Damien Mama : « (…) Le leadership de Mme Yawa Djigbodi Tsègan est très visible »

En fin de mission au Togo, le coordonnateur du système des Nations-Unies dans le pays, Damien Mama est allé faire ce mardi 14 septembre ses adieux à la Présidente de l’Assemblée nationale, Yawa Djigbodi Tsègan au siège de la Représentation nationale à Lomé.

Damien Mama a saisi l’occasion pour faire le point de ses quatre années au service des Nations-Unies au Togo.

« Je suis dans la quatrième année de ma mission ici au Togo et le Secrétaire général des Nations-Unies m’a demandé de le servir dans un autre pays notamment le Burundi et donc je suis à la fin de ma mission ici (…) ; Sur les trois dernières années, nous avons beaucoup travaillé avec l’Assemblée nationale sur plusieurs sujets surtout en matière de plaidoyer sur la budgétisation sociale et aussi sur les questions des droits de l’homme et des femmes », a déclaré Damien Mama au sortir de l’audience.

Pour le fonctionnaire des Nations Unies, le parlement togolais a innové par l’élection d’une dame à sa tête et le leadership de Madame la Présidente (Yawa Djigbodi Tsègan, ndlr) est très visible.

Damien Mama et Mme Yawa Djigbodi Tsègan

« J’ai profité pour lui présenter toutes mes félicitations pour ce rôle de leadership. C’était également l’occasion pour exprimer notre admiration pour le rôle que joue le parlement dans le processus de développement. Au niveau des Nations-Unies nous nous réjouissons que l’Assemblée nationale ait voté une loi sur les cantines scolaires, une loi sur la couverture santé universelle, une loi sur la protection des côtes et une loi sur le renforcement et la restructuration de la CNDH. Le Togo est un pays dans lequel je me sens profondément intégré », a-t-il ajouté, estimant que l’une des caractéristiques du Togo c’est l’ouverture des Togolais.

« Ici le dialogue avec le gouvernement, les parlementaires, la société civile, les médias, les jeunes, les femmes est très facile. C’est une particularité de ce pays », a fait savoir Damien Mama.

David S.




Togo : Prorogation de l’état d’urgence sanitaire et du délai d’habilitation du gouvernement pour 12 mois

Au Togo, l’état d’urgence sanitaire et le délai d’habilitation du gouvernement ont été prorogés pour une durée de 12 mois à compter de ce 16 septembre, suite à une autorisation de l’Assemblée nationale réunie mardi au siège de l’hémicycle à Lomé.

Les deux projets de loi proposés par l’Exécutif ont été en effet adoptés à l’unanimité par les élus du peuple au cours de la deuxième séance plénière de la deuxième session ordinaire de l’année 2021, une session dirigée par la présidente de l’Assemblée nationale, Mme Yawa Djigbodi Tsègan, en présence du Premier ministre Mme Victoire Tomegah-Dogbé.

Dans le contexte actuel marqué par une flambée des cas de  covid-19, il s’agit à travers ces nouvelles prorogations de permettre au gouvernement de continuer par prendre des mesures exceptionnelles en faveur du bien-être de la population, à travers le maintien d’une vigilance accrue.

Ce mécanisme vise en outre à donner la possibilité au gouvernement de disposer de moyens juridiques lui permettant d’intervenir dans le domaine de la loi afin d’adapter la riposte suivant l’évolution de la maladie.

En effet, en dépit de l’arsenal des mesures mies en œuvre par les autorités afin de lutter efficacement contre la pandémie de la Covid-19, la situation demeure inquiétante avec la flambée des cas de contamination, de décès et l’avènement du variant « Delta » plus contagieux, selon les données du Conseil scientifique.

La flambée des cas de Covid-19 amorcée en juillet s’est en effet confirmée au cours du mois d’août avec au total 5463 cas conformés sur 56.770 tests effectués soit un taux de positivité de 9,6 %. Le variant delta plus dangereux est également présent dans le pays car présent chez 75 % des 156 prélèvements testés.

« Cette situation préoccupante mérite une vigilance plus accrue et la prise des mesures fortes visant à renverser la tendance de la courbe. Pour ce faire, il faudrait que le gouvernement puisse disposer de moyens juridiques lui permettant d’agir avec promptitude face à l’évolution de la maladie », a expliqué Mme Victoire Tomégah-Dogbé qui a exprimé la nécessité de démontrer un sursaut patriotique face au mal, car dit-elle, « il en va de la survie collective ».

Mme Victoire Tomégah-Dogbé

« Il est important que tous nos compatriotes fassent une adhésion massive à la campagne de vaccination enclenchée », a-t-elle souhaité.

La présidente de l’Assemblée a pour sa part expliqué qu’il s’agit pour la représentation nationale à travers l’adoption de ces textes, de donner au gouvernement les moyens juridiques tels que requis par la Constitution en vue d’organiser avec efficience la riposte à la crise sanitaire actuelle.

Mme Yawa Tsègan a en outre salué les efforts déployés par le gouvernement et le chef de l’Etat Faure Gnassingbé pour protéger les populations contre les risques de contamination et maintenir la croissance économique du pays. Elle a pour finir invité les Togolais à un sens de responsabilité à travers le respect scrupuleux des mesures barrières édictées par les autorités sanitaires, et une adhésion massive à la campagne de vaccination en cours dans le pays.

David S.




« Répondre le plus rapidement possible aux aspirations des diasporas africaines »

Le ministre des affaires étrangères, de l’intégration régionale et des Togolais de l’extérieur Prof. Robert DUSSEY a présidé lundi, deuxième réunion virtuelle du Haut Comité de la « Décennie des racines africaines et de la diaspora africaine ».

Les travaux ont permis aux membres du Haut Comité de discuter des principaux axes de travail, des projets à inscrire à l’agenda et des mécanismes de financement des différentes initiatives et activités de la « Décennie des racines africaines et de la diaspora africaine.

Le patron de la diplomatie togolaise a exhorté les membres du Haut Comité à la célérité dans la mise en œuvre de la décision de la conférence des chefs d’Etat et de Gouvernement relative à l’Agenda 2021-2031 de la « décennie des racines africaines et de la diaspora africaine ».

Selon le Prof. Robert DUSSEY, l’enjeu est d’ « aller vite afin de répondre le plus rapidement possible aux aspirations des diasporas africaines et d’optimiser leurs contributions aussi bien au développement des pays pris individuellement qu’à la réalisation des objectifs de l’Agenda 2063 de l’Union africaine ».

Les participants ont convenu des actions à mener à court et moyen terme afin de rendre le processus beaucoup plus inclusif notamment par l’implication des communautés afro descendantes des Amériques, du Pacifique, des Antilles et des Caraïbes ainsi que des acteurs non étatiques.

Ils ont en outre salué l’annonce par le Ministre des affaires étrangères du Royaume du Maroc de la décision de son gouvernement de soutenir les activités de la décennie par une enveloppe de 200.000 US dollars.

Il a été demandé à la Commission de l’Union africaine, dans la perspective de la prochaine rencontre, de préparer une note conceptuelle reprenant les projets et initiatives en cours sur le continent ainsi que la liste des organisations les plus représentatives de la diaspora africaine et des communautés afrodescendantes.

Après avoir félicité le Togo pour l’organisation de cette importante réunion, les participants ont réaffirmé leur engagement et leur disponibilité à accompagner le Togo et la Commission de l’Union africaine dans la mise en œuvre de l’Agenda de la Décennie.

La rencontre a connu la participation de l’Afrique du Sud,  l’Algérie, l’Angola, la Gambie, le Ghana, le Maroc, la Namibie, la Tanzanie, la Tunisie, le Togo de même que la Commission de l’Union africaine représentée par la Vice-Présidente.

La Rédaction




Les États-Unis offrent un lot de 117.000 doses du vaccin Pfizer au Togo

Dans le cadre de sa campagne de vaccination contre la Covid-19, le Togo bénéficie de l’accompagnement des USA qui viennent d’offrir au pays, un nouveau lot de 117.000 doses du vaccin Pfizer dans le cadre de l’initiative Covax.

Ce don réceptionné ce dimanche 12 septembre porte en effet à 305.370, le nombre de doses de vaccins Covid-19 octroyés au Togo par le gouvernement des Etats-Unis dans le cadre de la facilité Covax.

« Ce deuxième don de vaccins fait partie de l’effort global de l’administration Biden-Harris pour lutter contre la pandémie de Covid-19. Il s’inscrit dans la continuité de notre soutien au peuple togolais, afin qu’il puisse renouer avec une situation normale et se concentrer sur la relance économique », indique l’ambassade des USA au Togo.

L’ambassadeur Eric Stromayer a invité les togolais à prendre davantage conscience de l’importance de vaccination et aller se faire vacciner pour lutter contre la pandémie.

« Prendre la décision éclairée de se faire vacciner contre le COVID-19 est la première étape pour contribuer à rendre le monde plus sûr, car aucun d’entre nous n’est en sécurité tant que nous ne le sommes pas tous », a-t-il souligné à l’occasion de la cérémonie de remise effectuée en présence des autorités sanitaires du pays.

A la date  du 13 septembre 2021, le Togo est à 23718 cas confirmés de Covid-19 dont 4874 cas actifs, 18639 personnes guéries et 205 décès.

La Rédaction




Coupes africaines : Défaite pour ASKO, victoire pour l’ASCK

Les deux clubs togolais de football ont effectué dimanche, leurs entrées en coupes africaines pour le compte de la saison 2021-2022.

En déplacement à Monrovia au Libéria pour le compte du tour préliminaire de la ligue des champions, le champion en titre du Togo, ASKO de Kara a été lourdement battu trois buts à zéro (3-0) par la formation du LPRC Oilers du Libéria.

De son côté en coupe de la CAF, l’ASCK a plutôt réalisé à domicile à Lomé, une belle opération en dominant l’Asac Concorde de la Mauritanie 3-0 dans le cadre du match aller des tours préliminaires de la compétition.

L’Association sportive des conducteurs de la Kozah, (le vice champion du Togo) prend ainsi une longueur d’avance pour la qualification au second tour. Pour sa part, ASKO de Kara devra batailler dur pour se donner une chance de qualification pour la suite de la compétition.

Les rencontres du match retour se jouent le week-end prochain.

Cris DADA




Togo : Nouvelle fermeture des lieux de culte pour cause de la Covid-19

Le gouvernement togolais décide de renforcer les mesures restrictives au regard de la flambée de la pandémie à la Covid 19 dans le pays.

Au rang des mesures prises après consultation du conseil scientifique et des différents acteurs, la fermeture à nouveau des lieux de culte pour une durée d’un (1) mois à compter de ce 10 septembre 2021.

Il en est de même pour toutes les célébrations de mariages civils, religieux et traditionnels.

Les grands bars, les discothèques et boîtes de nuit sont également fermés.

Toutes les manifestations culturelles, sportives et politiques de même que les ateliers et les réunions physiques sont également interdits pour une durée d’un (1) mois.

« Les administrations sont invitées à privilégier les réunions virtuelles, le cas échéant, assujettir l’accès à la présentation d’une preuve de vaccination », indiqué un communiqué du gouvernement.

Par ailleurs, l’accès aux bâtiments administratifs est conditionné par la présentation d’une preuve de vaccination.

Les responsables de chaque secteur (transport ; artisanat ; commerçant et commerçantes des marchés) sont invités à poursuivre la concertation afin de faire respecter les mesures et, le cas échéant, définir ensemble les solutions les plus adaptées pour garantir une application stricte.

La population est également encouragée à se faire massivement vacciner, à respecter les mesures barrières et à rester vigilante.

Pour le gouvernement, « seul ce sursaut individuel et collectif nous permettra de reprendre progressivement une vie active normale ».

« La liberté collective dépend de la responsabilité individuelle de chacun. Un ajustement des mesures sera fait selon l’impact du respect des mesures sur la courbe ascendante de la pandémie », fait savoir l’Exécutif.

A la date du 09 septembre 2021, le Togo est à 23.264 cas confirmés de Covid dont 4.820 cas actifs, 18.241 personnes guéries et 203 décès.

La Rédaction




Togo : La rentrée académique fixée au 27 septembre 2021

Au Togo, la rentrée académique pour le compte de l’année 2021-2022 est fixée au 27 septembre, toujours dans un contexte marqué par la pandémie de la Covid-19.

En prélude à cette date, il y aura une rentrée pédagogique prévue le 20 septembre.

Les préparatifs de cette prochaine rentrée scolaire ont fait l’objet d’une communication jeudi en conseil des ministres, présentée par le ministre des enseignements primaire, secondaire, technique et de l’artisanat, Prof Dodzi Komlan Kokoroko.

Selon le gouvernement, la plupart des dispositions prises l’année dernière face à la crise sanitaire seront reconduites et renforcées.

Il s’agit entre autres du double flux, la mise à disposition de lave mains dans les établissements, la construction de salles de classes, l’octroi de la prime de gratification aux enseignants fonctionnaires. Le but est de s’assurer d’un bon déroulement de la rentrée scolaire.

La Rédaction




Mme Yawa Tsègan, modératrice d’un panel de haut niveau à la 5ème conférence des Présidents de parlement

En séjour à Vienne en Autriche dans le cadre de la 5ème conférence des Présidents de parlements, la présidente de l’Assemblée nationale togolaise Mme Yawa Djigbodi Tsègan a modéré un panel de haut niveau portant sur le thème « l’ouverture, la transparence et l’accessibilité des parlements face au défi sécuritaire : comment trouver le bon équilibre ? ».

Près de 100 présidents de 115 parlements nationaux et personnalités de plus d’une douzaine d’organisations parlementaires régionales ont en effet honoré de leur présence dans la capitale autrichienne pour un sujet d’actualité relatif à la promotion du leadership parlementaire pour un multilatéralisme plus efficace qui assure la paix et le développement durable.

Cette 5ème conférence des présidents de parlement tenue du 7 au 8 septembre intervient dans un contexte particulier marqué par la crise sanitaire. Elle a permis de débattre des différents aspects de la question et proposer des pistes de solutions pour relever les nombreux défis qui se posent aux institutions parlementaires à travers le monde.

Selon ce que rapporte une note de l’Assemblée nationale, les débats du panel modéré par Mme Yawa Tsègan ont été riches et diversifiés avec des approches de solutions innovantes en lien avec la crise sanitaire liée à la Covid-19.

Lire aussi : Mme Yawa Tsègan à Vienne en Autriche pour 02 rendez-vous mondiaux des Présidents de parlement

Les panélistes et les différents intervenants ont tour à tour apporté leurs contributions au sujet à partir des stratégies mises en œuvre dans leurs pays respectifs pour être plus proches des populations et protéger les parlements de menaces de tout genre.

Divers aspects ont été évoqués notamment l’accès des populations à l’information et à l’institution parlementaire, une liberté qui devra respecter certains principes avec la prise en compte de l’environnement numérique changeant marqué par la cybercriminalité. Sur le sujet, il est envisagé que des dispositions urgentes soient prises également afin de garantir la sécurité et la sureté du parlement et des députés.

Les conséquences néfastes de la désinformation sur la pandémie actuelle et les réseaux sociaux ont été également abordées au cours des débats qui ont permis d’explorer des approches de solutions notamment le renforcement des législations et le recours à une éducation digitale.

La Présidente de l’Assemblée Nationale a d’abord transmis un message de salutation du chef de l’Etat Faure Gnassingbé à assemblée, avant de relever les efforts des parlements et les parlementaires à être aussi accessibles que possible afin de dialoguer avec les électeurs malgré le difficile contexte de la Covid-19.

« Sur cet aspect, nous avons entendu à quel point les parlements ont dû, et pu, s’adapter aux circonstances imposées par la situation sanitaire. De fait, beaucoup d’entre eux ont modifié leurs règlements pour permettre que le travail parlementaire se fasse de manière hybride. Au final, il est possible de dire que la pandémie a donné un coup d’accélérateur à nos institutions parlementaires en leur permettant de devenir de plus en plus digitales », a-t-elle indiqué.

Au demeurant, c’est le Togo qui a été honoré au cours de cette conférence des Présidents de parlement, au-delà de la personne de Mme Yawa Djigbodi Tsègan.

David S.




Togo : Compte rendu du conseil des ministres du 09 septembre 2021

Plusieurs sujets étaient au menu du conseil des ministres de ce jeudi 09 septembre 2021 présidé par le chef de l’Etat Faure Gnassingbé.

Il s’agit notamment de l’examen de cinq avant-projets de loi relatifs à l’institutionnalisation de l’Assurance maladie universelle, aux marchés publics, au code électoral, à la décentralisation, aux libertés locales ainsi que les conditions d’exercice de la liberté de réunion et de manifestation pacifiques publiques au Togo.

Le Conseil a en outre écouté trois communications portant sur la gestion de la redevance de régulation des marchés publics, les préparatifs de la rentrée scolaire 2021-2022 et la situation de la pandémie à la Covid-19 dans notre pays.

Nous vous proposons l’intégralité du communiqué issu du  Conseil :

« Le conseil des ministres s’est réuni ce jeudi 09 septembre 2021 sous la présidence de Son Excellence Monsieur Faure Essozimna Gnassingbé, Président de la République.

Le conseil a examiné cinq (05) avant-projets de loi et écouté trois (03) communications.

Au titre des avant-projets de loi,

Le conseil a poursuivi l’examen et adopté l’avant-projet de loi instituant l’Assurance maladie universelle au Togo.

Cet avant-projet de loi qui s’inscrit dans l’axe 1 de la feuille de route gouvernementale qui vise à renforcer l’inclusion et l’harmonie sociales est une innovation majeure en matière de protection sociale dans notre pays. Il permettra de garantir l’accès de toutes les couches de la population à des soins de santé de qualité, à travers un mécanisme de mutualisation des risques et de la solidarité dans le financement.

L’AMU permet à travers un système global, cohérent et intégré de réduire la charge des dépenses de soins de santé notamment pour les populations les plus vulnérables et favorise l’inclusion sociale qui est une priorité de la feuille de route gouvernementale.

Le conseil a examiné en première lecture l’avant-projet de loi relatif aux marchés publics.

L’étude du texte qui vise à réformer le cadre des marchés publics au Togo en vue de le rendre encore plus optimal, sera poursuivie lors d’une prochaine session du conseil des ministres.

Faisant suite au compte rendu des travaux de la concertation nationale des acteurs politiques présenté le 24 juillet 2021, le conseil a adopté trois avant-projets de loi relatifs aux modifications :

  1. a) de la loi portant code électoral
  2. b) de la loi relative à la décentralisation et aux libertés locales,
  3. c) de la loi fixant les conditions d’exercice de la liberté de réunion et de manifestation pacifiques publiques.

Ces modifications qui traduisent les évolutions majeures du cadre électoral et territorial viennent confirmer l’esprit de dialogue et d’ouverture qui a présidé aux travaux de la CNAP. Elles ouvrent également la voie à l’organisation des élections régionales dans notre pays.

Au titre des communications,

Le conseil a écouté une première communication relative à la gestion de la redevance de régulation des marchés publics au Togo ; présentée par le ministre de l’économie et des finances.

La présente communication a pour objet de rendre compte, au conseil, des mesures prises pour une meilleure gestion de la redevance de régulation des marchés publics, afin d’améliorer l’efficacité du système de passation des marchés publics au Togo.

Les nouvelles mesures proposées permettront de renforcer le fonctionnement de la chaîne de passation des marchés publics et d’accroître les moyens mis à la disposition des acteurs pour mener à bien leurs missions.

Le conseil a écouté une deuxième communication sur les préparatifs de la rentrée scolaire 2021-2022 ; présentée par le ministre des enseignements primaire, secondaire, technique et de l’artisanat.

Cette communication vise à faire le point sur l’ensemble des mesures prises pour préparer la rentrée scolaire 2021 – 2022.

Tirant les leçons de la rentrée 2020 – 2021 et dans un contexte toujours marqué par la pandémie au coronavirus, la plupart des dispositions prises seront reconduites et renforcées (double flux ; mise à disposition de lave mains ; constructions de salles de classes ; octroi de la prime de gratification aux enseignants fonctionnaires…) afin de s’assurer d’un bon déroulement de la rentrée scolaire.

Elle devrait se dérouler en deux phases : une rentrée pédagogique le 20 septembre et une rentrée académique, le 27 septembre.

Le conseil a ensuite écouté une communication portant sur la situation de la pandémie à la Covid-19 au Togo ; présentée par le ministre de la santé, de l’hygiène publique et de l’accès universel aux soins.

La situation épidémiologique est alarmante et ne cesse de se dégrader ceci en raison de la présence majoritaire du variant delta dans notre pays. De plus, si le Grand Lomé reste l’épicentre de la pandémie, celle-ci n’épargne aucun district, avec des foyers présents dans des régions sanitaires de notre pays.

Ainsi, on dénombre 15 morts supplémentaires au cours de la première semaine de septembre. La plupart des victimes sont des personnes non vaccinées.

Face à cette situation, le Gouvernement invite chacun à se ressaisir et à faire preuve de responsabilité en respectant strictement les mesures édictées et en adhérant massivement à la campagne de vaccination en cours.

Il rappelle que les personnes qui ne respecteront pas les mesures sont passibles de sanctions prévues par les textes en vigueur. A cet égard, le Gouvernement demande aux forces de sécurité de faire preuve de pédagogie ; de rigueur dans l’application stricte des mesures existantes.

Chaque togolais doit prendre conscience de la gravité de la situation et des sacrifices qu’elle exige. Pour sa part, le gouvernement a instruit pour que des échanges se poursuivent avec les différentes catégories socio professionnelles afin de trouver les solutions idoines pour chaque secteur d’activité.

Des mesures spécifiques feront l’objet d’annonces.

Au titre des divers,

Le ministre de la fonction publique, du travail et du dialogue social a rendu compte au conseil, de la tenue d’une session spéciale du Conseil National du Dialogue Social (CNDS) convoqué à l’initiative du gouvernement.

Cette session, qui s’est tenue le 07 septembre, dans une ambiance apaisée, a permis aux différents acteurs sociaux d’échanger sur la situation socio-économique et de partager les annonces du gouvernement quant à l’amélioration des conditions de travail des fonctionnaires.

Le conseil a pris acte et a félicité les participants au Conseil National du Dialogue Social (CNDS), en particulier les partenaires sociaux pour leur sens de la responsabilité

Suite à ce compte rendu, le conseil a salué la politique de dialogue et d’ouverture du Chef de l’Etat qui a permis la prise en compte des conclusions de la Concertation Nationale des Acteurs Politiques et la tenue de la session spéciale du cadre de concertation du dialogue social.

Fait à Lomé, le 09 septembre 2021

Le Conseil des Ministres




Alphabétisation : La 55ème édition de la JIA commémorée à Atakpamé

« L’Alphabétisation pour une reprise axée sur l’humain : réduire la fracture numérique » : C’est le thème au centre d’un atelier de réflexion organisé mercredi 8 septembre à la direction régionale de l’action sociale, de la promotion de la  femme et de l’alphabétisation des plateaux à Atakpamé.

Il a été initié par l’équipe de la direction régionale en charge de l’alphabétisation et de l’éducation non formelle (AENF, région des plateaux) pour contribuer à l’amélioration de la qualité des programmes d’alphabétisation afin de les rendre plus résilients et à même de répondre aux nouveaux défis où le numérique est constamment utilisé dans tous les secteurs.

Instaurée en 1965 par l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture (UNESCO) pour élever la conscience de tous sur le fléau que représente l’analphabétisme au sein de des communautés et faire face aux enjeux de la mondialisation , la Journée Internationale de l’alphabétisation (JIA) est célébrée chaque 8 septembre.

Pour faire de cette journée une réalité au Togo, les manifestations marquant l’édition 2021 s’inscrivent dans les efforts de riposte à la crise sanitaire en cours qui conduit à faire appel à des solutions innovantes d’enseignement à distance, dans le but d’assurer la continuité de l’éducation.

L’objectif n’est pas seulement de sensibiliser les communautés sur les méfaits de l’analphabétisme qui constitue un frein du développement aussi bien dans les domaines social, sanitaire, économique, culturel, civique que psychologique mais aussi de mobiliser tous les acteurs du sous-secteur autour des possibilités et des avantages qu’offre une alphabétisation numérique et à distance.

Le directeur régional de l’action sociale des plateaux, M. Dodji Kokouvi Ahe a expliqué à l’assistance  l’origine de cette journée, ses objectifs et l’importance de cette célébration dans l’amélioration des programmes d’alphabétisation technologiquement assistée.

A cet effet, des opérateurs en alphabétisation et éducation non formelle ainsi que des autres acteurs ont dégagé des pistes et stratégies idoines pour l’atteinte des objectifs fixés par le Togo pour cette journée.

Les travaux ont été ouverts par le directeur régional de l’éducation des plateaux M. Dosse Yawo,  représentant le préfet de l’Ogou.

Depuis Atakpamé, Evrard Nomanyo