Des Parlementaires Sans Frontières (PSF) au service des droits de l’enfant au...

Des Parlementaires Sans Frontières (PSF) au service des droits de l’enfant au Togo

SHARE
Parlementaires Sans Frontières
Des Parlementaires Sans Frontières (PSF)
image_pdfimage_print

Un nouveau dispositif dédié à la protection du droit des enfants vient de voir le jour au Togo. En effet, le pays  s’honore d’être le premier d’Afrique francophone à procéder à l’installation ce 23 août  à Lomé, du mouvement « Parlementaires Sans Frontières » (PSF) déjà présent dans une trentaine de pays du monde. C’est le fruit d’un processus engagé depuis un an qui vient renforcer les initiatives déjà existantes au service du droit de l’enfant au Togo.

En dépit des efforts souvent déployés par tous pour offrir aux enfants, un environnement favorable à la réalisation de leurs droits, force est de constater que ces droits sont encore souvent bafoués. Ce qui conduit à la traite et au travail des enfants de même qu’à des violations sous diverses formes et les difficultés liées à leur éducation.

Né au Népal en 2015, le mouvement PSF se donne donc pour tâche d’impliquer suffisamment les adultes dans le respect des droits des enfants. Au Togo, ce mouvement présidé par l’Honorable HOWANOU Edoh, entend ainsi porter davantage haut, la voix des enfants au sein de l’hémicycle pour faire de la protection de leurs droits, une réalité de tous les jours sur l’ensemble du territoire national. Contrairement aux réseaux des parlementaires œuvrant dans le droit des enfants, le mouvement PSF est une nouvelle initiative qui ne vient pas en conflit avec ces réseaux. Il regroupe des parlementaires volontaires et engagés (anciens comme nouveaux) pour la cause des enfants au-delà de toute considération politique ou religieuse.

Il est soutenu au Togo par les organisations WAO Afrique et la coordination régionale de La Marche Mondiale contre le Travail des enfants (Global March against Child Labour) qui œuvrent pour la promotion et la protection des droits des enfants, en particulier le droit de recevoir une éducation gratuite et utile et d’être libre de toute exploitation économique et contre tout travail susceptible d’ être préjudiciable au développement physique, mental, spirituel, moral ou social de l’enfant.

« L’objectif de notre mouvement est d’attirer l’attention du parlement sur toutes les questions relatives à la traite des enfants, au travail des enfants, aux violences faites sur les enfants, à l’amélioration des conditions d’étude des enfants en rapport avec les Objectifs de Développement Durable (ODD) sur le plan national et international », a souligné le président du PSF Togo, Honorable HOWANOU Edoh.

Pour l’ancien parlementaire Joseph Kokou KOFFIGOH qui a présidé cette cérémonie d’installation, les tâches qui attendent restent immenses, ici comme ailleurs. « Il faut éradiquer la pauvreté chez les adultes pour permettre l’épanouissement des enfants dans les familles. Il faut purifier les coutumes des pratiques rétrogrades telles que l’excision, les mariages forcés, l’ignorance, la tutelle mal organisée des enfants orphelins et l’accaparement de leurs biens, la discrimination entre les filles et les garçons en cas d’héritage », a-t-il laissé entendre.

Voici le bureau provisoire des parlementaires sans frontières pour les droits de l’enfant au Togo :

Président : Honorable HOWANOU Edoh

Vice-Président : Honorable KETOGLO Yawo Victor

Premier rapporteur : KOSSIGAN Kodjo Mawulikplimi

Deuxième rapporteur : TSOHLO Akossiwa

Chargé à la sensibilisation : MENSAH-ANTOEMNE Agnélé Christine

Chargé à l’organisation : OSSEYI Yaovi

Chargée à la planification : KOUPORA Issolémo

David SOKLOU