Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara accorde une grâce présidentielle à Laurent Gbagbo

Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara accorde une grâce présidentielle à Laurent Gbagbo

SHARE
Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara (image d’archives)
image_pdfimage_print

Le chef de l’Etat ivoirien vient d’effectuer un geste important geste politique dans le contexte de réconciliation politique enclenchée fin 2020 dans le pays. Alassane Ouattara a en effet accordé ce samedi 06 août, une grâce présidentielle à son prédécesseur et ancien rival, Laurent Gbagbo à l’occasion du 62e anniversaire de l’indépendance de la Côte d’Ivoire.

« Dans le souci de renforcer la cohésion sociale, j’ai signé un décret accordant la grâce présidentielle à M. Laurent Gbagbo. J’ai également demandé qu’il soit procédé au dégel de ses comptes et au paiement de ses arriérés de rentes viagères », a en effet indiqué Alassane Ouattara sur son compte twitter.

L’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo avait été condamné en son absence (au moment où était en prison à la CPI à La Haye) à 20 ans de prison en 2018 par la justice ivoirienne dans l’affaire dite « du braquage de la BCEAO » survenue pendant la crise post-électorale ivoirienne de 2010-2011.

Alassane Ouattara a par ailleurs annoncé avoir signé un décret accordant une libération conditionnelle à deux anciennes figures du dispositif militaire et sécuritaire du régime de Laurent Gbagbo. Il s’agit notamment de l’ex-patron de la Marine, le contre-amiral Vagba Faussignaux condamné à 20 ans pour son implication dans la crise post-électorale de 2010-2011, et de l’ancien chef de l’escadron blindé de la gendarmerie du camp d’Agban à Abidjan, le commandant Jean-Noël Abéhi arrêté en 2013 et condamné pour complot.

Dans cette affaire de braquage de la BDEAO, Laurent Gbagbo est accusé d’avoir fait ouvrir les coffres de la banque en pleine crise post-électorale de 2010-2011.

Il faut rappeler que Laurent Gbagbo avait toujours rejeté sa condamnation à 20 ans de prison par la justice ivoirienne dans l’affaire du « casse de la BCEAO ». Il réclamait également depuis son acquittement par la CPI que l’État ivoirien lui verse les arriérés de rentes viagères dues aux anciens présidents, et qui avaient été gelés lors de sa détention à La Haye.

Dans le cadre du processus de réconciliation politique dans le pays, Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara ont déjà eu une rencontre en tête à tête en juillet 2021. 14 juillet dernier à Abidjan, les deux personnalités et l’ancien président Henri Konan Bédié se sont également rencontre pour des discussions.

Au demeurant, Laurent Gbagbo a été gracié mais pas amnistié.

David S.