Les Eperviers du Togo

Eperviers du Togo : Deux matches amicaux avant le choc contre l’Algérie

Les Eperviers du Togo affrontent le 11 juin prochain à Blida, les Fennecs d’Algérie pour le compte des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) Cameroun 2019. Le sélectionneur Claude  Leroy et ses poulains s’activent pour une belle entame de cette compétition. En prélude à cette confrontation, un stage de dix (10) jours est en effet annoncé en France avec au programme, deux matches amicaux les 1er et 04 juin prochains respectivement contre les Super Eagles du Nigéria à Paris et contre les Comores à Martigues. Hier lundi, le technicien français a dévoilé la liste des 23 Eperviers pour ces trois confrontations qui s’annoncent. Une autre information, l’intégration de l’ancien gardien des Eperviers, Kossi AGASSA dans le staff technique pour un essai en qualité d’entraineur des gardiens.

Voici la liste des 23 joueurs convoqués

Gardiens

AGBLEMAGNON Yorgan (HAVRE – FRANCE), ALHASSANI Dida Fatao (LIBERTY-GHANA) ; BASSA DJERI Sabirou (GBIKINTI – TOGO)

Défenseurs

ADEGNON Kossi (DYTO-TOGO) ; DJENE Dakonam (ST TROND – Belgique) ; DOUHADJI Joseph (RIVER UTD – NIGERIA) ; GBEGNON Simon (EPINAL-FRANCE) ; KOULOUN Maklibè (DYTO-TOGO) ; MAWUENA Franck (DYTO-TOGO) ; OURO-SAMA Hakim (AS TOGO PORT – TOGO) ;

Milieux de terrain

ATAKORA Lalawélé (SANS CLUB) ; ATCHOU Franco (ENYIMBA – NIGERIA) ; AYITE Floyd (FULHAM- ANGLETERRE) ; BEBOU Ilhas (DUSSELDORF – ALLEMAGNE) ; GAZOZO Kokou (AS TOGO PORT – TOGO) ; NYA-VEDJI Elom Kodjo (PLANETE FOOT – TOGO) ; SEKO Atsou Serge ( PROGRESSO- ANGOLA) ; SEWONOU Koidjo (TOGO PORT – TOGO) ; YENOUSSI Guillaume (DYTO – TOGO)

Attaquants

ADEBAYOR Emmanuel (BASAKSEHIR – TURQUIE) ; AGBEGNIADAN Comlan (WAFA-GHANA) ; LABA Fo-Doh (RSB – MAROC) ; MLAPA Peniel (BOCHUM-ALLEMAGNE)

Bruno OBOE




David Baini Djagbavi, Manager Général du T des medias

David Baini Djagbavi, Manager Général du T des medias répond à nos questions

“Tous les ingrédients sont contenus dans le programme de la soirée pour offrir une sixième édition de la soirée T des médias qui allie particularité et surprises…”, selon le manager général du T des medias

Question : Après cinq éditions des soirées T des medias, pouvez-vous nous présenter un bilan général des dernières éditions?

Notre bilan est celui relatif à la conclusion faite chaque année par la presse togolaise. Un bilan positif et satisfaisant depuis 2012 que nous avions débuté cette aventure ensemble avec la presse togolaise. Ce bilan est porté par toute la famille des médias togolais et est le symbole de notre satisfaction. La presse togolaise a joué un grand rôle à nos côtés depuis le début et aujourd’hui nous pouvons estimer que nous sommes satisfaits de toutes les éditions des soirées T des medias que nous avions déjà organisées. Notre satisfaction est relative à la grande mobilisation et à la grande adhésion des médias togolais à notre événement et aussi à la totale confiance que nous font nos partenaires chaque année.

Qui sont les partenaires des soirées T des medias? 

Nos premiers partenaires sont les journalistes et les médias.  De par leur adhésion et leur mobilisation autour du T des medias, ils constituent la première réelle grande famille de notre assurance à organiser chaque année le T des médias.  Puis viennent ensuite nos partenaires financiers et techniques. Durant six années,  Moov Togo nous a toujours soutenus et cette présence a constitué pour nous l’assurance de la réussite de cette soirée chaque année.  Nous avons réussi à associer de nouveaux partenaires cette année et dans le lot nous citerons la société Glory of God qui nous a dotés de tissus de marque Wina Wax avec lesquels les stylistes ont créé des tenues d’exhibition à la soirée. Nous n’oublions pas tous les autres partenaires qui nous ont fait confiance et qui ont accepté d’associer leurs images à la soirée T des médias. Nous n’oublions pas années si les stylistes togolais qui ont donné leur accord pour valider leur participation à la soirée T des médias. Ce sont de jeunes stylistes togolais plein de créativité et d’imagination que nous avons retenu cette année et sans eux nous ne pouvons pas organiser cette soirée.  C’est le lieu ici d’adresser à tous, nos sincères remerciements pour l’accompagnement qu’ils nous ont faits.

Qui défilent sur le T des médias?

Sur le T des médias nous mettons les journalistes, les animateurs et les techniciens bref l’ensemble de la grande famille des médias du Togo. Ces journalistes viennent de tous les médias de notre pays et sont choisis pour leur volonté à défiler et à partager d’intenses moments de bonheur avec leur premier public. Cette année nous avons mis sur le T des médias de nouveaux visages d’hommes de médias qui n’ont jamais défilé et qui sont à leur première participation.  Ceci est relatif à la rotation que nous avons toujours imprimée au choix des hommes de médias qui défilent chaque année sur le T des médias.

Quelles sont les nouvelles couleurs qui seront contenues dans la sixième édition de la soirée T des médias?

Cette année nous ramenons le journal radiophonique dans la salle de la soirée. Nous l’avions déjà fait à la première édition et ça a permis au public de découvrir comment se prépare une édition de journal radiophonique depuis les reportages jusqu’à la présentation d’une édition de journal en direct. A côté de ça,  nous allons permettre au public de défiler aussi sur le T de médias cette année. Il s’agit d’un concept que nous avions pensé pour permettre au public de monter sur le podium et de défiler comme les journalistes. Enfin le karaoké qui sera au programme de cette soirée cette année et c’est le seul moment où le public va découvrir les talents des journalistes sur des créations artistiques et musicales de notre pays. Tous ces ingrédients sont contenus dans le programme de la soirée pour offrir une sixième édition de la soirée T des médias qui allie particularité et surprises.

En un mot qu’est ce qui va se passer cette année à la soirée T des médias?

La sixième édition de la soirée T des médias réserve de belles surprises à la taille de l’événement. Nous avons estimé nécessaire d’associer les attentes du public aux surprises de la soirée et donc un joli mélange de spectacles et de shows que les journalistes vont offrir au public à la soirée cette année.  Au-delà de l’aspect défilé de mode il y aura des prestations artistiques et scéniques qui vont être dirigées que par les hommes de médias pour composer le contenu de la soirée. Le public aura la chance de voir les journalistes et animateurs transformés en vedettes et artistes et aussi en danseurs sur les nouvelles tendances musicales de l’heure.  Ça va être une belle soirée.

Les conditions d’accès à la soirée pour les journalistes et le public?

L’accès est libre et gratuit pour tous les journalistes de notre pays sur présentation de leurs cartes professionnelles et de presse. C’est une soirée consacrée essentiellement aux journalistes et donc nous attendons 350 journalistes à ce rendez-vous annuel. Le public est aussi invité à la soirée et éternelle cela il paie un ticket unique d’accès à 5 000 francs cette année pour vivre ce beau moment de spectacles et de shows que proposent les journalistes. C’est pour nous une façon de demander le soutien du public à notre événement. Et chaque année ce public répond massivement présent au rendez-vous du T des medias. On ne doit rater le T des médias pour aucune raison. La sixième édition promet et elle va assurer comme les précédentes éditions…




Forces Armées Togolaises

Togo/ Bientôt une tournée de recrutement au sein des Forces Armées

Les Forces Armées Togolaises (FAT) veulent renforcer leur effectif pour le compte du personnel non-officier. Du 21 Mai au 18 Juin prochain, il sera procédé à un recrutement général et à un recrutement de spécialistes sur l’ensemble du territoire national. A cet effet, il a été mis sur pied deux commissions mixtes mobiles de recrutement dénommées « Alpha » et « Bravo » (respectivement pour les régions militaires 1 et 2). La mission est de sillonner toutes les préfectures du pays pour procéder à ce recrutement de citoyens togolais des deux sexes désireux de faire carrière au sein des FAT.

Voici le programme des séances de recrutement pour les deux commissions :

Lundi 22 mai             : Aného et Blitta
Mardi 23 mai            : Vogan et Sotouboua
Mercredi 24 mai       : Afagnan et Tchamba
Jeudi 25 mai              : Tabligbo et Sokodé
Vendredi 26 mai       : Tohoun et Bassar
Samedi 27 mai           : Notsè et Djarkpanga
Lundi 29 mai             : Elavagnon et Guerin-Kouka
Mardi 30 mai            : Anié et Tandjouare
Mercredi 31 mai       : Atakpamé et Mandouri
Jeudi 1er juin            : Badou et Cinkassé
Vendredi 02 juin       : Kougnohou et Dapaong
Samedi 03 juin          : Amlamé et naki-Est
Lundi 05 juin            : Danyi et Mango
Mardi 06 juin            : Kpélé-Akata et Gando
Mercredi 07 juin       : Kpalimé et Kanté
Jeudi 08 juin             : Agou et Niamtougou
Vendredi 09 juin       : Kévé et Bafilo
Samedi 10 juin          : Tsévié et Pagouda
Lundi 12 au mercredi 14 juin : Agoè-Nyivé (Camp des sinistrés à Logopé) et Kara
Jeudi 15 au samedi 17 juin : Lomé et Kara

La Rédaction




Start-up « SOJA INVEST »

Togo/ Belle opportunité d’affaires avec la Start-up « SOJA INVEST »

Les particuliers et autres investisseurs disposent d’une opportunité pour réaliser de belles affaires avec la Start-up « SOJA INVEST 2017 », première plateforme mobile de prêt participatif et place de marché pour la vente et l’achat du Soja de même que ses produits dérivés notamment la farine, l’huile et le lait.

A partir de ce lundi 15 Mai, démarre en effet avec cette application, une campagne de levée de fonds qui prendra fin le 15 Juillet prochain. Elle est organisée par l’incubateur « ecoHub » afin d’apporter le financement nécessaire aux producteurs et leur garantir l’écoulement de leurs productions sur les plans national et international.

Le taux sur l’investissement est assez intéressant : 15 % au bout de huit (08) mois, soit la durée de la campagne agricole qui s’annonce.  Environ 123 millions de F CFA, c’est le montant à mobiliser à travers cette campagne de levée de fonds pour accompagner les producteurs regroupés en coopératives et organisations paysannes sur l’ensemble du territoire national.

Il s’agit d’un financement participatif, une forme de financement alternatif qui vise à financer la filière soja à travers les producteurs et les transformateurs. Les initiateurs sont partis du constat relatif aux difficultés qu’éprouvent les agriculteurs pour accéder au financement auprès des institutions bancaires ou de microfinance. Le souci, c’est également de mettre fin aux problèmes d’écoulement et d’accès au marché par les producteurs de soja au Togo.

« Pour cette années 2017, nous envisageons aider les producteurs à emblaver jusqu’à 500 hectares de terres pour produire du soja sur la base de semences améliorées qui nous sont fournis par nos partenaires. Pour cela, nous lançons cette campagne de levée de fonds afin d’aider à financer cette campagne à l’endroit des producteurs sur l’ensemble du territoire national pour satisfaire un marché déjà disponible », explique le Directeur associé de la Start-up SOJA INVEST 2017, Ephrèm KOUTOUMLA.

Il rappelle qu’il y aura un retour sur l’investissement pour tous ceux qui auront à se manifester suite à cet appel de levée de fonds.

Les manifestations peuvent se faire via un Compte bancaire ou par mobile money (Flooz ou T-Money). L’application « Soja Invest 2017 » est téléchargeable sur Google Play Store et est joignable sur le (00228) 25 55 89 89 / 98 49 49 42.

Il faut rappeler qu’au Togo, les diagnostics de diverses filières agricoles réalisés par le Gouvernement depuis quelques années ont permis d’identifier la filière soja parmi tant d’autres comme présentant la meilleure opportunité en termes de revenus pour les acteurs de la chaîne de valeur et un fort potentiel à l’exportation pour le pays tout entier.

David 




Emmanuel MACRON, Président de la République française

Emmanuel MACRON investi 8ème Président de la 5ème République française

Elu le 07 Mai dernier, le nouveau Président de la République française Emmanuel MACRON a officiellement pris fonction ce dimanche 14 Mai, dernier jour du mandat de son prédécesseur, François Hollande. Le rituel républicain de la passation de pouvoir  s’est déroulé à l’Elysée, une cérémonie d’investiture que François Hollande a souhaitée « simple et amicale ».

La cérémonie de passation de pouvoir est un moment très symbolique dans la vie politique française. Elle marque le début du mandat du nouveau président de la République. Dans son discours d’investiture,  le nouveau Chef de l’Etat a d’abord rendu un hommage à l’ensemble de ses prédécesseurs de la 5ème  République, depuis Charles de Gaulle jusqu’à François Hollande. Il a ensuite rassuré qu’il ne cèdera rien des engagements pris vis-à-vis des Français.

« (…) Aujourd’hui, le temps est venu pour la France de se hisser à la hauteur du moment. Le monde attend de nous que nous soyons forts, solides et clairvoyants. Nous prendrons toutes nos responsabilités pour répondre aux défis du monde. Nous sommes tous interdépendants, nous sommes tous voisins, la France veillera toujours à être du côté des droits de l’homme. Nous avons à construire le monde que notre jeunesse mérite. J’aurai la volonté constante de réconcilier l’ensemble des Français. Nous pouvons ensemble écrire l’une des plus belles images de notre histoire (…)», a indiqué  Emmanuel Macron qui promet se mettre au travail dès ce dimanche soir.

Le nouveau patron de l’Elysée est en effet attendu demain lundi à Berlin pour y rencontrer la Chancelière allemande, Angela Merkel. Il procèdera au plus tard demain, à la nomination d’un nouveau Premier ministre. La formation du nouveau gouvernement devrait quant à elle avoir lieu mardi, avant le premier Conseil des ministres, prévu mercredi.

Il faut souligner que plus de 500 journalistes français et étrangers ont demandé leur accréditation pour assister à cette cérémonie de passation de pouvoir.

Pour rappel, Emmanuel MACRON  (39 ans),  a été élu dimanche 07 Mai 2017 le plus jeune Président de la 5ème  République française avec 66,1 % des suffrages selon les résultats définitifs contre 33, 9 % pour son adversaire, Marine Le Pen à l’issu du second tour d’une élection présidentielle bien mouvementée.

David




L’ insécurité au niveau de la frontière Togo-Bénin

Insécurité : 12,7 Kg de drogues, de faux médicaments et 13 armes saisis à la frontière Togo-Bénin

12,7 Kg de drogues,  144 motos, 13 armes, trois cartouches de calibre 12, et 915 Kg de faux médicaments saisis : ainsi se présente le butin d’une opération conjointe de sécurisation menée ces quatre derniers jours de part et d’autres de la frontière bénino-togolaise plus précisément à l’Est de la région des plateaux au Togo et dans les départements du Konfo, de Zou et des collines au Bénin.

Dénommée GBENODOU 2017, cette opération qui a démarré le 08 Mai dernier, est une initiative qui s’inscrit dans le cadre de la politique de la police de proximité conjointement pilotée par les responsables de la sécurité (Police, gendarmerie, armée de terre, sapeurs-pompiers, douane et les eaux et forêts) de ces deux pays. Elle a consisté au contrôle simultané non seulement sur les axes de circulation et couloirs de passage des éleveurs nomades, mais aussi dans les agglomérations, avec interpellation et identification systématique de toutes personnes suspectes et saisies de tous objets compromettants.

L’objectif est de lutter contre le terrorisme, les effets regrettables de la transhumance, les vols, les braquages et autres trafics illicites de produits constatés dans cette zone frontalière.

« En déclenchant cette opération, c’était d’abord pour assurer une liaison permanente entre les forces de sécurité publiques qui ont la même mission. Ensuite, montrer à la face du monde que les frontières entre le Bénin et le Togo ne sont que virtuelles. C’est également pour montrer aux délinquants que les forces de sécurité sont bien présentes. C’est une première opération qui ne sera pas la dernière », a expliqué Saka LAFIA, Ministre de la sécurité publique du Bénin au cours d’un point de presse tenu à la fin de l’opération à Akplahoué (Bénin).

Le ministre togolais de la sécurité et de la protection civile, Colonel Yark Damehame a pour sa part insisté sur la nécessité d’unir les forces afin de vaincre l’insécurité qui prévaut dans les deux pays et dans la sous-région.

Cris DADA




YARK Damehame, ministre de la sécurité et de la protection civile

La mise en garde du Ministre YARK contre les agents de sécurité accros des réseaux sociaux

Le ministre de la sécurité et de la protection civile met en garde contre l’usage excessif de l’internet et des réseaux sociaux chez les forces de sécurité au moment de leurs activités professionnelles. Dans une note de service, le Colonel YARK Damehame relève que ce phénomène affecte négativement les activités professionnelles de ces agents de l’Etat.

« Il n’est pas rare de constater des personnels de sécurité préposés à la garde statique d’un immeuble ou à la surveillance de la circulation, les yeux constamment rivés sur leurs téléphones portables, sans se sourciller de leur travail et ce parfois en pleine voie publique, sous le regard médusé des usagers de la route », souligne le Ministre Yark qui rappelle à tous les personnels de sécurité que « ces attitudes sont de nature à fragiliser le dispositif de sécurité établi en même temps qu’elles exposent leurs auteurs à toutes sortes d’entreprises criminelles y compris terroristes ».

Les directeurs généraux de la police et de la gendarmerie nationale de même que tous les chefs des services de sécurité sont invités à mener des actions afin de « réprimer ces comportements déviants et préjudiciables à la sécurité publique ».

Avec l’évolution de la technologie, l’Internet et les réseaux sociaux sont en mode d’usage massif au sein de la population. Cette note de service sonne comme un avertissement contre ce phénomène auquel s’adonnent certains agents surtout sur les lieux de travail.

Cris DADA




Le virus EBOLA en RDC

Le virus EBOLA refait surface en RDC

L’annonce a été faite vendredi 12 Mai par  le Dr Oly Ilunga Kalenga, Ministre de la Santé Publique de la République Démocratique du Congo (RDC). L’épidémie de la maladie à Virus Ebola a refait surface dans ce pays d’Afrique centrale, plus précisément dans la zone de santé de Likati  (Territoire d’Aketi), dans la Province de Bas-Uélé, à plus de 1.300 kilomètres au Nord du pays.

« Des cinq échantillons de sang prélevés chez les cas suspects et analysés à l’INRB (Institut national de recherche biomédicale, ndlr), un s’est révélé positif au virus Ebola, sérotype Zaïre par RT-PCR », a indiqué le Ministre de la Santé Publique dans une correspondance adressée au Représentant de l’OMS en RDC, tout en sollicitant l’appui de l’institution onusienne afin de  renforcer la riposte à cette épidémie.

Selon le bilan officiel au 11 mai 2017, au total 9 cas suspects ont été notifiés depuis le 22 avril 2017, avec 3 décès dans la zone de santé de Likati, soit un taux de létalité de 33,3 %.

Dans une déclaration, le Ministre Oly Ilunga a appelé la population à ne pas céder à la panique. Il a expliqué que le ministère de la Santé, « vient de prendre toutes les dispositions utiles pour riposter promptement et efficacement à cette nouvelle épidémie de la maladie à virus Ebola ».

Un plan logistique global avec des besoins urgents a été également élaboré par le Bureau Pays de l’OMS et selon les informations, les premières équipes (épidémiologistes, biologistes, experts en mobilisation sociale, communication du risque et engagement des communautés, tout comme les spécialistes en eau, hygiène et assainissement), devraient rejoindre la zone touchée au plus tard ce samedi 13 Mai pour renforcer la surveillance épidémiologique et assurer le contrôle rapide de l’épidémie.

Il faut souligner que c’est la huitième épidémie d’Ebola déclarée en RDC depuis la découverte de ce virus dans le pays en 1976. La dernière épidémie en RDC remonte à 2014. Elle avait fait officiellement 49 morts malgré sa rapide circonscription.

L’épidémie de la RDC est différente  de celle de l’Afrique de l’Ouest, la plus grave jamais déclarée, qui avait fait plus de 11.000 morts principalement en Guinée, en Sierra Leone et au Liberia, entre 2013 et 2015.

La Rédaction




Le ministre Fiatuwo Kwadjo Sessenou lançant la 3ème édition du FEST’IMMO

Togo/ Ouverture de la 3ème édition du FEST’IMMO

Le ministre de l’Urbanisme, de l’Habitat et du cadre de vie, Me Fiatuwo Kwadjo Sessenou a procédé ce vendredi sur le site de la foire Togo 2000 à Lomé, au lancement de la troisième édition du Salon International de l’Immobilier et de l’Habitat dénommé FEST’IMMO, un cadre d’échanges et de partages sur le domaine de l’immobilier au Togo.

Le salon a pour objectif de rassembler en un même lieu pour des échanges, tous les professionnels de la chaîne immobilière et des services liés à l’immobilier au Togo. Il s’agit d’un cadre pour répondre aux attentes des futurs acquéreurs et investisseurs dans le domaine de l’immobilier, par la proposition d’un dialogue direct avec les professionnels opérant dans le secteur.

Après avoir reconnu les succès des éditions précédentes du salon, le ministre de l’Urbanisme, a souligné que l’organisation du Fest’immo vient à point nommé au moment où le système foncier et immobilier togolais fait face à de nombreux défis majeurs. Pour lui, ce salon constitue donc un cadre approprié pour débattre de cette question d’intérêt national. Il a souhaité que le Fest’immo 2017 puisse ouvrir des perspectives d’actions, d’échanges et de réflexions encore plus large sur les impératifs d’amélioration du cadre de vie des populations.

Selon Cyrus AGBODOH, Directeur du salon, près de 85 professionnels de l’immobilier sont présents à cette troisième édition du Fest’immo qui, en dehors des expositions, sera également marquée par de nombreuses conférences. Egalement au menu des activités, une tombola qui fera gagner jusqu’à 10 ans de loyer à l’heureux visiteur qui sera tiré au sort le lundi 15 Mai devant un huissier de justice assermenté.

Durant trois jours, les visiteurs pourront également découvrir, les nouvelles tendances en matière de construction et d’habitat, et les bons plans de logements proposés par les exposants venus du Togo, du Bénin, du Ghana, de la Côte d’Ivoire, du Maroc, de la France, de la Belgique, de l’Italie, de la Suisse, de la Chine et de l’Inde.

Irène MINTRE (Stagiaire)




Le ministre IHOU devant les professionnels du tourisme

Togo/ Le ministre IHOU à la rencontre des professionnels du tourisme

Une rencontre  de sensibilisation et d’échanges a réuni ce vendredi à Lomé autour du ministre Yaovi IHOU en charge de l’industrie et du tourisme, l’ensemble des professionnels du tourisme au Togo. Il s’agit d’une réunion de prise de contact organisée après l’érection de ce secteur en département ministériel le 31 mars dernier.

La réunion s’inscrit dans le cadre de la relance du secteur touristique togolais afin de lui donner une meilleure qualité et visibilité. L’objectif est de discuter des stratégies à mettre en place pour un développement durable de ce secteur d’activité.  Pour ce faire, le Gouvernement mise sur la qualité des prestations, élément indispensable pour faire de ce secteur, un véritable facteur de développement dans un monde plus que jamais globalisé et ouvert à toute concurrence.

« Le tourisme est par excellence un secteur de services et par voie de conséquence exige à tous les niveaux des prestations de grande qualité. Qu’il s’agisse de vos hôtels, de vos restaurants, de vos agences de voyages ou d’autres, l’accueil, les services offerts tels que l’hébergement avec toutes les commodités, la restauration avec toute l’hygiène requise ou le guidage avec une interprétation à la hauteur des attentes des touristes, doivent viser les objectifs de qualité », a indiqué le ministre Ihou.

« La question de la qualité a pour le gouvernement, un caractère hautement prioritaire dans la mesure où elle conditionne non seulement l’accès facile de nos produits aux marchés régionaux et internationaux, mais aussi améliore sensiblement, si elle est bien maîtrisée, leur compétitivité de nos produits et contribue à valoriser nos ressources », a-t-il précisé.

Il a dans ce sens exhorté ces acteurs à adopter une approche de qualité dans leurs différentes activités afin de garantir un tourisme durable au Togo.

Il faut rappeler que l’engagement du Togo dans le développement et la promotion du secteur touristique a été matérialisé depuis 2011 par l’adoption du document de politique nationale du tourisme, de même que la validation en 2014 du plan directeur de développement et d’aménagement touristique.

Bruno OBOE