Insécurité : 12,7 Kg de drogues, de faux médicaments et 13 armes...

Insécurité : 12,7 Kg de drogues, de faux médicaments et 13 armes saisis à la frontière Togo-Bénin

SHARE
L’ insécurité au niveau de la frontière Togo-Bénin
L’ insécurité au niveau de la frontière Togo-Bénin
image_pdfimage_print

12,7 Kg de drogues,  144 motos, 13 armes, trois cartouches de calibre 12, et 915 Kg de faux médicaments saisis : ainsi se présente le butin d’une opération conjointe de sécurisation menée ces quatre derniers jours de part et d’autres de la frontière bénino-togolaise plus précisément à l’Est de la région des plateaux au Togo et dans les départements du Konfo, de Zou et des collines au Bénin.

Dénommée GBENODOU 2017, cette opération qui a démarré le 08 Mai dernier, est une initiative qui s’inscrit dans le cadre de la politique de la police de proximité conjointement pilotée par les responsables de la sécurité (Police, gendarmerie, armée de terre, sapeurs-pompiers, douane et les eaux et forêts) de ces deux pays. Elle a consisté au contrôle simultané non seulement sur les axes de circulation et couloirs de passage des éleveurs nomades, mais aussi dans les agglomérations, avec interpellation et identification systématique de toutes personnes suspectes et saisies de tous objets compromettants.

L’objectif est de lutter contre le terrorisme, les effets regrettables de la transhumance, les vols, les braquages et autres trafics illicites de produits constatés dans cette zone frontalière.

« En déclenchant cette opération, c’était d’abord pour assurer une liaison permanente entre les forces de sécurité publiques qui ont la même mission. Ensuite, montrer à la face du monde que les frontières entre le Bénin et le Togo ne sont que virtuelles. C’est également pour montrer aux délinquants que les forces de sécurité sont bien présentes. C’est une première opération qui ne sera pas la dernière », a expliqué Saka LAFIA, Ministre de la sécurité publique du Bénin au cours d’un point de presse tenu à la fin de l’opération à Akplahoué (Bénin).

Le ministre togolais de la sécurité et de la protection civile, Colonel Yark Damehame a pour sa part insisté sur la nécessité d’unir les forces afin de vaincre l’insécurité qui prévaut dans les deux pays et dans la sous-région.

Cris DADA