Des acteurs du monde rural du Togo et du Benin renforcent leurs...

Des acteurs du monde rural du Togo et du Benin renforcent leurs capacités à Atakpamé

SHARE
Photo de famille des participants
Photo de famille des participants
image_pdfimage_print

Une trentaine de délégués des producteurs céréaliers du Togo et du Benin sont depuis ce lundi en atelier de formation sur la gestion de l’aflatoxine et leur participation à la constitution des stocks de la Réserve Régionale de Sécurité Alimentaire (RRSA) et aux marchés institutionnels à Atakpamé dans la préfecture de l’Ogou.

Cette rencontre de trois jours est organisée par la Coordination Togolaise des Organisations  Paysannes et de Producteurs Agricoles (CTOP) à travers le projet d’appui de OXFAM à la CTOP. Elle s’inscrit dans le processus d’une campagne d’information des organisations paysannes (OP) dont la formation des formateurs endogènes au Togo et une restitution des nouvelles connaissances au Benin avec l’accompagnement technique et financier de l’UE, de l’inter-réseau, l’Afrique Verte, la coopération espagnole, l’ARAA/CEDEAO, le CILSS, la Jade Production, OXFAM. Elle a pour objectif de renseigner les OP sur la connaissance de l’aflatoxine, une substance qui peut contaminer les céréales et causer des dégâts sur la Santé humaine.

Les travaux permettront également d’avoir une meilleure compréhension de la mise en place de RRSA.

Au cours de ces trois jours, les participants auront à échanger sur les bonnes pratiques de lutte contre l’aflatoxine à la récolte, au stockage et lors du transport sur les procédures de RRSA de la CEDEAO sur un cas d’exigence d’un marché institutionnel au Togo, celui de l’Agence Nationale pour la Sécurité Alimentaire au Togo (ANSAT).

Au terme de cette formation, les formateurs endogènes composés des techniciens, des leaders paysans et magasiniers des coopératives seront outillés pour une meilleure gestion des exploitations agricoles afin de garantir une récolte exempte de l’aflatoxine, une meilleure gestion des stocks pour éviter l’apparition de l’aflatoxine, d’alimenter les marchés institutionnels en céréales de qualité et de diffuser à l’échelle au sein de leurs unions, les bonnes pratiques de gestion des stocks.

Le Président de la CTOP M. Gnassingbe Assimarou a indiqué dans son mot de bienvenue que les thématiques de ces assises constituent des défis majeurs pour tous les producteurs de céréales. Selon lui le marché devient de plus en plus exigent et il est donc important de se renforcer pour rendre disponible des produits de qualité nécessaire et garantir la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations.

Le représentant des OP du Benin, M. Sera Moïse Etienne a émis le vœu qu’après cet atelier, chaque acteur du monde agricole puisse améliorer la qualité des produits céréaliers et participer aux appels d’offres concernant les marchés institutionnels.

Depuis Atakpamé, Evrard Nomanyo