1

La CEDEAO adopte des sanctions « très dures » contre le Mali, la junte annonce des actions réciproques

C’est une sorte de bras de fer qui se dessine entre la junte au pouvoir au Mali, et la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

A l’issue d’un sommet extraordinaire tenu ce dimanche 09 janvier à Accra au Ghana, les chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO ont adopté ce dimanche 09 janvier à Accra au Ghana, des sanctions qualifiées de « très dures » sanctions envers la junte au Mali pour un retour rapide à l’ordre constitutionnel.

Il s’agit d’une vive réaction de la CEDEAO face au projet de la junte de continuer à diriger le pays jusqu’à cinq années supplémentaires et au manquement de la part des colonels à l’engagement d’organiser le 27 février prochain des élections présidentielle et législatives qui auraient ramené des civils à la tête du pays.

Au rang des sanctions économiques et financières annoncées, le gel des avoirs maliens au sein de la Banque centrale des États d’Afrique de l’Ouest (BCEAO), la rupture des aides financières, la fermeture des frontières entre le Mali et les États membres de l’organisation, la suspension des transactions avec Bamako, à l’exception des produits médicaux et de première nécessité, les produits pétroliers et l’électricité, le gel des actifs et des avoirs de la République du Mali dans toutes les banques centrales des pays membres de la CEDEAO, le gel des avoirs du gouvernement et des entreprises d’États maliens dans toutes les banques commerciales de la CEDEAO.

L’institution sous régionale a en outre décidé du retrait des ambassadeurs de tous les pays membres au Mali, et de l’activation immédiate de la force en attente de l’organisation, compte tenu de « l’impact potentiellement déstabilisateur de la transition malienne sur la région ».

Ces différentes sanctions ont été condamnés par la junte au pouvoir au Mali (dirigée par le colonel Assimi Goïta) qui annonçant en retour des actions réciproques.

Les autorités maliennes ont condamné « énergétiquement » ces sanctions jugées « illégales » et accusé les membres de la CEDEAO d’être « instrumentalisés » par des « puissances extra-régionales ».

Selon un communiqué lu à la télévision nationale  par le porte-parole de la junte Abdoulaye Idrissa Maïga, le gouvernement malien de transition a promis à son tour de fermer ses frontières aériennes et terrestres avec les pays membres de la CEDEAO, et de rappeler ses ambassadeurs. Les dirigeants actuels du Mali ont par ailleurs annoncé leur possibilité de reconsidérer l’adhésion du pays à la CEDEAO et à l’UEMOA.

Il faut rappeler que la CEDEAO avait déjà imposé un gel de leurs avoirs financiers et une interdiction de voyager à 150 personnalités qui selon elle, sont coupables de faire obstruction aux élections. En août 2020, l’organisation sous régionale avait suspendu le Mali de tous ses organes de décision, une suspension toujours en vigueur. Elle avait également fermé toutes les frontières terrestres et aériennes, et instauré un embargo sur les échanges financiers et commerciaux, à l’exception des produits de première nécessité.

La Rédaction




Mme Victoire Tomégah-Dogbé a échangé avec les bénéficiaires de programmes d’excellence du gouvernement togolais

Le Premier ministre Mme Victoire Tomégah-Dogbé a rencontré ce jeudi 06 janvier à Lomé, délégation de jeunes boursiers et bénéficiaires de programmes d’excellence du gouvernement togolais.

Les changes ont logiquement porté pour les bourses et programmes d’excellence en faveur des jeunes offerts par le gouvernement.

La rencontre a par ailleurs permis d’avoir des informations sur leur insertion professionnelle ainsi que des opportunités d’emplois au Togo.

Les boursiers ont salué l’initiative du gouvernement et ont en outre souhaité la mise en place d’une plateforme centralisée des opportunités d’emplois et une amélioration de l’information autour des différents programmes.

Selon Constance Afi Deguenon (boursière), cette rencontre est le commencement d’un suivi des lauréats boursiers qui se sentent un peu délaissés.

« Nous pensons qu’avec ces échanges avec Mme le Premier ministre, nous allons mettre en place des mécanismes de suivi des boursiers et également faire l’insertion professionnelle de ces jeunes après leur formation à l’extérieur du pays », a-t-elle indiqué.

« Après nos études à l’étranger, il est important qu’on revienne au pays pour contribuer au développement du Togo », a fait savoir pour sa part Laurent Dametougle, étudiant à Sciences Po.

Le Premier ministre a saisi l’occasion pour partager avec les jeunes, la vision du Togo pour les prochaines années et l’engagement du gouvernement à poursuivre sa politique d’attraction des talents dans la fonction publique.

« Les programmes de bourse et d’excellence permettent de doter nos jeunes des compétences dont notre pays a besoin pour son développement. Nous sommes fiers d’eux et surtout très impatients de les retrouver bientôt comme acteurs de développement de notre chère nation », a expliqué  Mme Victoire Tomégah-Dogbé.

La Rédaction




Togo : Les Forces armées réitèrent leur adhésion à la politique de Faure Gnassingbé

Les Forces de défenses ont réitéré ce jeudi 06 janvier 2022, leur adhésion à la politique de paix et de stabilité du chef de l’Etat Faure Gnassingbé, chef suprême des armées.

C’est à l’occasion de la présentation des vœux de l’ensemble des Forces de défense au Président de la République par une délégation du ministère des Armées conduite par Mme le ministre Marguerite Gnakadé.

La délégation a témoigné sa gratitude au chef de l’Etat pour les mesures idoines qu’il ne cesse de prendre afin de doter les forces de défense et de sécurité des capacités opérationnelles en vue de faire face aux défis sécuritaires.

Le ministère des Armées a promis d’œuvrer aux côtés du chef suprême des armées à la sécurisation du pays, conformément à ses orientations et instructions.

IL faut souligner que dans son adresse à la nation le 30 décembre dernier, Faure Gnassingbé a salué la détermination et l’engagement des forces de défense et de sécurité dans un contexte marqué par de nombreuses incertitudes et dans un environnement régional troublé par la menace persistante du terrorisme et de l’extrémisme violent.

« Leur bravoure, leur courage et leur professionnalisme font honneur à la nation, ici et partout ailleurs où elles se trouvent en opérations », a-t-il déclaré, ajoutant que « les investissements nécessaires au renforcement du dispositif sécuritaire et des capacités opérationnelles des forces de défense et de sécurité seront poursuivis et même accélérés dans le cadre de la loi de programmation militaire ».

David S.




Togo : La caution et la garantie de loyer désormais plafonnées à 3 mois (Conseil des Ministres)

Le décret portant réglementation de la caution, de la garantie de loyer et du bail d’habitation a été examiné et adopté ce mercredi 05 janvier en Conseil des Ministres.

Le décret vise notamment à plafonner le montant de la caution et de la garantie de loyer dans le pays.

Selon cette nouvelle disposition, la caution est désormais plafonnée à 3 mois de loyers et la garantie à 3 mois de loyers, selon le communiqué issu du Conseil.

Selon le gouvernement, ce plafonnement a pour objectif de limiter les spéculations actuelles pratiquées dans notre pays et en particulier dans le grand Lomé tout en tenant compte de la nécessité de préserver les investissements réalisés par ceux qui contribuent à améliorer l’offre de logement disponible.

L’initiative s’inscrit dans la poursuite des actions menées en faveur de l’inclusion sociale et de la protection sociale des populations.

« Dans une première phase, cette mesure s’applique dans le grand Lomé et sera étendue, après évaluation, dans d’autres localités si cela est jugé pertinent », précise le gouvernement.

Plusieurs autres sujets ont été abordés au cours des travaux du premier Conseil des ministres de l’année 2022.

Nous vous proposons l’intégralité du communiqué issu du Conseil des ministres

Le conseil des ministres s’est réuni ce mercredi 05 janvier 2022 sous la présidence de Son Excellence Monsieur Faure Essozimna GNASSINGBE, Président de la République.

A l’entame de cette première réunion de l’année 2022 du conseil, Madame le Premier ministre a présenté, au nom du gouvernement, les vœux de bonne santé et de prospérité au Chef de l’État, Son Excellence Monsieur Faure Essozimna GNASSINGBE, ainsi qu’à ses proches.

Elle a exprimé à son endroit l’admiration du gouvernement pour son leadership inspirant, en particulier face à la situation sécuritaire, et pour les actions sociales en faveur de la population. Elle a également réitéré l’engagement du gouvernement à tout mettre en œuvre pour répondre à l’appel à l’accélération de la mise en œuvre de la feuille de route lancé par le Chef de l’État dans ses vœux de fin d’année.

Répondant à ces vœux, le Chef de l’État a renouvelé son exhortation à préserver à tout prix un climat de paix et de cohésion nationale sans lequel, les ambitions de développement ne sauraient se réaliser. Il a également invité le gouvernement à faire preuve d’une grande capacité d’anticipation, notamment en renforçant le travail collaboratif pour plus de réussites individuelles et collectives.

Il a, pour finir, souhaité une bonne et heureuse année à tous les ministres.

Le conseil a ensuite examiné trois (03) projets de décret et écouté une (01) communication.

Au titre des projets de décret,

Le conseil a examiné et adopté un projet de décret portant réglementation de la caution, de la garantie de loyer et du bail d’habitation

S’inscrivant dans la poursuite des actions menées en faveur de l’inclusion sociale et de la protection sociale des populations, le présent décret vise à plafonner le montant de la caution et de la garantie de loyer au Togo.

Ce plafonnement a pour objectif de limiter les spéculations actuelles pratiquées dans notre pays et en particulier dans le grand Lomé tout en tenant compte de la nécessité de préserver les investissements réalisés par ceux qui contribuent à améliorer l’offre de logement disponible.

Selon cette disposition : la caution est désormais plafonnée à 3 mois de loyers et la garantie à 3 mois de loyers.

Dans une première phase, cette mesure s’applique dans le grand Lomé et sera étendue, après évaluation, dans d’autres localités si cela est jugé pertinent.

Le conseil a ensuite examiné et adopté un projet de décret fixant les conditions de coopération entre les organisations non gouvernementales (ONG) et le Gouvernement.

Ce décret correspond à la volonté du gouvernement de s’assurer d’un alignement de l’ensemble de ses partenaires sur sa vision de développement.

Dans un contexte sécuritaire très fragile, il permettra également à l’Etat d’assurer le contrôle, la transparence et l’efficience des actions des ONG et de renforcer ainsi les résultats des interventions de ces dernières. Ce décret fixe notamment les conditions d’existence et d’exercice des activités des ONG dans notre pays ainsi que les conditions pour qu’une ONG puisse bénéficier de l’appui du gouvernement.

Le conseil a examiné et adopté un dernier projet de décret déclarant d’utilité publique et autorisant les travaux d’extension de la réserve foncière spéciale des cantons de Dalavé et de Kpomé dans la préfecture de Zio.

Ce projet de décret autorise la constitution d’une réserve foncière spéciale de l’Etat dans les cantons de Dalavé et de Kpomé dans la Préfecture de Zio. Cette réserve estimée à 2505 ha, permettra à l’Etat de poursuivre la réalisation des ouvrages au profit des populations.

Au titre de la communication,

Le conseil a écouté une communication relative à la conduite de l’opération de sécurisation des zones frontalières « KOUDANLGOU IV – ZONE II » ; présentée par le ministre de la sécurité et de la protection civile.

Cette communication vise à rendre compte au conseil du déroulement des opérations de sécurisation « KOUDANLGOU IV » dans la région nord du Togo en collaboration avec les pays voisins.

Au Togo notamment, elles ont permis d’interpeller des personnes suspectes et de réaliser des saisies diverses, notamment des objets pouvant également servir à entretenir la violence au sein des communautés.

Cette opération a permis, enfin, de renforcer les liens Armée-Nation par la distribution d’eau potable, de gels hydroalcooliques et de masques à la population.

Au titre des divers,

Le ministre chargé de la santé a rendu compte au conseil de la flambée de cas de Covid-19 dans notre pays avec en particulier, l’émergence du variant omicron.

Le conseil, tout en saluant la mobilisation des agents de santé face à cette situation inédite, a invité la population à se remobiliser en matière de respect des gestes barrières et d’adhésion à la campagne de vaccination. Seuls moyens d’éviter un impact encore plus négatif de cette maladie sur notre pays.

Fait à Lomé, le 05 janvier 2022

Le Conseil des Ministres

 




Togo : La TVT va se doter d’une nouvelle identité visuelle

La Télévision nationale togolaise (TVT) va bientôt disposer d’un nouveau logo. Le concours pour la refonte du logo de la TVT a été lancé en effet par ministère de la communication et des médias.

Selon le gouvernement, l’enjeu est de « traduire graphiquement la nouvelle dynamique enclenchée dans la production et la diffusion des programmes de la chaîne avec en toile de fond le processus de transformation des médias publics ».

« Le nouveau logo sera au style graphique plus contemporain, à la fois simple et élégant, mémorable et en phase avec son audience », précise une note du gouvernement

Le nouveau logo sera accompagné d’une déclinaison de la charte graphique, permettra à son concepteur d’empocher la somme de deux (02) millions de FCFA.

Le concours s’adresse exclusivement à toute personne morale légalement constituée. La date limite pour envoyer sa candidature est fixée au 07 février 2022 à 09h00.

L’actuel logo de la Télévision Togolaise inchangé depuis 1990, ne correspond plus aux ambitions de la chaîne, selon le gouvernement.

David S.




Togo : Le numéro vert 8585 pour dénoncer les pratiques anormales de commerce

Au Togo, un numéro vert 8585 est mis en service au ministère du commerce, de l’industrie et de la consommation locale afin de signaler et dénoncer toutes pratiques anormales de commerce qui pourraient échapper aux inspecteurs ou contrôleurs de commerce.

Selon le gouvernement, la mise en place de ce dispositif fait suite au constat de certaines anomalies non conformes à la législation en vigueur dans le pays.

Dorénavant, pour signaler des pratiques anormales du marché notamment la spéculation sur les prix, la vente de produits périmés ou avariés, la population peut composer gratuitement le 8585 opérationnel 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.

Tous les acteurs à savoir les commerçants, les consommateurs et toute la population sont exhortés à émettre des appels exclusivement à des fins utiles.

La Rédaction




Togo : La DMK veut en finir avec la lutte pour l’alternance politique en 2022

La Dynamique Monseigneur Kpodzro (DMK) ne compte pas abandonner sa lutte en faveur de l’alternance politique au Togo.

Le regroupement de partis de l’opposition et d’organisations de la société civile ayant soutenu la candidature d’Agbeyomé Kodjo à la présidentielle du 22 février 2020 lance un nouvel appel à toutes les composantes de la population pour conclure en 2022, le combat pour l’alternance entamé il y a plus de 30 ans.

Dans son message de vœux  à l’orée de cette nouvelle année 2022, la DMK à travers sa coordinatrice générale Mme Brigitte Kafui Adjamagbo Johnson, a estimé que « personne ne viendra libérer le Togo à la place des Togolaises et Togolais ».

« Chaque Togolaise, chaque Togolais, qui qu’il soit, où qu’il soit, doit savoir que la lutte pour un Togo où les libertés fondamentales soient garanties pour tous, n’est pas l’apanage des politiciens. L’engagement et la contribution de tous les fils et filles de la Nation demeurent fondamental », a fait savoir Mme Brigitte Kafui Adjamagbo Johnson.

« La DMK reste convaincue qu’aucun parti politique ne pourra efficacement, à lui tout seul, mener à bout cette lutte qui n’a que trop duré (…) ; C’est pourquoi la DMK convie les Togolaises et Togolais, quels que soient leurs bords politiques, ethniques ou religieux, à une synergie d’actions pour conclure ce combat engagé il y a plus de trente ans », a-t-elle indiqué, lançant un « appel solennel » aux hommes de foi et aux leaders religieux de s’investir davantage pour « trouver une issue heureuse à la longue et grave crise que notre pays a du mal à juguler depuis 1991 ».

La coordinatrice générale de la DMK est par ailleurs revenue sur les divisions qui minent l’opposition togolaise, lesquelles divisions ont, dit-elle, « porté une grave atteinte au combat pour la démocratie et éloigné un peu plus la possibilité de l’alternance ».

La Rédaction




Togo : La journée du lundi 3 janvier 2022 fériée, chômée et payée

Au Togo, la journée de ce lundi 3 janvier 2022 est déclarée fériée, chômée et payée sur toute l’étendue du territoire national.

La décision est contenue dans un communiqué en date du 02 janvier signé du ministre de la fonction publique, du travail et du dialogue social Gilbert Bawara.

Selon le gouvernement, cette « mesure exceptionnelle » vise à permettre à la population, particulièrement à l’ensemble des travailleurs, de bénéficier d’un temps de repos et de reprendre le service et les activités dans un nouvel élan d’engagement et de vitalité.

Le gouvernement a par ailleurs saisi cette occasion pour inviter la population à plus de responsabilité et de vigilance notamment par le respect des mesures barrières contre la Covid-19.

La Rédaction




Togo : Les journalistes Ferdinand Ayité et Joël Egah libérés

Les journalistes Ferdinand Ayité (directeur de publication du bihebdomadaire l’Alternative) et Joël Egah (directeur de publication de l’hebdomadaire Fraternité) sont provisoirement libérés et placés sous contrôle judiciaire, a-t-on appris ce vendredi 31 décembre en début de soirée.

Ces journalistes étaient écroués depuis vendredi 24 décembre dernier à la prison civile de Lomé. Ils sont poursuivis pour outrage à l’autorité et propagation de propos mensongers sur les réseaux sociaux notamment lors de l’émission débat « L’Autre Journal » sur la web Tv du journal L’Alternative diffusée sur youtube.

« Je reste toujours confiant que mes clients seront libérés parce que les arguments et les moyens que nous avons toujours mis en avant depuis le début de la procédure sont des arguments de droit, des arguments qui ont une assise juridique bien précise contrairement à ce que nous voyons au niveau du parquet qui s’est précipité pour se jeter à l’eau », avait indiqué il y a quelques jours leur avocat Me Elom Kpade au micro de nos confrères de la RFI. « Nous sommes fermes, nous sommes sereins. Nous attendons que le dossier soit rapidement programmé pour l’audience, ce qu’il nous permettra d’y aller et de dire toutes les vérités », avait-il fait savoir.

Il faut souligner que l’arrestation de ces Hommes dé médias a suscité une vague de réactions notamment de la part des organisations de presse, de la société civile et de certains leaders religieux tous demandant leur libération.

La Rédaction




Atakpamé : Les groupes d’artistes « AB-vies », « Zogbéadji » et Francisse Bafè satisfaits de la mise en œuvre de leurs projets culturels financés par le FAC

Les mois de septembre et octobre derniers, sur le financement du Fonds d’Aide à la Culture (FAC), trois projets portant sensibilisation des populations de l’Ogou sur la lutte contre le covid-19 et le retour aux anciennes méthodes de musique traditionnelle ont vu le jour. Il s’est agi des projets « la musique pour repousser le Covid-19 et se mettre plutôt au service de la paix et la cohésion sociale », « le théâtre à l’antenne » et « l’atelier de formation, de fabrication et de pratique des instruments de musique traditionnelle du Togo ».

Après près de deux mois d’accompagnement des artistes locaux impliqués dans la promotion de la paix et de culture, les initiateurs desdits projets respectivement l’artiste chanteuse Bakpo Fekpawè alias Francisse Bafè et les associations artistiques et culturelles « les ambassadeurs de vies (AB-vies) » et « Zogbéadji » basés à Atakpamé clôturent leurs activités ce 31 décembre sur une note de satisfaction.

Mais avant d’en arriver là, le groupe d’artistes a pensé à une soirée culturelle de clôture de ses travaux pour faire le point des avancées, des leçons apprises et recenser les problèmes qui subsistent afin de réfléchir aux solutions à court, moyen et long termes. Cette soirée a eu lieu ce 30 décembre au centre artistique et culturel des AB-vies et a réuni les membres desdites associations et des professionnels des médias.

Déjà à l’ouverture de la soirée, des voix se sont succédées pour expliquer et saluer les acquis des différents projets du groupe d’artistes.

L’artiste Bafè s’est réjoui des séances de sensibilisation qu’elle a animées à l’endroit des femmes commerçantes dans les marchés de la place contre la pandémie à Corona virus, à travers des chansons tradi-moderne et de l’art scénique.

Du côté des AB-vies, il y a eu un atelier de formation et de création théâtrale y compris l’enregistrement et le montage des sketchs avec des émissions radiophoniques, une œuvre de ladite association qui selon son coordonnateur M. Hounzangli Séna Komlanvi, continuera par sensibiliser sa population même si le projet fini.

Pour le directeur artistique de l’association « Zogbéadji », M. Akpemado Outcha, son projet a consisté à former quinze artistes à la réalisation des instruments de musique partant des dessins aux planches jusqu’aux travaux finis et à leurs utilisations. Ceci pour donner un avant goût aux amoureux de cet art et  contribuer selon lui à la sauvegarde du patrimoine culturel en voies de disparition dans nos contrées. Il a également souligné l’importance de professionnaliser son organisation afin de la pérenniser.

La soirée a été marquée par une prestation musicale des sketchs et d’humour, des concours de danse et de meilleurs mangeurs de spaghetti.

Ils ont chacun remercié le FAC pour ses subventions aux filières de création, de promotion et de la diffusion culturelle, un soutien qu’ils ont jugé considérable à tous les créateurs et promoteurs qui travaillent à concrétiser leurs projets culturels.

Rappelons que le FAC contribue entre autres à renforcer les capacités des acteurs culturels nationaux, à favoriser l’émergence d’un secteur culturel dynamique capable de s’imposer sur les marchés culturels régionaux voire internationaux. Il pourra en outre propulser les industries culturelles afin qu’elles créent des emplois et participent à la réduction de la pauvreté.

Depuis Atakpamé, Evrard Nomanyo