Laurent Gbagbo

Laurent Gbagbo de retour en Côte d’Ivoire !

Acquitté par la justice internationale, l’ancien Président ivoirien Laurent Gbagbo est finalement rentré ce jeudi 17 juin dans son pays la Côte d’Ivoire.

Laurent Gbagbo, 76 ans, est depuis ce jeudi à Abidjan en terre ivoirienne qu’il avait été contraint de quitter il y a dix ans suite aux évènements liés à la crise post-électorale de 2010-2011 en Côte d’Ivoire où il était poursuivi pour crimes contre l’humanité.

A sa descente d’avion, il a été acclamé par une foule de centaines de personnes venue l’accueillir. Au rang de celles-ci, ses proches, mais aussi des responsables de son parti le Front populaire ivoirien (FPI), de même que des militants et sympathisants.

Tout près de l’aéroport, certaines personnes également venues l’accueillir ont été dispersées par des tirs et des fumées de gaz lacrymogènes.

Selon les informations, l’ex-président s’est rendu ensuite au quartier d’Attoban à Cocody, où se trouve son ancien QG de campagne, et où des centaines de personnes l’ont également accueilli.

Pour rappel, en janvier 2019, Laurent Gbagbo et l’ex-chef des Jeunes patriotes Charles Blé Goudé avaient été acquittés, une décision qui a fait l’objet d’appel par le procureur, un appel qui a été par la suite rejeté le 31 mars dernier. Ce qui avait rendu l’acquittement désormais définitif.

Mais il faut le retour de Laurent Gbagbo en Côte d’Ivoire a été également rendu possible par le OK donné par Abidjan (le pouvoir de l’actuel président Alassane Ouattara) au nom de la « réconciliation nationale ».

La Rédaction




Togo : Ce qu’il faut retenir du Conseil des Ministres de ce 16 juin 2021

COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU 16 JUIN 2021

Le Conseil des Ministres s’est réuni le mercredi 16 juin 2021 sous la Présidence de Son Excellence Monsieur Faure Essozimna Gnassingbé, Président de la République.

Le Conseil a examiné quatre (04) projets de décret et écouté quatre (04) communications.

I. Au titre des projets de décret,

Le Conseil a examiné un projet de décret autorisant la cession au secteur privé de tout ou partie des actions de l’Etat dans le capital de la société « Mécanisme incitatif de financement agricole (MIFA SA) ».

Ce décret vient parachever le processus d’entrée au capital de deux nouveaux actionnaires, en l’occurrence PIA et ARISE Special Economic Zone, afin de mieux mobiliser cet outil pour accompagner la stratégie de développement agro industrielle de notre pays, notamment dans le cadre du développement de la Plateforme Industrielle d’Adéticopé.

En effet, le gouvernement a souhaité nouer un partenariat stratégique avec PIA et ARISE Special Economic Zone. Ce partenariat vise à relever les défis rencontrés dans la mise en œuvre du mécanisme du MIFA SA notamment en matière de financement de l’agriculture en particulier la focalisation sur des filières prioritaires ; l’amélioration des revenus des producteurs et la fourniture en quantité suffisante de matière première aux industries locales.

A l’issue de cette décision, les actionnaires du MIFA SA sont : l’Etat togolais, la Fédération nationale des groupements de producteurs de coton (FNGPC), ARISE Special Economic Zone; PIA.

L’Etat togolais, dans sa dynamique d’établir des partenariats public-privés, reste ouvert au renforcement de la participation du secteur privé dans le capital de la société. En effet, l’Etat togolais n’a pas vocation à perdurer dans l’actionnariat du MIFA SA dès lors que le secteur privé souhaiterait y entrer.

Le Gouvernement tient à rassurer l’ensemble des bénéficiaires du MIFA SA qui sont sous contrat qu’ils continueront à être accompagnés conformément aux engagements pris précédemment.

Le Conseil a ensuite examiné trois projets de décret de déclaration d’utilité publique et d’autorisation de travaux.

Le premier projet, est relatif aux travaux d’aménagement de la zone autour du carrefour dénommé « Fontaine lumineuse » situé dans le quartier de Hanoukopé à Lomé (Préfecture du Golfe)

Ce projet favorisera un aménagement urbain tenant compte de la nécessité de faciliter le développement futur de la ville autour notamment des sièges des institutions déjà installées dans cette zone.

Les deux derniers projets de décret sont relatifs aux travaux de construction de centrales solaires à Salimde (préfecture de Tchaoudjo) Sokodé et à Awandjelo (préfecture de la Kozah).

La construction de ces deux centrales solaires permettra de compléter la stratégie de diversification et d’augmentation de la production d’énergie de notre pays dans la droite ligne de la mise en service récente de la centrale Kekeli et celle à venir de la centrale solaire de Blitta.

L’adoption de ces projets de décret permettra le démarrage des procédures d’indemnisation et d’expropriation en vue de sécuriser les périmètres des sites identifiés.

II. Au titre des communications,

Le Conseil a écouté une première communication sur le processus d’élaboration de l’avant-projet de loi portant nouveau code de procédure pénale ; présentée par le ministre de la justice et de la législation.

L’élaboration de cet avant-projet de loi permettra à notre pays de se doter d’un nouveau code de procédure pénale innovant qui s’inscrit dans la dynamique du vaste programme de modernisation de la justice.

Le Conseil a écouté une seconde communication relative à la participation du Togo à l’exposition universelle de Dubaï 2020 ; présentée par le ministre du commerce, de l’industrie et de la consommation locale.

Notre pays a été invité à participer à cette exposition universelle qui se tiendra en fin de cette année à Dubaï. Cette participation permettra au Togo de mettre en avant ses initiatives en matière d’attraction des investissements et de mise en œuvre de projets innovants utilisant notamment le numérique.

Le Conseil a ensuite écouté une communication relative à la participation du Togo aux jeux olympiques et paralympiques de Tokyo 2020 ; présentée par le ministre des sports et des loisirs.

Les jeux olympiques et paralympiques qui avaient été reportés en raison de la crise sanitaire au coronavirus sont prévus se tenir cette année à partir du mois de juillet à Tokyo au Japon. La communication a permis de présenter au conseil l’état de préparation de notre pays pour cette grande compétition.

Le Conseil a écouté une dernière communication relative à la révision de la charte des très petites et moyennes entreprises (TPME) ; présentée par le ministre auprès du Président de la République chargé de l’inclusion financière et de l’organisation du secteur informel.

La charte des TPME est un document qui présente les critères de classification et les mesures de soutien à ces entreprises. Face aux obstacles qui empêchent une véritable expansion et un accroissement des capacités entrepreneuriales des populations, il est apparu nécessaire de réviser la charte actuelle afin de l’adapter au contexte économique et social présent.

III. Au titre des divers,

Madame le Premier ministre a félicité, au nom du Gouvernement, Son Excellence Monsieur le Président de la République, pour l’inauguration récente de PIA symbole de la transformation économique en marche dans notre pays.

Monsieur le Président de la République, SEMFaure Essozimna Gnassingbé, a salué la qualité des partenariats qui ont permis ce résultat et a encouragé les Membres du Gouvernement à redoubler d’ardeur pour amplifier les impacts aux bénéfices des populations.

Fait à Lomé, le 16 juin 2021

Le Conseil des Ministres




Démarrage de l’examen du CEPD 2021 au Togo

L’examen du Certificat d’étude du premier degré (CEPD) pour le compte de l’année 2021 a démarré ce mardi sur l’ensemble du territoire national.

Ils sont au total  202 986 candidats dont 104 841 garçons et 98 145 filles répartis dans 1 241 centres d’écrits à prendre part à cet examen qui ouvre les portes du collège aux apprenants.

Afin de constater le bon démarrage des épreuves, le ministre des enseignements primaire, secondaire technique et de l’artisanat, Prof. Dodzi Kokoroko a effectué une tournée dans certains établissements de Lomé.

Il faut souligner que l’effectif des candidats est en légère baisse par rapport à 2020 qui était de 208 235. L’effectif des filles est passé de 101 838 en 2020 à 98 145 en 2021 et celui des garçons, de 106 397 en 2020 à 104 841 en 2021.

Cependant, 57 nouveaux centres d’écrits ont été créées cette année (dont un à Accra au Ghana) dans le contexte particulier marqué par la crise de la Covid-19.

La Rédaction




Un nouveau partenariat pour renforcer la coopération entre l’Allemagne et le Togo

Une Déclaration d’intention conjointe de partenariat pour les réformes a été signée lundi entre le Togo et l’Allemagne en présence du chef de l’Etat Faure Gnassingbé et du Premier ministre Victoire Tomégah-Dogbé.

Les documents ont été paraphés par le ministre togolais des affaires étrangères Prof. Robert Dussey, et le Ministre allemand de la Coopération économique et du développement, Gerd MÜLLER en vite de travail au Togo.

Selon les informations, les nouvelles orientations de la coopération entre le Togo et l’Allemagne vont davantage se tourner vers les secteurs socio-économiques, la gouvernance locale, l’agro-industrie, la formation professionnelle des jeunes, l’énergie entre autres.

Ce nouveau partenariat germano-togolais pour les réformes donnera une nouvelle dimension à la coopération entre les deux pays, avec des engagements de part et d’autre

Pour 2021 et les années à venir, il est annoncé un total de 142 millions d’euros soit 93,145 milliards de F CFA qui seront débloqués par l’Allemagne en faveur du Togo.

« Ce nouveau partenariat témoigne du dynamisme de la coopération bilatérale et constitue un soutien important à la transformation structurelle de notre économie conformément à la feuille de route gouvernementale ‘’Togo 2025’’ », a indiqué Faure Gnassingbé sur sa page  facebook.

« Ce nouveau partenariat vise à renforcer davantage la coopération économique grâce à des investissements. Nous souhaiterions coopérer avec le Togo dans le domaine de l’économie pour promouvoir davantage le secteur agro industriel, la formation des jeunes, le partenariat en matière d’énergie (…) », a pour sa part souligné Gerd Müller.

Dans cette nouvelle dynamique de coopération, il sera mis en œuvre des réformes macro-économiques et politiques pour renforcer les conditions-cadres propices à l’accroissement des investissements privés, au développement économique durable et à la promotion de l’emploi, un objectif inscrit dans la nouvelle feuille de route gouvernementale (2020-2025).

La Rédaction




Industrie : la plateforme d’Adétikopé se dote d’un centre de formation professionnelle

La Plateforme industrielle d’Adétikopé (PIA) va bientôt se doter d’un centre de formation professionnelle. Les travaux de construction du centre ont été lancés lundi par le Premier ministre  Victoire Tomégah-Dogbé qui avait à ses côtés, le Ministre allemand de la Coopération économique et du développement, Gerd MÜLLER.

Le futur centre sera construit sur une superficie d’un hectare, et offrira huit formations professionnelles et pratiques dans trois domaines notamment, la transformation des produits agricoles, l’industrie et la construction.

Fruit des négociations intergouvernementales germano-togolaises tenues en mai dernier, le centre pourra accueillir plus de 300 apprenants par cycle, soit des milliers d’élèves tout cycle confondu.

Le Ministre Gerd MÜLLER a félicité les autorités togolaises pour ce projet ambitieux qui veut créer un Togo moderne à la pointe de la technologie pour un développement durable et créer des emplois pour les jeunes.

« Sachez que l’Allemagne reste aux côtés du Togo, un pays partenaire », a-t-il rassuré.

Le Premier Ministre a pour sa part insisté sur le besoin de transformer ses matières premières sur place au Togo pour être très compétitif sur les marchés sous-régionaux et internationaux.

Mme Victoire Tomégah-Dogbé a souligné que cette plateforme concrétise pour le Togo, quatre éléments essentiels d’un nouveau paradigme : Il s’agit notamment de l’approche de chaînes de valeurs (de la production jusqu’à la mise sur le marché en passant par la transformation), l’engagement d’un partenariat stratégique, un investisseur privé de rang mondial avec son expertise notamment le groupe Arise IIP, l’assurance d’un effort continue pour l’amélioration de l’écosystème, et l’existence de la main d’œuvre qualifiée et professionnelle.

Pour rappel, la PIA a été inauguré le 06 juin dernier par Faure Gnassingbé. Il s’agit  d’une plateforme d’industries transformatrices et de multiples services marque un pas important dans la concrétisation de l’ambition de faire du Togo un pôle de transformation de produits locaux générant des emplois pour la jeunesse.

David S.




Coopération : Le ministre allemand Gerd Müller en visite de travail au Togo

Le Ministre allemand de la Coopération économique et du développement, Gerd MÜLLER entame ce dimanche une visite officielle de trois (03) jours au Togo.

A Lomé, Gerd Müller aura des rencontres avec diverses autorités dont le chef de l’Etat Faure Gnassingbé, le patron de la diplomatie togolaise Prof Robert Dussey, et le ministre de la Santé Moustafa Mijiyawa entre autres.

Les échanges devront permettre un renforcement des liens d’amitié et de coopération entre l’Allemagne et le Togo.

Des visites de terrain sont également prévues au cours de la visite de Gerd en terre togolaise.

La mission sera également marquée selon les informations, par la signature de la déclaration d’intention conjointe du partenariat pour les réformes ainsi que le procès verbal des négociations intergouvernementales tenues le 17 mai dernier.

Il faut souligner que la visite de travail  de Gerd Müller fait suite à celle effectuée en mars dernier par le patron de la diplomatie togolaise.

Il faut souligner que l’Allemagne est l’un des partenaires clés pour le développement du Togo. De nombreux secteurs notamment la formation, la santé, la gouvernance, la décentralisation, l’agriculture reçoivent des appuis techniques et financiers de l’Allemagne.

En novembre dernier, l’Allemagne et le Togo avaient procédé à Lomé au cours du 4ème cycle des consultations germano-togolaises, à une large revue de leurs relations de coopération et jeté les bases d’une nouvelle collaboration.

David S.




Echange « très fructueux » entre Mme Yawa Tsègan et Abdoulaye DIOP, Président de la Commission de l’UEMOA

La présidente de l’Assemble nationale Mme Yawa Tsègan a échangé ce vendredi à Lomé avec le Président de la Commission de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), M. Abdoulaye DIOP.

Les discussions entre les deux personnalités ont notamment porté sur des questions liées au renforcement de la coopération entre l’Assemblée nationale togolaise et l’UEMOA, au développement, à la gouvernance et à la jeunesse.

« Nous avons été nommés à la présidence de l’UEMOA, il n’y a pas très longtemps, nous avons pris service le 10 mai, moi-même et les commissaires, donc nous sommes en train de faire un tour pour rencontrer les plus hautes autorités du pays. Comme vous le savez, l’union économique et monétaire Ouest africaine a un organe très important qui est le comité interparlementaire (CIP). Donc dans ce cadre-là, Il était important de rencontrer la présidente de l’Assemblée nationale », a expliqué Abdoulaye DIOP au sortir de l’audience.

« Nous avons eu un échange très fructueux pour renforcer la collaboration entre les institutions de l’UEMOA et le CIP ainsi qu’également avec les parlements nationaux. Dans nos discussions, madame la Présidente a de façon très pertinente développé l’ensemble des points, d’éléments d’enjeux important en matière de démocratie, de développement, de prise en charge des préoccupations de la jeunesse et d’autres points capitaux pour nos états. A l’issue de nos discussions, nous nous sommes engagés à renforcer la coopération entre la commission de l’UEMOA et les parlements. Ça été une rencontre très utile et nous remercions les autorités togolaises pour cette hospitalité », a-t-il confié à la presse.

Il faut souligner qu’au sein de cette commission de l’UEMOA pour le compte du mandat en cours, le Togo est représenté par le Prof. Kako Nubukpo, Commissaire chargé du Département de l’agriculture, des ressources en eau et de l’environnement.

La Rédaction




Hausse du prix des produits pétroliers : Les explications du gouvernement

Le gouvernement togolais s’est expliqué vendredi au sujet de la nouvelle hausse du prix des produits pétroliers à la pompe dans le pays.

Face à la presse, le ministre du Commerce, de l’industrie et de la promotion de la consommation locale Kodjo ADEDZE et ses collègues de la Communication et des médias, Akodah Ayewoudan et des Transports Routiers, Aériens et Ferroviaires, Affoh Atcha-Dedji ont indiqué que cette augmentation des prix des produits pétroliers est surtout liée à une importante évolution du cours du dollar et du baril de pétrole sur le marché international.

« Le cours du baril du pétrole est passé de 50 dollars au début de l’année 2019 à 73,93 dollars au 9 juin 2021, soit une augmentation de 277 % », a en effet fait savoir le ministre Kodjo ADEDZE.

Malgré cette augmentation, a-t-il précisé, « le gouvernement togolais a continué à soutenir les prix à la pompe ».

« Au 31 mai 2021, ce soutien massif aux consommateurs s’est élevé à 13 067 989 172 FCFA », a ajouté le ministre du commerce qui estime que sans cette subvention, les prix réels à appliquer à la pompe seraient encore plus élevés.

Les nouveaux tarifs en vigueur depuis ce vendredi 11 juin à zéro heure se présentent come suit : le super sans plomb est à 505 contre 425 auparavant, soit une augmentation de 80 F CFA. Le prix du gasoil est passé de 450 Fcfa à 520 F Cfa soit une augmentation de 70 F Cfa. Le prix du pétrole lampant passe de 375 F à 400 francs CFA. Celui du mélange deux temps connait également une hausse de 74 Francs, passant de 532 F à 606 F.

Pour sa part, le prix du gaz butane reste inchangé. Le prix de la bouteille de 12,5Kg est de 6500 F et celui de la bouteille de 6 kg à  3120 F.

La Rédaction




Assemblée nationale : D’importants sujets au menu des échanges entre Yawa Tsègan et Goakun Rossan Noël TOE, Président du CIP-UEMOA

Une délégation du Comité interparlementaire de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (CIP-UEMOA) conduite par son président M. Goakun Rossan Noël TOE a été reçue en audience jeudi à Lomé, par la présidente de l’Assemblée nationale, Mme Yawa Djigbodi Tsègan.

Au menu des échanges, divers sujets relatifs à l’éducation et aux directives prises par la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’UEMOA en lien avec l’évolution de la situation sanitaire de la COVID-19 au sein de l’espace communautaire.

« Il s’agit de réfléchir sur la directive concernant l’harmonisation du baccalauréat au niveau de l’espace UEMOA et la transposition des directives prises par la conférence des Chefs d’Etat », a indiqué à la presse, M. Goakun Rossan Noël TOE.

« Nous avons fait l’état des lieux et nous avons des perspectives. Vous savez aussi que lors de la conférence des Chefs d’Etat le 23 mars sur l’état de l’évolution du coronavirus, il y a un certain nombre de décisions qui ont été prises en ce qui concerne l’harmonisation du prix au sein de l’espace UEMOA, la reconnaissance mutuelle des résultats par les pays membres, l’ouverture progressive des frontières et le tarif au niveau du trafic frontalier », a-t-il ajouté

Créé par l’article 35 du Traité constitutif de l’Union, le CIP de l’UEMOA est un Organe de contrôle démocratique dans le schéma de fonctionnement de l’UEMOA. Le Togo y est représenté par le député Yobate Kolani BAKALI, Vice-présidente de cet organe.

Il faut ajouter que ce Comité constitue une véritable représentation des populations de l’UEMOA, dans leur diversité culturelle, intellectuelle et professionnelle en vue de leur meilleure implication à l’édifice de la gouvernance démocratique, économique et politique.

David S.




Covid-19 : le Togo classé « pays sûr » pour les voyageurs par les USA

La gestion efficace de la crise du Covid-19 au Togo continue de faire parler d’elle. Le pays vient d’être classé parmi les 11 premières destinations les plus sûres au monde pour les voyageurs, par le Département d’État américain.

Dans le système de classement du Département d’État, le Togo figure en effet au « Niveau 1 » synonyme de « pays sur » où il n’est demandé aux voyageurs que de prendre les précautions d’usage pour être à l’abri de la Covid-19.

Le classement est effectué en quatre catégories, du plus sûr notamment le niveau 1, au moins sûr (Niveau 4).

Le Togo fait parti de cinq (05) autres pays africains également classés au niveau 1. Il s’agit de l’Eswatini, du Ghana, de la Gambie, du Malawi et du Sénégal.

« Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) ont publié un Avis de santé de voyage de niveau 1 pour le Togo en raison de la COVID-19, ce qui indique un faible niveau de COVID-19 dans le pays », indique le Département d’État américain.

Le Libéria, le Bénin, la Mauritanie, le Cameroun, Djibouti ou le Maroc figurent parmi les 14 pays classés au Niveau 2 (Prudence accrue).

En Afrique, des pays comme le Libéria, le Bénin, la Mauritanie, le Cameroun, Djibouti ou le Maroc figurent parmi les 14 sont classés. 09 pays du continent sont au Niveau 3  (Reconsidérer le voyage), dont le Burundi, le Tchad, le Japon et le Niger. La Chine et le Danemark figurent également dans cette même catégorie.

Il faut souligner que le Togo fait parti des pays qui ont dans une certaine mesure réussi à garder pratiquement la situation de la pandémie sous contrôle. Des nombreuses mesures restrictives ont été décidées de même que le renforcement des dispositifs de contrôle et des tests PCR au niveau de l’aéroport international de Lomé.

Le pays fait preuve de promptitude, de rigueur, de détermination et de professionnalisme, ce qui lui permet d’avoir un avantage conséquent sur le contrôle de la maladie.

La campagne de vaccination entamée depuis le 10 mars dernier se poursuit également. Avec cette nouvelle mesure, le pays connait ces dernières semaines une baisse considérable des cas. A la date du 09 juin 2021, le Togo est à 13.563 cas de Covid dont 162 cas actifs, 13.275 personnes guéries et 126 décès.

David S.