1

Décès de Kofi Annan en Suisse à la suite d’une courte maladie

Kofi Annan

L’information est donnée par la Fondation Annan dans un communiqué publié sur Twitter. L’ancien secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies (ONU), Kofi Annan est décédé ce samedi 18 août dans un hôpital de Berne en Suisse à l’âge de 80 ans.

« C’est avec une immense tristesse que la famille Annan et la Fondation Kofi Annan annoncent que Kofi Annan, ancien secrétaire général des Nations unies et lauréat du Nobel de la paix, est décédé paisiblement samedi 18 août après une courte maladie », a indiqué la fondation dans le communiqué rendu public.

Né le 8 avril 1938 à Kumasi au Ghana, Kofi Annan fut le secrétaire général des Nations unies entre 1997 et 2006. En 2001, il avait reçu le prix Nobel de la paix conjointement avec l’ONU pour leur travail en faveur d’un monde mieux organisé et plus pacifique.

Juste après l’annonce du décès, l’actuel secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres a salué  son prédécesseur comme « une force qui guidait vers le bien ».

Des hommages commencent déjà par affluer en la mémoire de l’illustre disparu. C’est une vraie perte pour l’Afrique et pour la communauté internationale. Kofi Annan était en effet un grand homme, un leader et un visionnaire.

David




Le nouveau siège de l’Assemblée nationale inauguré par Faure Gnassingbé

Une vue de l’entrée du nouveau siège de l’Assemblée nationale

Les députés togolais disposent d’un nouveau siège, fruit de la coopération sino-togolaise. Le bâtiment flambant neuf a été inauguré ce jeudi par le Chef de l’Etat Faure Gnassingbé en présence de l’Ambassadeur de Chine au Togo, Liu Yuxi.

C’est désormais dans cet édifice qui se dresse sur une superficie de plus de 10 hectares, majoritairement financé par la République Populaire de Chine, que les élus du peuple togolais siègeront pour voter les lois et contrôler l’action gouvernementale.

Le joyau dénommé « Temple de la démocratie », est situé au nord de Lomé non loin du Palais de la Présidence. Il est composé entre autres, d’une salle de près de 267 places pour les séances en plénière, de  salles connexes pour les réunions,  des bureaux du Président et des vice-présidents, des questeurs et du personnel, ainsi que des salles de conférence.

L’ambassadeur Liu Yuxi a souligné que le nouveau siège des députés vient s’ajouter à plusieurs œuvres de la Chine au Togo, et témoigne les bonnes relations d’amitié et de coopération entre le Togo et la République populaire de Chine.

« La Chine est dans la dynamique des nouveaux cadres de partenariat avec l’Afrique en général et le Togo en particulier. Nous continuerons à travailler ensemble pour renforcer davantage la coopération dans les domaines de l’industrialisation, la modernisation de l’agriculture, la construction d’infrastructure, les échanges commerciaux, la formation de personnel, la paix et la sécurité et la création des emplois », a-t-il ajouté.

Pour le Ministre Ninsao Gnofam en charge des infrastructures, le nouveau joyau est composé de l’essentiel de compartiments qui peuvent permettre aux élus du peuple de travailler dans de très bonnes conditions. Le Président de l’Assemblée Nationale Dama Dramani a pour sa part exprimé la reconnaissance de son institution au Chef de l’Etat pour son implication personnelle dans l’érection de ce nouveau siège de la représentation nationale.

Quelques 200 ouvriers togolais et chinois ont travaillé jour et nuit depuis juillet 2016 pour la réalisation de l’ouvrage évalué à 16,6 milliards de FCFA avec une contribution de l’Etat togolais à hauteur de 5,2 milliards de FCFA.

Cris DADA




Une séance de sensibilisation pour marquer la journée Mondiale des Océans au Togo

Photo de famille

Instituée par la communauté internationale, la journée mondiale des Océans qui est célébrée chaque 08 juin est une opportunité pour rappeler l’importance des Océans et sensibiliser la population sur la conservation et l’exploitation durable des Océans. L’édition 2018 de cet évènement est marquée ce vendredi à Lomé par une séance de sensibilisation organisée par le Haut Conseil pour la Mer (HCM) en présence des membres du gouvernement, des autorités administratives et des diplomates.

Les Océans constituent une richesse aussi bien pour les pays côtiers que pour ceux sans littoral. La gestion durable de l’environnement marin est essentielle pour le maintien de la biodiversité marine, source de nourriture, d’emploi et de revenus pour les populations.

L’objectif de la célébration de cette journée est d’amener la population à adopter des comportements citoyens pour protéger les océans. Vu surtout que le domaine maritime est le poumon de l’économie togolaise, il importe que le Togo participe pleinement à la célébration de cette journée en organisant des activités de sensibilisation des acteurs clés du domaine maritime susceptibles de polluer la mer.

Le thème retenu pour cette année 2018 est intitulé « Rendons propre notre Océan ». Pour le Ministre Conseiller du chef de l’Etat pour la Mer, Stanislas Baba, « ce thème s’insère dans la droite ligne des réformes du domaine maritime initiées par le Chef de l’Etat et se trouve dans l’axe 3 de la Stratégie Nationale pour la Mer et le littoral intitulé “ Protéger durablement l’environnement marin et côtier“, dans le livre VI du nouveau code de la marine marchande relatif à la pollution marine et dans les différents documents en cours d’élaboration ou d’adaptation notamment la loi sur le littoral ».

« Ce thème est un  rappel fait à nous tous dans la mesure où il vient nous interpeler sur la nécessité de coordonner et de redoubler nos efforts et aussi d’intensifier nos actions de lutte contre la pollution marine en amenant la population à changer d’attitudes en adoptant des comportements citoyens afin de protéger nos Océans pour les générations futures », a-t-il ajouté.

Ainsi, pour marquer la célébration la célébration de cette journée, le Haut Conseil pour la Mer a organisé une séance de sensibilisation des acteurs notamment les opérateurs économiques exploitant les engins flottant, les consignataires, les pêcheurs sur les attitudes à adopter pour une bonne gestion des déchets générés par les navires, les embarcations et leur équipage.

De nos jours, les pressions sur les écosystèmes côtiers et marins ne cessent d’augmenter. Avec la croissance démographique mondiale, les littoraux sont de plus en plus peuplés, engendrant une pression insoutenable sur les ressources côtières.

Espoir AMEHOASSI




La presse togolaise endeuillée par le décès du journaliste Junior AMENUNYA

Junior Amenunya (de son vivant)

La triste nouvelle est tombée dans la matinée, créant de vives émotions dans le monde de la presse au Togo. Le journaliste-présentateur Junior Amenunya n’est plus. Il est décédé ce mardi matin à la suite d’une crise cardiaque, laissant derrière lui une femme et des enfants.

L’ensemble de la presse togolaise est en deuil. Les premiers hommages ont été rendus à l’illustre disparu par les confrères journalistes notamment par des communiqués et autres messages sur les réseaux sociaux.

Edem Junior Amenunya avait débuté sa carrière à Radio Peace FM à Kpalimé. Il a été pendant plusieurs années, animateur et journaliste-présentateur sur la télévision TV7, et Directeur de publication du Journal « KUSASA, Lendemain Meilleur », avant de rejoindre la télévision LCF avec son émission phare dénommée « TOC TOC ».

« C’est le choc et une grande perte pour le PPT dont il est le Trésorier Général et l’ensemble de la presse togolaise dont il est un pion remarquable. Junior nous a quittés définitivement et a laissé un grand vide pour le PPT, la presse togolaise, ses enfants, son épouse, tous ses parents et amis. Nous saluons sa mémoire et invitons tous ceux qui l’ont connu et aimé à prier pour le repos de son âme », indique un communiqué du Patronat de la Presse Togolaise (PPT).

Sincères condoléances à la famille éplorée.

La  Rédaction




Fin à Kpalimé du 74ème Synode de l’EEPT : De grandes décisions et recommandations prises

Pasteur Paul Mensah AVINOU lors du culte d’ouverture

La gestion de l’Eglise Evangélique Presbytérienne du Togo (EEPT) est décentralisée et confiée à des organes allant  des conseils paroissiaux au synode en passant par les conférences de districts et régionales. Le synode est l’organe suprême d’analyse et d’orientation de la vie de l’église, l’instance de décision touchant aux intérêts de l’église.

Quelques 90 délégués de l’Eglise Evangélique Presbytérienne du Togo (EEPT) venus de toutes les régions ecclésiastiques du Togo,  en conclave depuis le 8 mai 2018 à Kpalimé (environ 120 km au nord de Lomé) pour le 74ème synode  de leur Eglise, se sont séparé ce dimanche après avoir formulé des recommandations et pris de grandes décisions à l’endroit des fidèles et des instances dirigeantes de l’église.

Placé sous le thème : « Remplis du Saint esprit, vous serez mes témoins » (dont le texte de base est tiré de Actes 1 Verset 8), ce 74ème synode a regroupé des délégués invités et des inspecteurs de l’EEPT de toutes les régions ecclésiastiques  du Togo, des partenaires des Eglises sœurs des pays étrangers, des membres et fidèles de l’EEPT.

Durant cinq jours de travaux, ce synode a permis aux différents délégués de débattre de la vie de l’EEPT, de faire le bilan moral, spirituel, financier et matériel et d’analyser le plan d’activités de l’église au cours de l’année 2017.

Ce rendez-vous a également permis aux délégués de faire un exposé et un débat sur le thème du synode, d’amender et d’adopter le rapport d’activités exercice 2017 du comté synodal, le rapport sur la gestion des ressources matérielles et financières exercice 2017, le rapport d’audit du commissaire au compte ainsi que le budget exercice 2018 votée par le comité synodal.

Au cours de ce synode, neuf (09) grandes décisions ont été prises suites aux différents débats :

  • Le synode a adopté le principe que l’EEPT procède à un recensement général de ses fidèles dans un délai de 3 mois, juste après ce synode.
  • Le synode a donné son accord pour la célébration à partir de cette 2018, d’une semaine de la santé de l’EEPT, qui se tiendra du 8 au 15 juillet
  • L’élection d’un nouveau modérateur de l’EEPT, en la personne du Pasteur Daniel Mawussi AKOTIA pour un mandat de 4 ans (2018-2022)
  • La consécration de sept (07) nouveau pasteur stagiaire au ministère pastoral
  • Le synode est un rendez-vous qui se tient chaque année dans une ville du Togo. Mais à partir de cette année 2018, il se tiendra une fois tous les deux ans.
  • L’examen et l’amélioration du système financier de l’EEPT
  • L’étude de tous les documents de l’Eglise.

« Le synode a pour rôle de faire venir tous les rapports de toutes les régions ecclésiastiques de l’EEPT et les directeurs de l’église. C’est une assise qui tient compte de la vie de l’église dans son ensemble. C’est au cours de ce synode que l’église examine pour voir comment elle a traversé l’année et comment abordé la nouvelle année », a déclaré le Secrétaire synodal de l’EEPT, Kossi BEBEFE.

Ces décisions selon ce dernier,  vont toujours changer beaucoup de choses dans la vie de l’église. « Après avoir passé une année, nous nous rassemblons  pour voir comment nous  avez passé l’année. Nous analysons les problèmes rencontrés au cours de l’année et nous cherchons les éléments de réponses pour continuer à vivre normalement au niveau de l’église », a expliqué M. BEBEFE.

Précisons qu’au cours de ce 74ème synode, Révérend Dr Daniel Mawussi AKOTIA a été élu nouveau modérateur de l’EEPT pour un mandat de 4 ans (2018-2022). Il a obtenu 54 voix contre 41 pour  le Révérend Dr. KAKPO. Daniel Mawussi AKOTIA succède ainsi au Révérend Pasteur Paul Mensah AVINOU (en photo, donnant la bénédiction lors du culte d’ouverture).

De notre correspondant à Kpalimé, Mensah ASSOGBAGUE




Le Ministère de l’environnement formule ses outils de planification et de suivi évaluation pour 2018

Photo de famille des participants à l’atelier

La formulation et la consolidation des outils de planification et de suivi évaluation pour le compte de l’année 2018 du Ministère de l’Environnement et des Ressources Forestières (MERF) fait l’objet d’un atelier qui a ouvert ses portes ce mercredi à Lomé.

Il s’agit d’un cadre d’échange et de concertation entre les points focaux de planification, programmation, budgétisation et suivi évaluation des différentes directions, institutions rattachées, et des projets et programmes du ministère.

L’objectif est de consolider pour ce département ministériel, le Plan de travail et budget annuel (PTBA), le Tableau de bord annuel des indicateurs (TBAI) de même que les différents outils de suivi de l’année pour le ministère.

« Ces différents outil formulés permettront d’éviter les duplications des actions et favoriseront la complémentarité des actions des différentes structures et projets au sein du ministère et par ricochet, obtenir la synergie dans les interventions », a expliqué à l’ouverture des travaux, Sama Boundjou, secrétaire général du Ministère de l’Environnement.

Il a précisé que ces outils constituent également des instruments de mobilisation de ressources internes et externes pour la mise en œuvre des actions de la politique du Gouvernement en matière d’environnement et des ressources forestières.

David




Plusieurs assaillants neutralisés dans l’attaque de Ouagadougou (Burkina Faso)

Des forces de sécurité ce vendredi près de l'institut français à Ouagadougou

L’ambassade de France et l’état-major général des armées de la ville de Ouagadougou, capitale du Burkina Faso, ont été ce vendredi matin, la cible de plusieurs attaques armées.

Le bilan dressé par le gouvernement burkinabè fait état de huit assaillants « neutralisés » dans les affrontements avec les forces de défense et de sécurité. En dehors des assaillants, le bilan officiel indique que 08 membres des forces de sécurité ont été également tués. Les blessés sont évalués à 80 personnes.

D’autres sources notamment sécuritaires évoquent plutôt une trentaine de morts. Aucun ressortissant français n’a été tué dans l’attaque, selon les informations relayées par nos confrères de France 24.

Aux dernières nouvelles, le calme serait revenu et la situation « sous contrôle ». Le parquet de Paris annonce qu’il a ouvert une enquête pour tentative d’assassinats terroriste dans la mesure où l’attaque a visé des ressortissants et des intérêts français.

Tout avait commencé vers 10 heures (heure locale) selon des témoins qui affirment avoir vu cinq hommes armés sortir d’un véhicule et ouvrir le feu sur des passants, avant de se diriger vers l’ambassade de France. D’autres sources évoquent également une explosion près de l’état-major des armées burkinabè.

Cette nouvelle attaque (qui n’est pas encore revendiquée), a semé la panique au sein de la population de la capitale du pays des Hommes intègres qui se rappelle encore des récentes attaques notamment de Capuccino il y a deux ans, et du restaurant Istanbul il y a moins d’un an toujours à Ouagadougou.

Cris DADA




4 morts et 6 blessés dans le crash d’un avion à Abidjan en Côte d’Ivoire

L’avion en question
Quatre personnes ont trouvé la mort ce samedi dans le crash d’un avion ukrainien qui, selon la Radio Télévision Ivoirienne (RTI), a raté son atterrissage à l’aéroport Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan (Côte d’Ivoire).
L’avion avait à son bord, dix personnes. « Dix personnes étaient à bord, des Moldaves et des Français. Les quatre victimes décédées sont de nationalité moldave », a en effet indiqué à la RTI, le colonel Issa Sakho, des sapeurs pompiers. Les blessés ont été acheminés dans le centre médical d’une base militaire à Port Bouet.

Selon les informations, l’avion, un Antonov 26 de la société Pegase Air Drop, était en provenance de Ouagadougou, au Burkina Faso. Il s’est abîmé en bord de plage, alors qu’il tentait un atterrissage forcé vers 8h00 sur l’aéroport d’Abidjan, au moment où un fort orage s’abattait sur la capitale ivoirienne.

Pour le moment, les réelles causes de l’accident sont inconnues. Une enquête serait ouverte pour identifier les origines du crash.

La rédaction




Le Togo gagne le pari de l’élimination des substances les plus nocives à la Couche d’Ozone

André Johnson, ministre de l’environnement et des ressources forestières

Depuis le 25 février 1991, le Togo a signé et ratifié la Convention de Vienne pour la protection de la couche d’ozone et son Protocole de Montréal relatif aux Substances qui Appauvrissent la couche d’Ozone (SAO). Dès lors, des efforts ont été faits et à ce jour, le pays a gagné le pari d’éliminer les substances les plus nocives à la Couche d’Ozone à savoir les Chlorofluorocarbones (CFC) au moment où les pays développés ont arrêté la production.

A l’occasion de la célébration ce 16 septembre de la journée internationale de la protection de la couche d’ozone pour le compte de cette année, le ministre André Johnson de l’environnement a expliqué que dans ses efforts pour répondre aux obligations envers le Protocole de Montréal, le Togo a en effet mis en place dès 2002, un plan de gestion de fluides frigorigènes.

Ce plan est décliné en des composantes qui prennent en compte la sensibilisation du public, la formation des techniciens du froid, la surveillance des importations des SAO et le suivi de la consommation qui vise la réduction progressive de l’utilisation et l’élimination complète de ces substances nocives pour la couche d’ozone.

Par ailleurs, des équipements et kits d’appareils de mesures ont été mis à la disposition des centres de formation technique en vue de permettre le renforcement des capacités des techniciens de froid et d’assurer l’appropriation des bonnes pratiques. « Dans le même cadre, les représentations régionales de l’association des frigoristes du Togo ont également bénéficié des équipements au profit de leur corporation locale respective », a ajouté le ministre André Johnson.

Il est démontré que les Chlorofluorocarbones (CFC) ou fréon, les Halons et le bromure de méthyle sont des gammes de produits chimiques stables qui ont certes prouvé leur efficacité dans la réfrigération, l’extinction des incendies, l’élimination des pestes en agriculture et autres mais ils se sont finalement avérés très nuisibles pour l’environnement notamment la destruction de la couche d’ozone.

Au Togo, cette célébration de la journée internationale de la protection de la couche d’ozone placée sous le thème « Prendre soin de toute forme de vie sous le soleil », a été l’occasion de porter un regard rétrospectif sur les activités initiées dans le cadre de la protection, de rappeler les résultats atteints et de saisir l’occasion pour renforcer la sensibilisation du public sur le rôle de la couche d’ozone et le cadre réglementaire de l’utilisation des gaz frigorifiques.

Toutes les composantes de la population notamment les jeunes, les femmes, les hommes et autres associations sont encouragés à collaborer avec le ministère de l’environnement et des ressources forestières pour une mise en œuvre efficiente du Protocole de Montréal.

La couche d’ozone est située entre 12 et 50 km d’altitude dans la stratosphère. L’ozone stratosphérique forme une couche extrêmement fragile, qui absorbe les rayonnements solaires les plus dangereux et qui ont des effets néfastes sur la santé et l’environnement. Les fortes chaleurs, les pluies tardives, les inondations, la sécheresse, l’érosion côtière sont quelques conséquences liées à la destruction de la Couche d’Ozone et du réchauffement du climat.

David S.




Il aurait eu 99 ans ce 18 juillet 2017…

Nelson Mandela (de son vivant)

Il a combattu le bon combat ! Il aura marqué son temps par son ferme engagement en faveur du respect des droits humains même au-delà des frontières de son Afrique du Sud cher à lui. Nelson Rolihlahla Mandela, puisque c’est de lui qu’il s’agit, aurait eu 99 ans ce mardi 18 juillet 2017 s’il était encore en vie.

Décédé le 5 décembre 2013 à Johannesburg à l’âge de 95 ans, celui qui s’est fait appelé « Madiba », est en effet né le 18 juillet 1918 à Mvezo dans la province du Cap en Afrique du Sud.

En l’honneur de la contribution apportée par l’ex-Président sud-africain à la culture de la paix et de la liberté dans le monde, le 18 juillet de chaque année est alors déclaré depuis novembre 2009 par l’Assemblée générale des Nations Unies, « Journée internationale Nelson Mandela ».

Dans chaque coin du monde, tous les individus sont appelés à commémorer cette journée du 18 juillet en agissant et en inspirant le changement pour un monde plus juste, car selon les Nations Unies, « chacun d’entre nous a la possibilité et la responsabilité de changer le monde pour le rendre meilleur ».

« En célébrant la Journée Internationale Nelson Mandela, nous honorons celles et ceux qui se sont battus et continuent de se battre pour la liberté, la dignité et les droits de l’Homme », souligne Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO.

Nelson Mandela a en effet pendant 67 ans, mis sa vie au service de l’humanité, en tant qu’avocat spécialiste des droits de l’homme, prisonnier de conscience et architecte international de la paix.

Le premier président démocratiquement élu d’une Afrique du Sud libre rêvait de l’idéal d’une société libre et démocratique dans laquelle toutes les personnes vivraient ensemble en harmonie et avec les mêmes opportunités.

Mais malheureusement, cet idéal demeure un rêve lointain pour beaucoup de sociétés où des personnes sont toujours victimes d’injustice, emprisonnées, torturées ou exécutées pour leur engagement en faveur de la paix et de l’égalité.

Pour la célébration de cette année, la Fondation Nelson Mandela consacre cette Journée internationale à l’action contre la pauvreté. Une manière d’honorer le leadership et le dévouement dont Nelson Mandela a fait preuve afin de combattre la pauvreté et promouvoir la justice pour tous.

David SOKLOU