Des boulangers et pâtissiers en atelier régional de formation à Atakpamé

Des boulangers et pâtissiers en atelier régional de formation à Atakpamé

SHARE
Une image des participants
Une image des participants
image_pdfimage_print

Une vingtaine de boulangers et pâtissiers de la région des Plateaux sont en formation depuis ce 21 Mai sur l’utilisation de la farine panifiable de manioc à Atakpamé. Prévue pour durer trois jours, cette rencontre est organisée par le Ministère de l’Agriculture, de la Production Animale et Halieutique avec l’appui financier de la Banque africaine de développement (BAD). Elle vise à outiller les bénéficiaires sur l’incorporation de la farine de manioc aux produits de boulangerie et de pâtisserie sur la fabrication du pain à 10 % de manioc, des tartes, des galettes et gâteaux ainsi que d’autres produits dérivés à 100 % avec la farine panifiable de manioc.

Au cours de ces trois jours, les participants seront amener non seulement à acquérir les bonnes pratiques à faire mieux et à produire plus naturel tout en limitant l’usage des additifs dangereux et cancérigènes pour la santé de l’homme, mais aussi à promouvoir la consommation locale et garantir la sécurité alimentaire des consommateurs Togolais.

Les participants seront initiés sur la façon de produire à base de la farine panifiable de manioc pour les aider à un changement de mentalité et à abandonner les mauvaises habitudes notamment l’utilisation des intrants comme le bromate de potassium, un améliorant toxiques utilisé par les pâtissier et boulangers pour la consommation, alors qu’il s’agit d’un additif prohibé dans d’autres pays  il y a bien longtemps.

Ces nouveaux produits feront l’objet de dégustation dans les hôtels, restaurants et dans des structures techniques pour être comparés à ceux de 100 % blé. Selon Aziato Kokou Martin, ingénieur agroalimentaire à l’Institut Togolais de Recherche Agronomique (ITRA), cette filière et la transformation agricole sont prônées par le Plan National de Développement (PND). C’est pourquoi dit-il, le projet manioc a été identifié par la cellule présidentielle. Suite à cette identification, un appel à été fait à l’Institut International de Technologie Agricole (IITA) en collaboration avec la Technologie Africaine pour la Transformation Agricole (TAAT), tous du Nigéria pour un transfert de technologie vers le Togo et une formation visant à importer de nouvelles variétés de manioc à la chaire douce pour produire des dérivés de manioc à une haute qualité pour la consommation locale et les exportations.

Il est prévu la mise en place de 2 centres pilotes de transformation de produits issus du manioc notamment un à Notsè et à Blitta. Cette formation régionale constitue la 4ème étape après celles de la Kara, de la Centrale et des Savanes.

De notre correspondant à Atakpamé, Evrard NOMANYO