Un coup de pouce à la facilitation des échanges commerciaux en Afrique...

Un coup de pouce à la facilitation des échanges commerciaux en Afrique de l’Ouest et du Centre

SHARE
Une photo de famille des participants à la conférence
Une photo de famille des participants à la conférence
image_pdfimage_print

En Afrique et plus particulièrement les régions de l’Ouest et du centre, le problème des barrières non tarifaires est encore d’actualité. Afin de remédier à cette situation qui sape les efforts de développement des pays, les dirigeants des 23 administrations douanières de ces régions d’Afrique et les différents partenaires en développement sont depuis ce lundi en conclave à Lomé au Togo. Objectif, parvenir à une accélération de la mise en œuvre de procédures opérationnelles garantissant une facilitation des échanges commerciaux entre les États.

Au centre des travaux de cette rencontre de Lomé, des discussions sur la mise en œuvre effective de l’Accord sur la Facilitation des Échanges (AFE) qui établit une série de mesures en faveur de la circulation rapide des marchandises à travers les frontières.

Entré en vigueur depuis le 22 février 2017, l’AFE est en effet, le premier accord commercial multilatéral conclu depuis l’établissement  de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC)  il y a 20 ans. Il devrait permettre à réduire le coût total du commerce de plus de 14 % pour les pays à faible revenu et de plus de 13 % pour les  pays à revenu intermédiaire en simplifiant la circulation des biens au niveau des frontières.

« L’AFE offre d’importantes opportunités pour moderniser nos administrations douanières, stimuler les échanges commerciaux internationaux et renforcer la compétitivité économique de nos États », a souligné à l’ouverture des travaux, le Commissaire général par intérim de l’Office Togolais des Recettes (OTR), Kodjo ADEDZE.

« La mobilisation des recettes, la protection de l’économie nationale, la facilitation du commerce et la modernisation des administrations douanières doivent faire partie des préoccupations prioritaires des Gouvernements de nos pays respectifs. Pour ce faire, nous devons mettre en place un cadre favorable aux échanges commerciaux tel qu’exigé par l’AFE », a pour sa part insisté le ministre togolais de l’Economie et des Finances, Sani Yaya.

Pour l’heure, seuls 10 pays (dont le Togo) ont ratifié l’accord sur la facilitation des échanges. Les pays sont ainsi encouragés à faire le pas décisif pour la mise en œuvre de cet accord en faveur de l’émergence de l’économie sous régionale.

La rencontre de Lomé est organisée par l’Organisation mondiale des douanes (OMD) en collaboration avec l’Office Togolais des Recettes (OTR), sous le parrainage du Fonds chinois de coopération douanière (CCF/ China) et du Fonds de Réserve OMD. Elle prend fin le 02 Juin prochain.

David