Doing Business 2019 : Le Togo enregistre la plus grande progression en...

Doing Business 2019 : Le Togo enregistre la plus grande progression en Afrique

SHARE
Présentation du rapport par vidéoconférence
Présentation du rapport par vidéoconférence
image_pdfimage_print

Le Togo passe de la 156ème à la 137ème place dans le nouveau classement contenu dans le rapport Doing Business 2019 de la Banque mondiale, soit un bond de 19 places, la plus grande progression enregistrée en Afrique cette année. Selon ce rapport qui mesure la facilité de faire des affaires pour les petites et moyennes entreprises dans les pays du monde, le Togo figure parmi les 10 économies qui se sont le plus améliorées et fait en outre parti des quatre pays africains les plus réformateurs au monde (Rwanda, Côte d’Ivoire, Kanya et Togo).

Le rapport fait état de ce qu’en termes absolus, la facilité de faire les affaires au Togo est passée de 48,88 (Doing Business 2018) à 55,20 (Doing Business 2019), ce qui signifie selon la Banque mondiale, qu’au cours de l’année écoulée, le Togo a amélioré sa réglementation des affaires avec une réduction de l’écart à travers les meilleures pratiques réglementaires au monde.

A l’origine de ces avancées, explique Mme Sandra Johnson, coordinatrice de la cellule Climat des affaires au Togo, les diverses réformes opérées en faveur de l’amélioration de l’environnement réglementaire des entreprises.

Ces réformes (six au total), concernent entre autres l’introduction des systèmes en ligne pour la déclaration de l’impôt sur les sociétés et de la taxe sur la valeur ajoutée (ce qui facilite le paiement des taxes et impôts pour les entreprises), la facilitation de l’enregistrement des entreprises par la réduction du capital requis et l’exécution des contrats grâce à l’adoption d’une nouvelle loi sur la médiation. « Ces six réformes reconnues par le Doing Business constituent le plus grand nombre de réformes jamais reconnues pour le Togo depuis le lancement du rapport Doing Business en 2002 », précise la Banque mondiale.

Au Togo, le Gouvernement s’est engagé depuis plusieurs années dans un processus de réformes destinées à créer des conditions idoines pour la transformation structurelle de l’économie. Présent à la cérémonie de présentation du rapport ce 31 octobre au siège de la Banque mondiale à Lomé, le Premier ministre Komi Sélom Klassou a expliqué que l’objectif visé par ces réformes est de favoriser une réelle croissance forte, durable, qui puisse créer de la richesse et l’emploi, créer les conditions pour les investisseurs étrangers et promouvoir les PME/PMI.

« Nous sommes sur la bonne trajectoire et nous devons aller de l’avant. La finalité, c‘est de créer des conditions pour générer des ressources, créer de la richesse et faire face aux besoins de nos populations en matière d’éducation, de santé, de l’accès à l’eau potable, à l’électricité mais également l’emploi de la jeunesse et l’autonomisation de la femme », a-t-il ajouté.

Dans les 128 autres économies au monde, le Doing Business 2019 recense un chiffre de 314 nouvelles réformes de l’environnement des affaires, un nouveau record dans la réduction des lourdeurs administratives pour le secteur privé. Le rapport indique que l’Afrique subsaharienne a également enregistré un nouveau record pour la troisième année consécutive, engageant en tout 107 réformes l’an dernier, contre 83 l’année précédente.

David