MCC : 35 millions de dollars pour la réduction de la pauvreté au Togo

Le programme Seuil du Millenium Challenge Corporation (MCC) entre en vigueur au Togo. Doté de 35 millions de dollars soit environ 20 milliards de F CFA, il a été officiellement lancé ce vendredi à Lomé au cours d’une cérémonie marquée par des échanges de documents entre le ministre de l’économie et des finances Sani Yaya, et l’Ambassadeur des USA au Togo, Eric Stromayer.

Ce programme encore appelé Threshold a pour but de réduire la pauvreté par la croissance économique au bénéfice du peuple togolais.

Deux volets sont pris en compte : d’abord un projet de réforme des Technologies de l’Information et de la Communication. Il vise à améliorer l’efficience des entreprises et la productivité, les investissements et la croissance grâce à un accès amélioré aux services des TIC de haute qualité à un coût raisonnable au Togo.

Le second volet porte sur un projet de réforme foncière avec pour objectif, accélérer la productivité agricole et améliorer la sécurité du régime foncier pour accroître les investissements dans le secteur agricole.

« Le Programme Seuil du MCC au Togo place les citoyens togolais au centre de la stratégie de croissance du pays, en élargissant l’accès à l’Internet et aux Technologies de Communication, en particulier pour les communautés mal desservies, les femmes et les jeunes », a indiqué dans un communiqué, le PDG du MCC, Sean Cairncross.

« Nous nous réjouissons d’ores et déjà de pouvoir travailler avec le gouvernement togolais, qui fait preuve d’un engagement fort, de progrès dans la mise en œuvre du programme et d’un engagement continu par rapport aux critères d’éligibilité du MCC au profit du peuple togolais », a-t-il ajouté.

Le ministre de l’économie et des finances a rassuré de l’engagement du Togo à prendre toutes les mesures nécessaires à la réalisation efficace et efficiente des projets.

« Le Gouvernement apportera les facilités nécessaires pour une bonne exécution du programme », a souligné Sani Yaya.

Pour rappel, l’accord de don du Programme Threshold a été signé le 14 février 2019. Il traduit le fruit des nombreuses reformes initiées par le gouvernement togolais dans des secteurs stratégiques notamment les infrastructures économiques, la lutte contre la corruption, les libertés publiques, les libertés politiques, l’amélioration de l’environnement des affaires, la modernisation de la justice, le renforcement de la sécurité sociale et la digitalisation des services.

De sept (07) indicateurs sur 20 en 2015, le Togo a en effet réussi à valider quinze (15) indicateurs sur 20 sur la carte des scores 2021 contre quatorze (14) indicateurs l’année dernière.

Le fait marquant est que sur 78 pays évalués par la MCC, seuls 25 ont réussi la carte des scores et le Togo est classé deuxième pays en Afrique après le Cap Vert.

Créée en 2004, le MCC le Millennium Challenge Corporation est une agence indépendante du gouvernement américain qui s’efforce de réduire la pauvreté dans le monde à travers la croissance économique. Elle accorde des subventions et assistance à durée déterminée aux pays pauvres qui respectent des normes rigoureuses en matière de bonne gouvernance, en passant par la lutte contre la corruption ou encore le respect des droits démocratiques.

David S.




Atakpamé : les acteurs des filières Karité, Anacarde et Soja à l’école des bonnes pratiques de transformation

Les acteurs des filières anacarde, Karité et Soja prennent part depuis jeudi à Atakpamé, à un atelier de sensibilisation et de formation sur « les bonnes pratiques de production, d’hygiène et de sécurité sanitaire ISO 22000/HACCP ».

C’est une initiative du Ministère du commerce, de l’industrie et de la consommation locale à travers son Secrétariat de mise en œuvre du cadre intégré renforcé (SMOCIR).

Cette rencontre qui entre dans le cadre du « Projet de durabilité et de renforcement des capacités commerciales de l’anacarde et du Karité » (PRODAK), vise à accompagner une quarantaine de bénéficiaires à se familiariser avec la norme ISO 22000/HACCP, à être mieux outillés sur l’éthique, les normes de qualité et les bonnes pratiques de transformation.

La chef projet PRODAK, M. Tchepan Tékentou et ses collaborateurs saisissent cette occasion pour entretenir les participants sur les techniques modernes de conditionnement et de stockage des produits agro-alimentaires et la Gestion des emballages entre autres.

Cette formation va permettre aux séminaristes d’être davantage compétitifs et d’améliorer ainsi leurs chiffres d’affaires, a indiqué Jules Amenkey (responsable suivi-évaluation).

Les travaux de l’atelier ont été ouverts par le Préfet de l’Ogou, M. Akakpo Edoh.

Depuis Atakpamé, Evrard NOMANYO




Togo : les grandes décisions du Conseil des ministres de ce 25 novembre 2020

Le chef de l’Etat Faure Essozimna Gnassingbé a présidé ce mercredi, le  cinquième Conseil des ministres du nouveau gouvernement. Les travaux ont permis à l’exécutif togolais d’examiner deux  (02) projets de décrets et d’écouter plusieurs communications.

COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU 25 NOVEMBRE 2020

Le Conseil des Ministres s’est réuni ce jour sous la Présidence de Son Excellence Monsieur Faure Essozimna Gnassingbé, Président de la République.Le Conseil a examiné deux (02) projets de décrets et écouter six (06) communications.

Au titre des projets de décret

Le Conseil a examiné un projet de décret portant attributions et organisation de la direction des affaires financières (DAF) des ministères. Ce projet de décret fait suite à l’adoption du budget programme par le Gouvernement.

La réussite de ce basculement majeur qu’est le passage au budget programme impose une réorganisation de la fonction financière de chaque ministère. Il fera l’objet d’une mise en œuvre progressive.

Le Conseil a ensuite examiné le projet de décret fixant les modalités et le prix de cession des actions de l’Etat dans le capital social de la Nouvelle Société Cotonnière du Togo (NSCT).

Suite à l’adoption par l’Assemblée nationale de la loi n°2020-008 du 02 juillet 2020 portant autorisation de la cession de tout ou partie de la participation de l’Etat dans le capital de la Nouvelle Société Cotonnière du Togo, le Gouvernement a engagé des discussions avec le groupe Olam en vue de faire aboutir ce partenariat à travers la cession effective des actions.

Il s’agit d’un partenaire de renom déjà fortement impliqué en tant qu’acheteur du coton togolais, dont l’expertise est reconnue et dont la présence dans plusieurs pays voisins est couronnée de succès.

Cette cession a pour objectif de doubler les rendements notamment en exploitant la carte de fertilité des sols ; de moderniser l’outil industriel sur toute la chaîne de la production à la transformation ; de développer la marque « coton made in Togo » afin de jouir d’un différentiel de prix par rapport à la qualité.

Au final, les producteurs, qui ont également adhéré à cette cession, verront leurs revenus garantis et augmentés notamment par la mise en place d’un mécanisme de stabilisation des revenus leur permettant d’avoir un niveau de revenu assuré nonobstant la fluctuation éventuelle des prix du coton sur le marché international.

Conformément à la loi de 2014 portant modernisation de l’action publique de l’Etat en faveur de l’économie, le Gouvernement a mis en place une Commission d’Evaluation des Privatisations qui a évalué l’offre du partenaire et apprécié le prix issu des négociations avec le partenaire.

Le Conseil a pris acte du rapport de la Commission d’Evaluation des Privatisations concernant la cession de 51% du capital social et a adopté le décret autorisant cette cession pour montant de l’ordre de 22 milliards de francs CFA.

Le Conseil a saisi cette occasion pour féliciter le Président de la République pour l’aboutissement de ce processus qui vient concrétiser la volonté de transformer l’agriculture togolaise conformément à l’axe 2 de la feuille de route qui vise la création d’emplois en s’appuyant sur les forces de l’économie.

Au titre des communications,

Le Conseil a écouté une première communication relative aux mesures d’accompagnement du Gouvernement en faveur de la rentrée scolaire 2020-2021 présentée par le ministre des enseignements primaire, secondaire, technique et de l’artisanat.

Pour le compte de cette rentrée 2020 – 2021, la gratuité des frais d’inscription aux examens dont le coût est estimé à 1,9 milliards est devenue effective. Par ailleurs, le programme de cantines scolaires est poursuivi.

Il est à noter qu’en plus de la suppression des frais de scolarité en 2008-2009 avec une compensation financière effective de l’Etat, le gouvernement retient entre autres, la poursuite de la mise en œuvre du programme novateur dénommé « School Assur ». A ce jour, on dénombre 1.916.511 élèves (un million neuf cent seize mille cinq cent onze) pris en charge.

De plus, la persistance de la crise sanitaire justifie un accompagnement spécial notamment par la mise à disposition de masques à prix subventionnés nécessitant la mobilisation de 1 milliard de francs CFA par l’Etat pour faire passer le prix du masque à 50 francs CFA au lieu de 260 francs CFA dans les établissements scolaires.

Au titre de la rentrée scolaire 2020-2021, le Gouvernement a mobilisé six cent million (600 000 000) de francs CFA pour l’acquisition de tables bancs et de matériel informatique.

Le Gouvernement appelle les acteurs à poursuivre le dialogue afin de maintenir un climat de sérénité et trouver les solutions idoines aux défis de l’année scolaire.

Le Conseil a écouté une seconde communication relative à la mise en place du programme de gratuité de la prise en charge de la femme enceinte au Togo ; présentée par la ministre déléguée chargée de l’accès universel aux soins.

L’objectif principal de ce programme qui concrétise un engagement du Chef de l’Etat est de réduire la mortalité maternelle et néonatale.

Dans le cadre du programme qui sera mis en œuvre essentiellement dans les unités de soins périphériques, quatre (04) catégories de prestations seront couvertes : la planification familiale ; la Consultation prénatale (CPN), l’Accouchement et la Césarienne.

Ce programme dont le coût de mise en œuvre est estimé à 7,140 milliards de FCFA pour l’année 2021 démarrera dans les plus brefs délais.

Le Programme sera soutenu par une campagne active et renforcée de planning familial avec l’appui des agents de santé communautaire et l’implication des populations à la base afin d’inciter à l’espacement des naissances.

S’en est suivi une communication portant sur le processus d’adoption de la loi sur l’assurance maladie universelle au Togo présentée par la ministre déléguée chargée de l’accès universel aux soins.

En effet, la mise en place, depuis 2012, du régime obligatoire d’assurance maladie géré par l’Institut National d’Assurance Maladie (INAM) facilite l’accès des agents publics et assimilés aux soins de santé essentiels et contribue à l’amélioration de leur bien-être économique et social.

Afin de répondre à la volonté du Gouvernement de garantir un accès universel aux soins, le projet de loi, une fois adopté, permettra d’instituer un système cohérent et intégré d’assurance maladie universelle. Les bénéficiaires seront les agents du publics et assimilés, les travailleurs régis par le code du travail, les acteurs de l’économie informelle et agricole, les indépendants, les bénéficiaires de pension et de rentes ainsi que les personnes indigentes, vulnérables ou démunies.

Le Conseil a également écouté une communication relative à l’aménagement du territoire et aux outils de l’aménagement du territoire présentée parle ministre d’Etat, de l’administration territoriale, de la décentralisation et du développement des territoires.Les priorités porteront dans un premier temps sur l’élaboration du schéma national d’aménagement du territoire (SNAT) afin de favoriser une meilleure localisation des actions prioritaires et un développement harmonieux de territoires.

L’élaboration du SNAT qui sera conduite avec le concours de partenaires techniques et financiers et l’implication des acteurs locaux permettra de mieux prendre en compte les ambitions de la feuille de route et contribuera au développement local.

La communication suivante présentée par le ministre en charge de l’Economie maritime est relative aux enjeux de la gestion du littoral et aux réponses/actions proposées.

L’importance du littoral dans l’économie de notre pays est à l’origine de plusieurs défis qui nécessitent de concilier développement des activités économiques et protection des espaces naturels du littoral.

Le gouvernement doit également anticiper les besoins et mettre en place une protection en fonction de la proximité avec le rivage tout en associant les populations riveraines à l’aménagement et à la mise en valeur du littoral.

S’en est suivi une communication relative au Programme d’Appui aux Pistes Rurales (PAPR) présentée par le ministre du désenclavement et des pistes rurales.

Le programme PAPR mis en œuvre avec l’appui de l’AFD et de la KFW s’inscrit dans l’ambition du Gouvernement de développer et étendre 4000 km de pistes rurales et a pour objectif d’améliorer l’accès des ménages et producteurs agricoles aux intrants et aux marchés par la réhabilitation et la construction de près de 2000 km de pistes notamment dans les zones de production cotonnière et de café – cacao.

Les bénéficiaires directs du programme sont donc les exportateurs des produits agricoles, les commerçants et les transporteurs, et les bénéficiaires indirects : les producteurs et les ménages dans les zones ciblées.

Fait à Lomé, le 25 Novembre 2020

Le Conseil des Ministres




Dysfonctionnements sur les services T-Money : L’ARCEP ouvre une procédure de sanction contre Togo Cellulaire

L’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) vient d’ouvrir une procédure de sanction contre Togo Cellulaire, une entité du Groupe TogoCom pour désagréments et dysfonctionnements graves sur les services de transfert d’argent T-Money et défaut d’information à l’endroit des consommateurs, ceci en violation des clauses de leurs cahiers de charges.

Dans un communiqué en date de ce 25 novembre, l’ARCEP explique en effet qu’aux termes de l’article 27.1, l’opérateur a l’obligation d’assurer la disponibilité permanente, continue et régulière des services autorisés et l’adaptation permanente des moyens qu’il met en œuvre.

En ce qui concerne l’obligation d’information, souligne l’institution, l’article 37.4 stipule qu’ « en cas de perturbation ou d’interruption dans la fourniture des services d’une durée de plus de deux heures, l’opérateur doit en informer ses clients sur la nature du problème et le délai approximatif dans lequel le service sera rétabli ».

L’ARCEP informe avoir interpelée le 17 novembre dernier, Togo Cellulaire en vue de s’expliquer non seulement sur les causes de ces défaillances qui nuisent gravement à la qualité des services via le canal USSD, mais aussi sur les mesures prises pour y remédier, étant entendu que la société n’a informé ni l’Autorité de régulation, ni ses clients.

« Les explications fournies par Togo Cellulaire ont été jugées irrecevables par l’ARCEP, qui a ainsi décidé d’ouvrir une procédure de sanction à son encontre », lit-on dans le communiqué de l’ARCEP.

La Rédaction




Le Togo rend hommage aux cinéastes Do Kokou et Abalo Kilizou

Le ton de la 4e édition de la semaine nationale du cinéma togolais a été officiellement donné lundi à Canal Olympia de Godopé à Lomé par le Ministre de la culture et du tourisme, Dr Kossi Gbényo LAMADOKOU. Occasion pour le représentant de l’exécutif togolais, de rendre un hommage à deux grands noms du cinéma du pays à savoir Do Kokou et Abalo Kilizou.

Cet hommage est le signe de la reconnaissance de la nation pour service rendu ces cinéastes au 7e art togolais. Un trophée a été remis à cet effet par le Ministre Kossi Gbényo LAMADOKOU à Do Kokou Jacques.

Cinéaste de son état mais aussi un photographe professionnel, Do Kokou est reconnu de par le monde lors de grands événements cinématographiques, dont le festival de Canne en 2012 et le Festival de Moscou où il a remporté le prix de Bronze. Son premier film est intitulé « Kouami ou l’exode malversée » en 1974.

L’histoire retiendra que Do Kokou est également l’initiateur du Cinéma itinérant (CIT) et des rencontres du cinéma et de la télévision du Togo (RECITEL) et auteur de nombreux clichés portant sur le patrimoine culturel national.

Le second hommage a été rendu à titre posthume, au Feu Abalo Kilizou Blaise. C’est à son épouse, toute émue, que l’honneur est revenu de recevoir le trophée de son défunt époux.

Abalo Kilizou Blaise fut en effet un autodidacte qui a réalisé son premier docu-fiction intitulé « Dix ans de pouvoir du Président Eyadéma » en 1976 puis son premier long métrage « Kawilassi » ou « Sabin la mort et moi » en 1995. C’est ce film qui lui a valu le titre du 1er Togolais à obtenir un prix spécial du développement humain au Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO). D’autres œuvres notamment « Venu de France », « La révolte de l’ombre », « Le cri du silence », « Le mirage de l’espoir » portent également sa signature artistique.

Le Ministre de la culture et du tourisme a exprimé sa fierté vis-à-vis de la nouvelle génération des cinéastes togolais. « Emboitant le pas à leurs illustres aînés, ils sont en train de porter notre septième art à un niveau insoupçonné. Mesdames et messieurs les cinéastes, s’il vous plaît continuez ainsi », a-t-il martelé.

Aux aînés pionniers du cinéma togolais, Kossi Gbényo LAMADOKOU a dit « merci » pour tout le service rendu au cinéma du pays. « Jacques DO KOKOU, vous êtes et vous resterez une lampe allumée pour la jeune génération. Quant à vous, feu ABALO Kilizou, nous vous sortirons de l’oubli. Aujourd’hui, le monde des cinéastes vous rend un hommage mérité à titre posthume pour tous vos services rendus au monde cinématographique », a-t-il déclaré.

Il faut souligner que dans le cadre de cette 4e édition de la semaine nationale du cinéma togolais, une vingtaine de productions audiovisuelles et cinématographiques, fictions, documentaires, séries et films d’animation, réalisées par des cinéastes togolais, seront projetés au cours de. Cependant, en raison de la pandémie au Coronavirus, ces projections se feront exclusivement sur les chaînes de télévisions partenaires, à savoir la Télévision nationale togolaise (TVT),  TV2, Radio et Télévision Delta Santé (RTDS) et New Word TV.

Dans ses ambitions culturelles et artistiques, le Togo accorde une place particulière au cinéma. Les actions se sont multipliées ces dernières années afin de pour renforcer le secteur culturel national dans son ensemble et particulièrement le cinéma. La vision est de faire des arts et de la culture, une vitrine séduisante du Togo en lien avec la politique culturelle du pays.

Depuis le 20 juin 2016, une loi a été votée afin de protéger l’artiste togolais tout en lui conférant un statut respectable. Par ailleurs, l’avant-projet de code du cinéma et de l’image animée est déjà adopté par le gouvernement et est dans l’attente d’être voté par le parlement. Aussi, faut-il ajouter que dans la volonté d’appuyer et de soutenir les acteurs des arts et de la culture, il a été mis à leur disposition, un Fonds d’aide à la culture qui finance de nombreux projets.

David S.




Kloto : Mme Yawa TSEGAN fait don de kits scolaires et de matériels de protection contre la Covid-19 aux établissements scolaires

Des élèves des cours primaire et secondaire des établissements scolaires des communes de Kloto1, Kloto 2 et Kloto 3 ont bénéficié ce samedi 21 novembre, d’importants lots de kits scolaires et de matériels de protection contre la pandémie à  Coronavirus (Covid-19) ; un don de la Présidente de l’assemblée nationale, Mme Yawa Djigbodi TSEGAN.

Ces dons sont composés de 150 cartons de 200 pages, 150 cartons de 100 pages, 30 cartons d’ensembles géométriques, 30 cartons de gels Sivop, 30 emballages de papiers torchons, 60 cartons de Savons liquides et de 120 poubelles.

Les cérémonies de remise de ces dons se sont déroulées respectivement à Kpalimé (Kloto1), Lavié ( Kloto2) et Agomé Yoh ( Kloto3) en présence des maires Winny DOGBATSE de Kloto1, Abotsi-Dzegbla Mensah de Kloto 2, Amouakou Kossi Mawuli de Kloto3, et des autorités traditionnelles, administratives, politiques, civiles, éducatives, de même que des parents et élèves.

La Présidente de l’assemblée nationale s’est fait représentée par l’honorable Desmond Kofi Dziwonou DEGBOE, député à l’Assemblée nationale.

Prenant la parole au nom de la Présente de l’assemblée nationale, le député DEGBOE a expliqué que ces dons ont un double objectif : aider les parents et les élèves à effectuer une bonne rentrée scolaire et permettre à ces derniers et aux enseignants des trois communes de lutter contre la propagation de la pandémie à Coronavirus Covid-19.

« Nous sommes victimes depuis un certain temps de la Covid-19 et beaucoup de foyers éprouvent des difficultés à pouvoir assurer une bonne rentrée scolaire aux enfants. Alors, elle a jugé bon d’appuyer et d’accompagner les parents pour que les élèves puissent effectuer une bonne rentrée scolaire et réussir à la fin de l’année scolaire », a-t-il indiqué.

Le député Dziwonou DEGBOE a prodigué de sages et utiles conseils aux bénéficiaires, les invitant à bien suivre les cours, à bien les assimiler et à réussir massivement en fin d’année. Il les a par ailleurs sensibilisés sur la Covid19 tout en les invitant au strict respect des mesures barrières édictées par le gouvernement pour lutter contre la propagation de la pandémie, et à faire un bon usage de ces dons.

Que ce soit à Kpalimé, Lavié et Agomé Yoh, les populations ont exprimé leur satisfaction, leur gratitude et reconnaissance à la donatrice.

Les  maires des trois communes, les chefs traditionnelles, les directeurs d’écoles ont tour à tour remercié la donatrice pour ces dons qui selon eux, permettront d’une part aux élèves d’effectuer une bonne rentrée scolaire et d’autre part, d’éviter la contamination de cette pandémie.

Soulignons que la cérémonie s’est déroulée dans le strict respect des mesures barrières contre le Coronavirus.

De notre correspondant à Kpalimé, Mensah ASSOGBAGUE




Jean Cleber AMELA, lauréat du concours de création du logo de l’ARCEP

Le concours de création de logo de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) a connu son apothéose ce vendredi 20 novembre avec la remise des prix aux lauréats. C’est Jean Cleber AMELA 23 ans, étudiant en Licence de « Publicité et Arts graphiques » à l’Institut des sciences de l’information, de la communication et des arts (ISICA) de l’Université de Lomé qui a remporté le premier prix en s’adjugeant ainsi la cagnotte de trois (03) millions de F CFA.

Les deux autres candidats primés sont Jérôme Kwassi Adjata, 26 ans (étudiant en Data sciences Master I, résidant à Avrillé en France) arrivé en 2ème position qui remporte 1.500.000 F CFA et Honoré Kossi Eklou, 27 ans informaticien/graphiste résident à Lomé, qui remporte le 3è prix doté de 500.000 F CFA.

Au total 678 propositions issues de divers horizons ont été enregistrées par les membres du jury de ce concours organisé entre le 29 octobre et le 13 novembre 2020 par l’Autorité de régulation.

Le logo retenu à l’issue du processus d’évaluation et de vote, est composé d’un cercle dont la partie supérieure très épaisse, représente l’Autorité dans son rôle de « gardien et de sentinelle » avec un point central qui traduit un œil vigilent et un regard régulateur. Cette partie s’apparente à un aimant positionné au dessus de secteur, avec une force d’attraction comme pour la maintenir.

La partie inférieure du cercle du logo représente les acteurs du secteur des communications électroniques et des postes notamment les opérateurs, les utilisateurs (entreprises et particuliers) symbolisés par un ensemble de courbes fines qui entretiennent entre elles de liens très étroits.

« C’est un logo qui nous « parle ». Il véhicule un message dans lequel l’ARCEP se reconnait volontiers car il reflète les missions de l’Institution dans leurs composantes de régulation et de contrôle. Cet aspect mérite d’être souligné car le logo, c’est la carte d’identité de l’entreprise. A ce titre il l’accompagne toute sa vie. C’est ce qui la distingue des autres organisations et institutions », a déclaré Michel Yaovi Galley, Directeur général de l’ARCEP.

« Notre ambition, c’est aussi de promouvoir l’excellence en suscitant surtout auprès des jeunes, l’éclosion de talents, par l’esprit de créativité, d’audace et d’originalité à l’instar des actions qu’entreprend le gouvernement en faveur de la jeunesse togolaise », a-t-il ajouté.

Créée par la loi sur les Communications Electroniques (LCE) N°2012-18 du 17 décembre 2012 et mise en place en 2015, l’ARCEP a pour mission d’assurer la régulation des secteurs des postes et des communications électroniques. Elle vient remplacer l’Autorité de Réglementation des secteurs de Postes et Télécommunications (ART&P). Une transformation s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la Déclaration de Politique sectorielle (DPS) du Ministère de l’économie numérique et de la transformation digitale du pays.

David S.




Togo : Des honneurs funèbres officiels à feu André Johnson

Des moments de vives émotions ce vendredi à l’Assemblée nationale. Les députés ont rendu ce 20 novembre, des hommages officiels à feu André Kouassi Ablom Johnson, 3è vice-président de la Représentation nationale décédé le samedi 14 novembre dernier à l’âge de 72 ans.

La cérémonie qui s’est déroulée à la Cour d’honneur de l’Institution, a été présidée par la Présidente de l’Assemblée nationale, Yawa Djigbodi Tsègan en présence des membres de la famille éplorée et de plusieurs invités.

Cadre de l’Union des forces du changement (UFC, opposition), et ancien ministre de l’environnement et des ressources forestières, André JOHNSON avait eu le privilège de diriger et de conduire les travaux de la session de droit de cette VIè Législature, une session ayant abouti à l’adoption de son règlement intérieur et à l’élection des membres de l’actuel bureau de l’Assemblée nationale.

C’est donc avec tristesse les élus du peuple ont rendu un dernier hommage funèbre à l’illustre disparu.

Lire aussi : Décès d’André Johnson : la Représentation nationale salue la mémoire de l’illustre disparu

Dans son intervention, la Présidente de l’Assemblée nationale a manifesté la reconnaissance de l’institution parlementaire pour le parcours d’un homme qui aura marqué son temps par ses qualités humaines et son engagement pour l’État qu’il a servi.

« En sa qualité de membre du bureau de l’Assemblée nationale, son parcours professionnel et ses riches expériences nous ont été d’un grand atout », a indiqué Yawa Djigbodi Tsègan, renouvelant ses condoléances à la famille éplorée et aux proches de l’illustre disparu.

Les députés lors de la cérémonie

La cérémonie d’hommage a été marquée par la lecture de l’éloge funèbre et le dépôt d’une gerbe en mémoire de feu André Johnson.

L’essentiel à retenir de l’homme

Titulaire d’un baccalauréat de lettre et philosophie et d’une maitrise en littérature anglaise de l’Université Paris 3, André Johnson  débuta dans la vie professionnelle d’abord comme professeur d’anglais en 1981 à Lomé, ensuite comme professeur d’anglais dans deux grands collèges d’Evry en France entre 1983 et 1993.

Son inclination intrinsèque à servir les autres le poussa à la gestion touristique à l’issu d’un diplôme d’études supérieures spécialisées (DESS) en management du tourisme.

Lire aussi : Togo : Décès de l’ancien ministre André Johnson

C’est après sa retraite qu’il s’est consacré pleinement à la politique en rejoignant l’Union des Forces de Changement où il militait déjà à Paris, au sein du Mouvement des togolais de la diaspora.

Représentant de l’UFC à la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) de 1999 à 2002, André Johnson a été également ministre de l’Environnement et des Ressources forestières de 2013 à 2019.

Le 20 décembre 2018, il avait été élu député de la circonscription électorale du Lacs/Bas-Mono, ce qui lui a permis de siéger au sein de l’Assemblée nationale.

David S.




Sidie Mohamed TUNIS : « Nous avons souhaité qu’il y ait beaucoup plus de coopération entre l’Assemblée nationale togolaise et le parlement de la CEDEAO »

Une délégation du Parlement de la CEDEAO conduite par son président Sidie Mohamed TUNIS a été reçue en audience jeudi par la Présidence de l’Assemblée nationale togolaise Yawa Djigbodi Tsègan. Au menu des discussions, le renforcement de la coopération bilatérale entre le parlement de l’Institution sous régionale et l’Assemblée nationale togolaise, et la vision du Parlement communautaire de passer de la CEDEAO des Etats à la CEDEAO des peuples.

« Nous avons décidé de rendre cette visite de courtoisie à Madame la Présidente de l’Assemblée nationale aujourd’hui pour l’informer de l’évolution de notre mission ici au Togo. Nous lui avons aussi fait part des progrès que la mission fait au cours de cette réunion bilatérale. En dehors de ça, nous avons discuté de quelques questions bilatérales entre le parlement de la CEDEAO et l’Assemblée nationale togolaise », a déclaré Sidie Mohamed TUNIS.

«  Il y a déjà une relation qui est très forte, mais nous avons décidé de la renforcer. Nous avons souhaité qu’il y ait beaucoup plus de coopération entre l’Assemblée nationale togolaise et le parlement de la CEDEAO », a-t-il ajouté.

Selon lui, pour que le parlement de la CEDEAO puisse avoir accès à toutes les populations de la sous-région, notamment à la population togolaise, il faudra synchroniser les actions de ce Parlement et des assemblées nationales de tous les pays notamment de l’Assemblée nationale togolaise.

Le souhait, a-t-il précisé, est que « tous les sujets qui seront discutés à Abuja (siège du parlement de la CEDEAO (ndlr) soient aussi discutés dans les différentes Assemblées ».

« Nous avons l’intention d’organiser en 2021 une réunion de tous les présidents des Assemblées nationales des différents pays pour discuter de la manière propice, de renforcer la coopération entre le parlement de la CEDEAO et les différentes Assemblées nationales en vue de renforcer notre assise au sein des communautés nationales », a fait savoir Sidie Mohamed TUNIS.

Il faut souligner que le Parlement de la CEDEAO est présent toute cette semaine à Lomé au Togo pour une réunion délocalisée portant sur le renforcement des nouvelles technologies de l’information et de la communication en faveur de la promotion de l’enseignement à distance à l’heure de la crise sanitaire liée à la Covid-19.

La Rédaction




Togo : hommage à la participation des femmes dans les opérations de maintien de la paix

Le Togo a rendu ce jeudi 19 novembre, un hommage au rôle et à la participation des femmes dans les opérations de maintien de la paix et de la sécurité en Afrique.

La Cérémonie de reconnaissance qui s’inscrit dans le cadre du 20è anniversaire de la Résolution 1325 des Nations Unies, s’est déroulée à l’état major des Forces armées togolaises (FAT).

Plusieurs personnalités de haut rang ont assisté à cette cérémonie d’hommage notamment  des membres du gouvernement dont la ministre des armées Mme Marguerite Gnakadère présentant le Premier ministre, le chef d’état major des  FAT, Général de Brigade Félix Abalo Kadhanga, du Représentant résident du PUD au Togo Aliou Dia, des députés et des responsables d’organisations de la société civile.

Pour rappel, la résolution 1325 des Nations Unies a été adoptée  par le Conseil de sécurité à sa 4213ème séance le 31 octobre 2000.

Dans le cadre de cette résolution, il est demandé aux États Membres de faire en sorte que les femmes soient davantage représentées à tous les niveaux de prise de décisions dans les institutions et mécanismes nationaux, régionaux et internationaux pour la prévention, la gestion et le règlement des différends.

David Soklou