Culture : Kpimé Séva accueille l’édition 2019 du festival AFRIK’ARTS

Culture : Kpimé Séva accueille l’édition 2019 du festival AFRIK’ARTS

SHARE
Les promoteurs du festival Afrik’arts
image_pdfimage_print

La localité de Kpimé Séva (située à environ 130 km au nord ouest de Lomé, préfecture de Kloto) abrite du 25 au 27 octobre prochain, la 4ème édition du Festival International des Arts Africains (Afrik’Arts), une initiative de l’association Kékéli Togo en collaboration avec l’association l’Ombre Baobab France. Les responsables des deux associations ont échangé et discuté avec des médias lors d’une conférence de presse tenue ce mercredi dans la localité.

L’objectif de cette rencontre avec la presse est de présenter aux journalistes le festival afrik’arts, ses objectifs ainsi que les activités inscrites dans l’agenda de ce rendez-vous culturel.

Placé sous le thème : « protection de l’environnement », cette 4ème édition du Festival Afrik’Arts va se dérouler à l’espace culturel Kékéli, un cadre dédié à la promotion des arts et de la culture du Togo.

Le Festival Afrik’Arts est un rendez-vous culturel de la ville touristique de Kpalimé. L’édition 2019 offre un cadre d’expression pour les artistes locaux qui côtoient sur une scène, d’autres artistes venus de différents pays. Afrik’Arts 2019, c’est également un marché artisanal avec des expositions.

Ce festival vise à regrouper ces artistes afin d’échanger et de promouvoir les valeurs culturelles et artistiques sur le site.

« La dégradation incessante de l’environnement a eu des conséquences négatives et néfastes sur notre environnement tels que les effets des changements climatiques. Donc, à travers ce festival, nous allons sensibiliser les populations durant ces trois jours sur la protection de l’environnement surtout pour le bien être de nos progénitures », a souligné le Manager de l’Espace Culturel KEKELI, Mensah AVIA.

« Le centre Kékéli s’inscrit dans le cadre de la promotion, de l’éducation, de la culture et de la protection de l’environnement. Et donc, ce festival est venu à point nommé. Notre perspective est de professionnaliser le milieu culturel et avec notre expérience sur le terrain, je crois qu’il y a beaucoup de choses à faire », a-t-il précisé.

« A travers ce projet, nous allons former les artistes et partager le message de la protection de l’environnement avec le public », a ajouté M. AVIA, invitant tout le monde à venir suivre ce festival.

Le directeur du Festival Koku AMEADA, a pour sa part indiqué que l’environnement est notre source de nourriture, d’eau potable et l’air, notre source d’oxygène. Pour lui, préserver notre environnement, est donc une question de survie pour tous, surtout pour les générations futures.

Soulignons que plusieurs activités sont inscrites à l’agenda de cette activité culturelle notamment une caravane à travers les artères de la ville de Kpalimé, des prestations des groupes folkloriques, de danses, de marionnettes et des artistes de la chanson.

Durant ces trois jours, des stagiaires de l’association Ombre du Baobab France en résidence artistique vont restituer leur création au public.

De notre correspondant à Kpalimé, Mensah ASSOGBAGUE