Dossier Agbéyomé : Mme Brigitte Adjamagbo-Johnson également convoquée par la justice

Dossier Agbéyomé : Mme Brigitte Adjamagbo-Johnson également convoquée par la justice

SHARE
Mme Brigitte Adjamagbo-Johnson
image_pdfimage_print

Comme il l’avait signifié, Agbéyomé Kodjo ne s’est pas effectivement rendu vendredi à la justice sur convocation du doyen des juges d’instruction de Lomé, pour être entendu dans l’affaire le concernant.

Seul Fulbert Sassou Attisso avait répondu à l’invitation du doyen des juges. L’autre membre de la Dynamique Mgr Kpodzro, Marc Mondji a également décliné la convocation du juge.

Ayant fait le déplacement du Tribunal de Lomé pour soutenir Fulbert Attisso, Mme Adjamagbo-Johnson apprendra sur place que son nom figure également dans le dossier.

La porte parole de la Dynamique Mgr Kpodzro (groupe de soutien à la candidature d’Agbéyomé Kodjo au scrutin présidentiel du 22 février dernier) est aussi conviée par la justice à comparaitre le mardi 14 juillet prochain pour l’affaire la concernant.

A l’image des autres membres de la Dynamique, Mme Adjamagbo-Johnson également secrétaire générale de la Convention Démocratique des Peuples Africains (CDPA, opposition) est accusée d’avoir mis en danger la sécurité nationale, posé des actes subversifs, fait des dénonciations calomnieuses et porté atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat.

Il faut souligner qu’au sortir de l’audience ce vendredi 10 juillet, le président de « Togo Autrement »,  Fulbert Sassou  Attisso  a précisé qu’il n’a pas été question devant le juge d’un rappel à l’ordre ou d’un recadrage.

Placé sous contrôle judiciaire depuis avril dernier, après avoir passé quatre jours à la gendarmerie nationale, Agbeyomé Kodjo soutenu par la Dynamique Mgr Kpodzro, continue de contester les résultats de la présidentielle, martelant que nul ne peut lui enlever la conviction qu’il est le vrai vainqueur du scrutin.

Il lui est interdit par la justice togolaise de tenir des « propos, déclarations ou attitudes tendant à remettre en cause et à saper l’ordre constitutionnel et institutionnel existant ».

David S.