Comment les ressources en eau sont-elles exploitées au Togo ?

Comment les ressources en eau sont-elles exploitées au Togo ?

SHARE
Une vue partielle du barrage de Nangbéto
image_pdfimage_print

Le Togo dispose d’une ressource en eau évaluée à dix-neuf milliards (19.000.000.000) de mètres cube par an. De quoi assurer sa survie et son développement socioéconomique en lien avec les Objectifs de développement durable (ODD).

Il est connu de tous que l’eau est une ressource vitale pour le développement de toutes les nations dans la mesure où beaucoup de domaines et secteurs d’activité en dépendent largement. Il y va de soit que le manque ou l’absence de cette ressource engendre des conséquences fâcheuses sur les populations.

Au Togo, les ressources sont inégalement réparties en fonction des différents écosystèmes. Trois (03) principaux bassins constituent le système hydrographique du Togo. Il s’agit notamment du bassin de la Volta qui draine sur 26.700 km2 (47 % du territoire) les principaux fleuves (Oti, Kara, Mô), le bassin du Mono qui draine sur 21.300 km2 (38 % du territoire) les fleuves (Mono, Anié, Amou) et le bassin du lac Togo sur 8000 km2 (16 % du territoire) avec ses principaux fleuves que sont le Zio et le Haho.

Le pays dispose de deux (02) aménagements hydroélectriques à Kpimé (près de Kpalimé) et à Nangbéto avec des capacités de 1,6MW et de 65 MW. La quantité d’eau turbinée annuellement est de l’ordre de 13 millions de m3/an. Les barrages de Nangbéto et d’Adjarala, quant à eux, sont tous deux à but hydro-agricole. Les 174 barrages et retenues d’eau recensés ont une capacité totale de 1,743 millions de m3. Au total, 39 sites ont été répertoriés dont 23 présentent un potentiel supérieur à 02 MW. Par ailleurs, des efforts sont déployés pour réaliser la gestion concertée des eaux internationales avec les pays voisins notamment le Ghana et le Bénin.

Mais il faut souligner que les potentialités hydrographiques dont regorge le Togo sont encore  sous exploitées. D’où la nécessité, pour un usage efficace, de mettre en place une véritable politique de gestion intégrée des ressources afin d’en faire bénéficier tous les secteurs socio-économiques du pays.

David S.