministre Klassou

La Miss Togo 2017 présente la gestion de son mandat au Premier Ministre

De retour de sa tournée européenne, la Miss Togo 2017 a rendu ce vendredi 24 novembre, une visite de courtoisie au Premier Ministre Komi Sélom Klassou à Lomé. Occasion pour Mlle Cornelia Dédévi Adomayakpo de faire part de la gestion de son mandat au Chef du Gouvernement.

Elle était accompagnée lors de la visite par le président du Comité National Miss Togo, M. Gaspard Baka. Le mandat de la Miss s’articule autour de trois points essentiels notamment ses études, ses missions à l’étranger et ses projets sociaux, à savoir l’insertion des prisonniers et la préservation de l’environnement.

Dans le cadre de ses projets sociaux, Cornelia Dédévi Adomayakpo a récemment effectué une tournée en Europe plus précisément en France et en Belgique.

La Rédaction