La charte de Lomé est adoptée sans protocole

La charte de Lomé est adoptée sans protocole

SHARE
Le Chef de l’Etat togolais, Faure Gnassingbé
image_pdfimage_print

Un grand jour avec une bonne nouvelle pour le continent africain qui vient de se doter d’un important instrument juridique de protection des mers et des océans au service du développement durable. Il s’agit de l’adoption et de la signature de la charte de Lomé ce 15 octobre 2016 par les Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union Africaine à l’occasion du sommet extraordinaire sur la sécurité et la sûreté maritimes et le développement en Afrique.

Les Chefs d'Etat au Sommet de Lomé
Les Chefs d’Etat au Sommet de Lomé

C’est un ouf de soulagement pour tout un continent car le plus grand enjeu de ce sommet de Lomé est l’adoption de cette charte qui sera plus tard présentée au Conseil de sécurité des nations Unies. L’adoption et la signature de ce document est en soi, un moment historique qui témoigne de la volonté des dirigeants africains d’exploiter d’une manière efficiente, les mers et les océans qui seront davantage, de nouveaux leviers pour le développement.

Tout en soulignant l’importance que revêt le sommet de Lomé, le Chef de l’Etat Faure Gnassingbé a expliqué que cette Charte sur la sécurité et la sûreté maritimes et le développement en Afrique permettra non seulement de sécuriser les espaces maritimes, mais aussi de valoriser et de faire fructifier davantage leurs ressources marines en faveur du développement des populations.

Photo de famille des Chefs d'Etat de l'UA
Photo de famille des Chefs d’Etat de l’UA

Les Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’UA ont très bien mesuré l’enjeu du geste qu’ils viennent de poser dans la mesure où plus de 90 % des échanges commerciaux entre l’Afrique et le reste du monde se fait par la mer.

Après cette adoption, il faut aller vite de l’avant pour la ratification de la charte qui constitue la prochaine étape. Le président en exercice de l’Union africaine, Idriss Deby Itno a dans ce sens saisi l’occasion pour exhorter ses pairs à œuvrer pour la ratification rapide de cet important outil afin de mettre définitivement fin à tous les actes de piraterie souvent enregistrés sur les mers et océans. « L’adoption de la Charte de Lomé n’est qu’un premier pas d’une nouvelle étape dans sa mise en œuvre. Notre volonté commune de nous doter de ce précieux instrument juridique devrait aussi se traduire par notre détermination à le rendre applicable et opérationnel à travers sa ratification. Dans cette perspective, je vous invite à faire de l’entrée en vigueur de la charte, un objectif primordial », a-t-il souligné.

Au demeurant, la charte adoptée à la grande satisfaction de tous, est l’aboutissement heureux d’un long et laborieux processus. Un témoin de l’éclatante victoire de ce sommet de Lomé sur la sécurité et la sûreté maritimes et le développement en Afrique.

David SOKLOU