Des modules d’enseignement pour réduire les grossesses en milieu scolaire au Togo

Des modules d’enseignement pour réduire les grossesses en milieu scolaire au Togo

SHARE
Une séance de sensibilisation dans le cadre du PPGP
image_pdfimage_print

Dans le cadre du Projet de Prévention des Grossesses Précoces au sein des collèges (PPGP), l’Association Togolaise pour le bien Être Familial (ATBEF) organise depuis mardi à Atakpamé dans la région des plateaux, un atelier qui a pour objectif de développer des modules d’enseignement en matière de prévention des grossesses précoces en milieu scolaire, de Violences basées sur le genre (VBG) et de responsabilité parentale afférente.

Il s’agit pendant quatre jours, de partager avec les participants, le contenu et les approches du PPGP, d’élaborer un module simplifié d’enseignement sur ledit projet en milieu jeune et communautaire, et de consolider les modules élaborés en thématique d’enseignement.

Ils sont une dizaine d’acteurs du cadre multisectoriel dans chaque communauté à évaluer à travers des exposés débats, des travaux en panel, les résultats déjà atteints par le projet, les difficultés et les approches de solutions au cours de cette première année d’exécution dudit projet dans sa phase d’intervention, en vue de dégager des dispositions locales à même de renforcer les mécanismes d’intervention en place pour prévenir les grossesses des adolescentes.

Le chef de département des programmes, Dr Noussoukpoe Komlan Selom a indiqué qu’il s’agit de réduire d’au moins 50 % la prévalence des grossesses précoces au sein des collèges au Togo entre 2018 et 2020. « Il est noté une baisse moyenne de 64,20 % de l’effectif des grossesses sur l’ensemble des CEG d’intervention entre l’année scolaire 2017-2018 (81 cas) et 2018-2019 (29 cas) », dit-il.

Par exemple au CEG Aképé-Noèpé dans la région maritime, le projet a permis de réduire le nombre de cas de grossesse de 18 pour l’année scolaire 2017 -2018 à 02 pour le compte de l’année 2018-2019, soit une variation de -88,89 %. Sur la même période au CEG Gléï dans les plateaux, les cas de grossesse sont passés de 12 à 05 soit une variation de -58,33 %. Même constat au CEG Cinkassé dans les savanes où la variation est de -76,92 % soit une baisse du nombre de cas, passant de 13 à 03.

Financé par le Centre de Recherche pour le Développement International (CRDI) du Canada pour une durée de 3 ans et mise en œuvre par l’ATBEF et l’unité de Recherche Démographique (URD), le PPGP se donne le défi de baisser la prévalence des grossesses précoces en milieu scolaire au Togo.

De notre correspondant à Atakpamé, Evrard NOMANYO