1

Togo : Des journalistes à l’école du contrôle citoyen des marchés publics

Les procédures de passation et le contrôle citoyen des marchés publics sont au centre d’un atelier de formation qui a ouvert ses portes ce jeudi à Lomé à l’endroit des journalistes membres du Conseil National des Patrons de Presse (CONAPP).

Organisée par le CONAPP en collaboration avec l’Autorité de Régulation des Marchés Publics (ARMP),  cette session de formation de deux jours devra permettre aux participants de renforcer leurs capacités afin de dénoncer efficacement les éventuelles irrégularités et saisir par ailleurs les opportunités qu’offre la commande publique.

Selon le Président du Conapp, Tchagnao Arimiyao, cette formation vise également à outiller en effet les patrons de presse et les préparer à avoir les compétences et tout le nécessaire qui leur permettra à l’avenir de pouvoir monter des dossiers et soumissionner à des marchés publics en cas de besoin.

Le Directeur par intérim de l’ARMP, Aftar Morou a pour sa part souligné le rôle important des Hommes de médias dans la commande publique en tant que représentants des intérêts de la population et en qualité d’éveilleurs de consciences, à travers des dénonciations et des investigations plus coordonnées en appui des initiatives des corps de contrôle, pour limiter la fraude et la corruption dans la commande publique.

Les travaux ont été lancés par le Vice-président de la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC), Octave Olympio qui a salué cette initiative du CONAPP.

David S.




Décentralisation : Des journalistes outillés pour un contrôle citoyen de l’action publique

« La décentralisation : rôle du journaliste dans le contrôle citoyen de l’action publique », c’est le thème au centre d’un atelier de formation des journalistes organisé les 22 et 23 avril à Kpalimé (120 km au nord ouest de Lomé).

Ils sont une trentaine de professionnels de médias à prendre part à cette session de formation initiée par l’Union des journalistes indépendants du Togo (UJIT) avec l’appui financier de la Fondation Friedrich Ebert.

« Pour être capables de jouer pleinement leur rôle dans l’accompagnement du processus de décentralisation, les journalistes doivent être outillés, afin de leur permettre de contribuer à la promotion de l’un des leviers fondamentaux indispensables à la réussite de la gouvernance locale, en l’occurrence le contrôle citoyen e l’action publique », a déclaré le secrétaire général de l’UJIT, Pierre Agbanda.

« Cette formation est une opportunité de plus pour s’outiller sur les mécanismes de contrôle de gestion et de la gouvernance de nos communes et sur les enjeux économiques de la décentralisation », a-t-il ajouté.

Les participants ont été outillés sur divers thématiques notamment « les enjeux de la décentralisation dans le développement socioéconomique », « la notion et outils du contrôle citoyen de l’action publique » et «  le rôle du journaliste dans les stratégies de promotion du contrôle citoyen de l’action publique ».

Des exercices pratiques sur des thèmes bien précis ont également fait parti des travaux sous l’encadrement des formateurs.

« La gouvernance fait appel à un processus de prise décision qui prend en compte la transparence, l’équité et l’efficacité. La décentralisation est venue pour permettre à tout le monde à prendre part à la gestion des affaires de la cité. La démocratie est plus vivante sur le plan local que sur le plan national », a fait savoir l’expert en décentralisation Ouro-Bossi Tchacondoh, l’un des formateurs.

Le Chargé de Programme à la Fondation Friedrich, Ebert Expédit Ologou s’est pour sa part réjoui de la qualité du partenariat qui existe entre le Fondation et l’UJIT, avant de souhaiter que le séminaire soit suivi d’une plus grande implication des médias dans le contrôle de l’action publique à travers des productions journalistiques en lien avec la gouvernance locale et les enjeux socioéconomiques de la décentralisation.

Il faut souligner que les travaux ont été ouverts par le Secrétaire général de la préfecture de Kloto Sogoyou Békéyi qui a adressé au nom du préfet ses félicitations à l’UJIT pour cette initiative qui, a-t-il précisé, contribuera à vulgariser les bonnes pratiques en matières de contrôle citoyen de l’action publique.

Pour rappel, le processus de décentralisation entamée depuis quelques années est rentré dans sa phase opérationnelle en octobre 2019 avec la passation de témoin des délégations spéciales aux nouveaux conseillers municipaux et maires élus. A ce jour, le pays est en train de se préparer à l’organisation des élections régionales.

David S.




Togo : La HAAC outille les journalistes sur l’importance du fonds documentaire des médias

L’importance de la constitution du fonds documentaire des médias était au centre d’un séminaire d’information et de formation des journalistes organisé les 19 et 20 avril à Kpalimé. C’est une initiative de la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC) avec l’appui financier de l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture (UNESCO).

L’ambition de l’instance de régulation des médias au Togo est de fédérer les expertises en vue de dessiner les contours d’une gestion efficace des archives écrites et audiovisuelles des médias dans le pays.

Ce séminaire qui a regroupé quelques 75 journalistes et archivistes du Grand Lomé, des région maritimes et des plateaux, a permis d’engager la réflexion sur la gestion et la conservation des productions écrites, audiovisuelles et en ligne des médias au Togo.

Selon le président de la Haac, M. Pitalounani Telou, la réflexion pourrait conduire à la mise en place d’un véritable service de documentation et d’archives à l’Institution.

« Ce service, encore embryonnaire, pourrait prendre, dans les prochaines années la forme d’un Centre de Documentation sur les Médias du Togo. Notre souhait est que demain, on puisse venir à la HAAC pour rechercher et retrouver un documentaire, un film, une émission, un article d’un radio, d’une télévision ou d’un journal dès lors qu’ils sont créés et exploités au Togo, à l’exemple et au-delà de l’INA en France », a-t-il fait savoir.

A ce jour, l’environnement médiatique togolais comporte  600 titres d’organes de presse écrits (dont plus de 200 paraissent plus ou moins régulièrement, une centaine de médias en ligne, quatre-vingt-treize (93) radios privées commerciales, confessionnelles, communautaires et rurales et dix (10) chaines de télévision privées.

Selon les premières conclusions issues d’une étude commanditée sur le sujet, il n’existe dans la plupart des médias, aucun service organisé de documentation et d’archives. Même si ce service existe, il n’est pas outillé pour être efficace en termes de ressources humaines formées, de local ou d’équipements adéquats.

Il faudra progressivement abandonner la conservation ou l’utilisation des CD et clés USB et aller vers les meilleures méthodes de conservation des documents notamment la numérisation et la gestion électronique.

David S.




Togo : L’agenda de la presse 2021 mis à la disposition des médias

L’agenda de la presse 2021 du Togo a été officiellement remis aux organisations professionnelles de presse et aux partenaires des médias ce jeudi 15 avril à Lomé. L’Union des journalistes indépendants du Togo (Ujit) renoue ainsi avec la tradition à travers cette nouvelle édition de l’agenda, après cinq années de suspension.

L’agenda de la presse 2021 n’est pas un document qui comporte en effet les adresses des journalistes et des organes de presse exerçant au Togo.

L’ouvrage édité en 1.500 exemplaires avec l’appui financier du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud), est également un outil qui pourra contribuer à la professionnalisation de la presse au Togo en ce sens qu’il sert de support de vulgarisation aux textes régissant le travail de journaliste dans le pays. Ces textes sont notamment le nouveau code de la presse et de la communication, le Code de déontologie des journalistes et la loi organique de la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (Haac).

Des articles abordant des thématiques d’actualité à savoir la décentralisation, les médias et la Covid-19, et la Convention collective (qui est une préoccupation des journalistes) sont également contenus dans le document.

« En s’employant pour l’impression de cet agenda, notre organisation a le souci ardent de sensibiliser les consœurs et confrères journalistes sur la nécessité du respect des textes régissant notre secteur afin de s’engager résolument sur la voie du professionnalisme », a indiqué le secrétaire général de l’Ujit, Pierre Agbanda.

Pierre Agbanda, Secrétaire général de l’UJIT

« Notre vœu est que la liberté d’expression et de presse obtenue de haute lutte au Togo soit préservée et promue », a-t-il ajouté, précisant que l’Ujit qui est à l’avant-garde de la liberté de presse depuis 28 ans, ne ménagera aucun effort pour la défendre et soutenir toutes les initiatives allant dans ce sens.

Le Directeur de Cabinet du ministère de la communication et des médias a adressé ses félicitations aux responsables de l’Unit. M. Franck Missité s’est également réjoui de l’inclusion du nouveau code de la presse dans l’agenda avant de souhaiter que la prochaine édition du document ne soit pas seulement en version papier, mais aussi en version numérique.

David S.




Togo : Appel à candidature pour le renouvellement de 05 membres de la HAAC

L’Assemblée nationale entame le processus de renouvellement des membres de la Haute autorité de l’audiovisuel et de la Communication (HAAC).

Un appel à candidature signé de la Présidente de l’Assemblée Mme Yawa Tsègan est lancé à cet effet pour le renouvellement des cinq (05) membres de l’Instance de régulation des médias au titre de l’Assemblée nationale dont deux (02) sur la lite proposée par les organisations les plus représentatives de journalistes et techniciens de la communication.

Pour postuler, il faut être de nationalité togolaise, jouir de ses droits civils et politiques, faire preuve de probité morale et d’indépendance d’esprit, justifier d’au moins dix (10 ans d’expérience professionnelle et ne pas appartenir à un organe dirigeant d’une formation politique.

Le dossier de candidature est reçu au secrétariat général de l’Assemblée nationale jusqu’au 20 avril prochain. Il doit contenir une demande adressée à la présidente de l’Assemblée nationale, une copié légalisée du certificat de nationalité togolaise, un extrait de casier judiciaire datant de moins de trois mois, un certificat médical, un CV détaillé accompagné de documents justificatifs, une déclaration sur l’honneur de n’appartenir à aucun organe dirigeant d’une formation politique et une photocopie de la carte nationale d’identité ou d’un passeport en cours de validité.

La Rédaction




Togo : Décès du journaliste Halirou TCHAKALA

La presse togolaise est de nouveau en deuil. Le journaliste Halirou Morou TCHAKALA, Directeur de Publication de l’hebdomadaire « Courrier de la République » n’est plus.

L’information est donnée ce samedi 13 février en début de soirée par le Conseil national des patrons de presse (CONAPP).

Selon cette organisation de presse à laquelle appartient l’illustre disparu, le décès du confrère Halirou Morou TCHAKALA est survenu à la suite d’une courte maladie.

« Par cette disparition, la presse togolaise vient de perdre un journaliste pétri de grandes qualités humaines et professionnelles », indique dans un communiqué, le Conapp qui présente ses vives condoléances à toute la presse togolaise et à sa famille biologique.

La Rédaction du journal La Voix de la Nation présente également ses sincères condoléances à la famille éplorée.

La Rédaction




Togo : Carlos Kétohou attendu le 11 janvier prochain au tribunal de Lomé

Après la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (Haac) le 04 janvier dernier, le Directeur de Publication du journal « L’Indépendant Express », Carlos Kétohou est attendu lundi prochain au Tribunal de 1ère Instance de Première Classe de Lomé.

Le Président de ce Tribunal avait été en effet saisi par la Haac aux fins du retrait du récépissé  de déclaration de parution de l’hebdomadaire L’Indépendant Express, dans le cadre de l’affaire liée à l’article de vol de « cuillères dorées » par des femmes qui seraient membres du gouvernement, une information publiée par le journal dans sa parution du numéro 545 du 29 décembre 2020.

Dans cette affaire, le journal a été déjà sanctionné par la Haac à travers une interdiction de parution sous toutes ses formes (papier et en ligne) à compter du lundi 04 janvier dernier, ceci après audition du Directeur de publication Carlos Kétohou.

Selon l’institution de régulation des médias au Togo, Carlos Kétohou n’a pu apporter aucune preuve des affirmations contenues dans cet article, notamment la date et le lieu de déroulement des faits évoqués. L’article comporte selon la Haac, « des afirmations gratuites et diffamatoires portant gravement atteinte à l’honneur, à la dignité et à la considération des membres du gouvernement de même qu’aux fonctions dont ils assurent la charge ».

Il faut préciser que face à la presse mercredi à Lomé, les responsables du Patronat de la presse togolaise (PPT) ont demandé à la Haac de revoir sa décision de sanction envers le journal.

A suivre…

La Rédaction




Togo : le journal « L’Indépendant Express » lourdement sanctionné par la HAAC

La Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (Haac) vient de sanctionner le  journal « L’Indépendant Express » de Carlos Kétohou, dans l’affaire liée à l’article de vol de « cuillères dorées » par des femmes qui seraient membres du gouvernement, une information publiée par le journal dans sa parution du numéro 545 du 29 décembre 2020.

La Haac, après audition du Directeur de publication du journal ce lundi, a en effet décidé de la saisine du Président du Tribunal de Première Instance de Lomé aux fins du retrait du récépissé  de déclaration de parution de l’hebdomadaire L’Indépendant Express.

L’institution de régulation précise dans un communiqué qu’en attendant la décision du tribunal, « l’hebdomadaire L’Indépendant Express cesse de paraître sous toutes ses formes (papier et en ligne) », à compter de ce lundi 04 janvier 2021.

Dans son communiqué parvenu à notre Rédaction, la Haac explique en effet qu’au cours de l’audition, le Directeur de Publication du Journal, Carlos Kétohou n’a pu apporter aucune preuve des affirmations contenues dans cet article, notamment la date et le lieu de déroulement des faits évoqués.

Selon la Haac, l’article comporte « des affirmations gratuites et diffamatoires portant gravement atteinte à l’honneur, à la dignité et à la considération des membres du gouvernement de même qu’aux fonctions dont ils assurent la charge ». L’Institution ajoute que « L’Indépendant Express n’a pas respecté les règles professionnelles » et a violé l’article premier du Code de déontologie des journalistes du Togo et tombe sous le coup des articles 159 et 160 du Code de la presse et de la communication et de l’article 63 de la loi organique relative à la Haac.

Il faut rappeler que dans le cadre de cette affaire, le Directeur de publication du journal avait été interpellé par des éléments de la gendarmerie togolaise, avant d’être libéré quelques jours plus tard sur intervention de la Haac.

La Rédaction

Informations complémentaires : COMMUNIQUE-DE-LA-HAAC.pdf




Togo : Libéré, le journaliste Carlos Kétohou attendu ce lundi 4 janvier à la HAAC

Interpellé dans la nuit du mardi 29 décembre dernier par des éléments de la Gendarmerie togolaise, le journaliste Carlos Kétohou, Directeur de publication du journal « Indépendant Express » a été finalement libéré ce samedi 02 janvier 2021 suite à une intervention de la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (HAAC).

Carlos Kétohou avait été arrêté à son domicile à Lomé alors qu’il était convoqué le 30 décembre par le Service central de recherches et d’investigations criminelles (SCRIC) de la gendarmerie togolaise. Son interpellation faisait suite à une publication dans sa parution du 29 décembre, faisant état d’une affaire de vol de « cuillères dorées » par des femmes qui seraient membres du gouvernement.

Les organisations de presse togolaise (OTM, CONAPP, PPT, URATEL, ATOPPEL, UJIT et SYNJIT) avaient dénoncé cette interpellation et exigé la libération du journaliste. « Les délits de la presse étant dépénalisés au Togo, la détention d’un journaliste pour ses écrits parait arbitraire », ont indiqué dans un communiqué conjoint, l’ensemble des organisations professionnelles de presse.

Reporters sans frontières avait également réagi pour exiger la libération du journaliste arrêté. RSF a expliqué que « des faits présumés de diffamation ne devraient pas être examinés par un service d’investigation criminelle de gendarmerie ».

Il faut souligner que suite à sa libération, Carlos Kétohou est invité ce lundi 04 janvier par la HAAC à son siège à Lomé pour « discuter » du contenu de la parution numéro 545 du 29 décembre 2020 de l’Hebdomadaire togolais L’Indépendant Express.

La Rédaction




Togo : le journaliste Carlos Kétohou arrêté par des éléments de la Gendarmerie

Le journaliste togolais Carlos Kétohou, Directeur de publication du journal « Indépendant Express » a été arrêté dans la nuit de mardi 29 décembre à son domicile à Lomé par des éléments de la Gendarmerie, a-t-on appris ce mercredi.

Cette interpellation intervient alors que l’homme de média est convoqué ce 30 décembre par le Service central de recherches et d’investigations criminelles (SCRIC) de la gendarmerie togolaise.

Pour le moment, nous ignorons les réels motifs de l’arrestation du journaliste. Mais selon certaines indiscrétions, ceci serait liée à une publication de Carlos Kétohou dans sa parution de mardi dernier faisant état d’une affaire de vol de « cuillères dorées » par des femmes qui seraient membres du gouvernement.

Nous y reviendrons…

La rédaction