Faure Gnassingbé veut faire avancer le dossier des élections locales

Faure Gnassingbé veut faire avancer le dossier des élections locales

SHARE
Faure Gnassingbé
Faure Gnassingbé
image_pdfimage_print

Après les législatives du 20 décembre 2018, le Togo se prépare à l’organisation des élections locales. Le sujet est évoqué en Conseil des Ministres ce mercredi 30 janvier où le Chef de l’Etat Faure Gnassingbé a demandé au gouvernement de faire le point sur les activités nécessaires à l’organisation desdites élections. Dans la foulée, l’on apprend que le ministre chargé de l’administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales présentera une communication sur la question en Conseil des Ministres.

Au Togo, les dernières élections locales remontent à 1987. Depuis, les affaires publiques au niveau des collectivités locales sont gérées  par les Préfets ainsi que les délégations spéciales mises en place par l’autorité publique au niveau des communes. Le retard accusé par l’Etat en matière de décentralisation et d’élections locales ajouté à certains disfonctionnements souvent constatés au niveau des délégations spéciales, ont amené le Gouvernement à remettre le processus de décentralisation sur les rails à partir de 2007 conformément à l’esprit de l’article 141 de la Constitution Togolaise.

Le cadre juridique étant déjà mis en place avec le vote des lois et l’adoption de certains décrets allant dans le sens de la décentralisation, il ne reste que la définition des prochaines activités devant aboutir à ces élections qui, il faut le rappeler, étaient prévues pour se tenir en 2018.

Même si aucune date précise n’est pour le moment annoncée, le scrutin devra in fine permettre de renforcer davantage la démocratie à la base en permettant une plus grande implication des citoyens à la gestion de la chose publique, gage du développement des communautés.

Au Togo, les défis que pose la décentralisation se situent en effet au niveau du renforcement de la démocratie représentative et participative, du transfert des compétences et des ressources et de leur gestion par les collectivités locales et d’une plus grande participation de la population aux activités économiques, sociales et politiques.

David