Crise togolaise : Pouvoir et opposition chez le facilitateur guinéen Alpha CONDE

Crise togolaise : Pouvoir et opposition chez le facilitateur guinéen Alpha CONDE

SHARE
Gilbert Bawara et Brigitte Adjamagbo-Johnson
Gilbert Bawara et Brigitte Adjamagbo-Johnson
image_pdfimage_print

Sur invitation du facilitateur guinéen Alpha Condé, les protagonistes de la crise togolaise ont effectué ce week-end, le déplacement de Conakry pour une nouvelle évaluation de la mise en œuvre des recommandations de la CEDEAO pour une sortie pacifique de crise au Togo.

Samedi dans la matinée, des responsables de la Coalition des 14 partis politique de l’opposition ont dû quitter la manifestation du Front Citoyen Togo Debout (FCTD) dans les rues de Lomé pour rallier la capitale guinéenne où devra se tenir une réunion du Comité de suivi de la mise en œuvre de la feuille de route de la CEDEAO.

La délégation de la C14 est composée entre autres de la coordinatrice Mme Brigitte Kafui ADJAMAGBO-JOHNSON, le chef de file de l’opposition Jean-Pierre FABRE, Me Yaovi AGBOYIBO du Comité d’Action pour le Renouveau (CAR).

« Nous aborderons surtout de ce qui a été fait le 23 septembre dernier, c’est-à-dire ce qu’on a appelé la synthèse des travaux du 23 septembre », a indiqué le leader de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC), Jean Pierre Fabre avant de quitter la marche du FCTD.

Dans la foulée, l’on apprend également le déplacement à Conakry du ministre de la fonction publique, Gilbert Bawara (qui fait office de porte-parole du Gouvernement) accompagné de ses collègues Payadowa Boukpessi en charge de l’administration territoriale et le Général de Brigade Yark Damehame de la sécurité et de la protection civile.

Sur la table des discussions chez Alpha Condé, certainement des sujets relatifs à la recomposition de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), au recensement électoral pour lequel la coalition de l’opposition avait appelé au boycott, à la tenue des prochaines élections et à la mise en œuvre des mesures d’apaisement suivant les décisions de la CEDEAO.

Cris DADA