FNFI : 25,5 milliards débloqués au profit d’environ 700 000 bénéficiaires

FNFI : 25,5 milliards débloqués au profit d’environ 700 000 bénéficiaires

SHARE
Directeur général du Fonds, Yves GNABA
Directeur général du Fonds, Yves GNABA
image_pdfimage_print

Officiellement lancé le 25 janvier 2014, le Fonds National de la Finance Inclusive (FNFI) a déjà débloqué un montant de 25,5 milliards de F CFA au profit  de près de 700 000 bénéficiaires à travers ses trois produits notamment l’Accès des Pauvres aux Services Financiers (APSEF), l’Accès des Agriculteurs aux Services Financiers (AGRISEF), et l’Accès des Jeunes aux services financiers (AJSEF).

 Après environs trois années d’opérationnalisation, les résultats sont donc jugés satisfaisants par les responsables dans la mesure où ces bénéficiaires exclus des services financiers classiques, ont pu disposer de fonds au service du développement de leurs différentes activités génératrices de revenus.

Le FNFI est en effet une réponse institutionnelle de l’Etat Togolais à l’épineuse question de l’exclusion financière d’une importante catégorie de la population togolaise que sont les femmes, les jeunes, les paysans ou encore les artisans. L’octroi des crédits est basé sur le principe du « faire faire » par le biais de 26 Prestataires de Services Financiers (PSF).

Face à la presse mercredi à Lomé, le Directeur général du Fonds, Yves GNABA a indiqué qu’en ce qui concerne le crédit APSEF, le total des personnes touchées est de 518 151 pour un fonds de crédit débloqué évalué à 12,3 Milliards de FCFA. En ce qui concerne le crédit AGRISEF, le total de personnes touchées est de 145 647 pour un fonds de crédit de 10,3 Milliards de FCFA. Quant à l’AJSEF, 13 372 personnes en sont bénéficiaires et le montant débloqué est de 3,1 Milliards de FCFA.

Pour ce qui concerne les remboursements des crédits, les efforts se font par les bénéficiaires mais il y a lieu de noter des difficultés qui subsistent. Au 31 décembre 2015, le taux de remboursement moyen des bénéficiaires vers les 26 PSF était de l’ordre de 90 % en légère baisse par rapport à 2014 (93 %).

« Le cas de FECECAV dans la Région des Plateaux retient particulièrement notre attention avec un taux de remboursement de 49 % en raison surtout des mauvais résultats sur AGRISEF. Cette situation particulière est due en partie aux aléas climatiques dans la Région mais aussi à des difficultés de perception du FNFI dans certaines localités de la Région des Plateaux ou à la mauvaise foi de certains emprunteurs. Il y a lieu de signaler également une mauvaise appropriation du produit par le PSF », a laissé entendre Yves GNABA tout en sollicitant le soutien des Hommes de médias pour la sensibilisation de la population.

Néanmoins, dit-il, les actions de recouvrement se poursuivent sur le terrain et des mesures idoines sont mises en route pour corriger cette situation dans toutes les Régions du pays.

En termes de perspectives, le FNFI entend en 2017 intensifier et consolider l’inclusion financière et sociale des populations avec la mise en œuvre toujours de ses trois (03) produits mais aussi des deux (02) produits spéciaux : le Produit d’Accompagnement Spécial et Produit de la Banque Africaine de Développement destiné aux femmes vulnérables.

Egalement au programme, le développement de nouveaux chantiers tels que l’éducation financière des bénéficiaires, le mobile banking entre autres.

David SOKLOU