De jeunes entrepreneurs formés en traitement phytosanitaire à Atakpamé

De jeunes entrepreneurs formés en traitement phytosanitaire à Atakpamé

SHARE
image_pdfimage_print

Une vingtaine de jeunes entrepreneurs de la région des plateaux-est ont renforcé leurs capacités en prestation de services de traitement phytosanitaire du 3 au 5 février à Atakpamé dans la préfecture de l’Ogou.

Cette formation à l’actif de la direction de la protection des végétaux (DVP), s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du projet « la lutte contre l’invasion de la chenille légionnaire d’automne au Togo », avec l’appui financier de la Banque Africaine de Développement (BAD) et du gouvernement Togolais et celui technique de la FAO.

L’objectif est de renforcer les capacités opérationnelles (techniques et matérielles) de nouveaux jeunes entrepreneurs en prestation de services de traitement phytosanitaire. Il était question d’améliorer les connaissances des participants sur les principaux ravageurs des cultures, les pesticides, les techniques de leur application et les mesures de protection au cours des traitements phytosanitaires.

Il s’agit pour les organisateurs, de former les jeunes entrepreneurs aux nouvelles compétences de l’entrepreneuriat phytosanitaire, de les doter des outils nécessaires, les équiper en appareils de traitement et équipements de protection individuelle et enfin les aider à tenir des comptes et la gestion de leurs revenus.

À travers ce séminaire, le ministère en charge de l’agriculture passant par la direction de la protection des végétaux entend également sensibiliser les jeunes aux responsabilités sociales des entreprises pour leur autonomisation dans leurs communautés. Ils ont été à cet effet outillé sur l’esprit d’entrepreneuriat, secteur prometteur offrant des opportunités d’emplois.

Pour le formateur Djatoite Minto, chef division phytopharmacie et répression de fraudes à la direction de la protection des végétaux, cette formation vise à renforcer au plan national les jeunes applicateurs de pesticides à devenir professionnels pour mener une lutte efficace dans les zones d’Aménagement Agricoles Planifiées (ZAAP) contre tous les ravageurs dans leurs localités.

Pour lui, la formation porte non seulement sur la lutte biologique mais surtout sur celle chimique pour éviter des effets néfastes sur la santé de l’environnement. « Les bénéficiaires peuvent avec le temps mettre en place des clubs d’entreprises pour employer des jeunes synonyme d’une création d’emplois pour réduire le chômage dans leurs bases respectives », a-t-il ajouté.

Le directeur régional de l’agriculture, de l’élevage et du développement rural des plateaux-est M. Batchassi Claude et Mme Sanvee Ayaba (ingénieure représentant le directeur de la protection des végétaux) ont à l’ouverture des travaux encouragé les jeunes à entreprendre, à oser, à s’y appliquer. Ils les ont en outre exhortés à assimiler les modules et à mettre en pratique les enseignements reçus.

Cette formation s’est déroulée simultanément avec celle de la région de la Kara après la maritime et la centrale. L’étape des plateaux-ouest et celle des savanes auront lieu du 7 au 9 février prochain.

Depuis Atakpamé, Evrard Nomanyo