Les jeunes se forment pour un engagement politique

Les jeunes se forment pour un engagement politique

SHARE
Program For Young Politicians In Africa (PYPA)
Program For Young Politicians In Africa (PYPA)
image_pdfimage_print

Dans les années 90 précisément le 5 octobre, la participation de la jeunesse togolaise dans la lutte politique a été significative permettant au Togo d’amorcer le processus de démocratisation. Mais depuis quelques années déjà, les jeunes sont démotivés vis-à-vis de la politique.

Telle est la remarque du Program For Young Politicians In Africa (PYPA). Ce programme a réuni mardi à Lomé plusieurs jeunes issus de six (6) partis politiques pour une formation autour du thème : « formation des jeunes à l’engagement politique ».

Les organisateurs de cette formation estiment que le refus des jeunes de s’engager à la chose politique s’explique par des échecs successifs que les différentes luttes ont connus. A cela, s’ajoute les discriminations dont ils font objets.

« Nous sommes convaincus que la jeunesse représente un partenaire incontournable pour le développement durable, la paix et la prospérité dans chaque pays. Il est important qu’ils cherchent activement à participer et à influencer toutes les décisions qui affectent et les questions qui concernent toute la population », a indiqué le Coordonnateur PYPA-Togo, Kossi Baoutou.

Une très belle initiative selon lui, qui va permettre de motiver  les jeunes pour dit-il réduire  leur dépendance lors des élections, les responsabiliser à jouer pleinement leur rôle dans leur différentes formations politiques.

C’est une formation financée par l’Agence suédoise de coopération au développement international (ASDI) et mise en œuvre depuis 2012 par la Fondation internationale du parti du centre suédois en partenariat avec l’Institut général Tiémoko Marc Garango pour la gouvernance et le développement (IGD).

Les jeunes viennent de l’Union pour la République (UNIR), de l’Alliance nationale pour le changement (ANC), du Comité d’action pour le renouveau (CAR), de l’Alliance des démocrates pour le développement intégral (ADDI), de l’Union des forces de changement (UFC) et du Mouvement citoyen pour la démocratie et le développement (MCD).

Deux (2) jours leur sont consacrés pour se frotter avec deux (2) thématiques notamment les « partis politiques et le système de partis politiques » et « approche jeune ».

Pour information, 130 jeunes du Bénin, du Burkina Faso, du Mali et du Niger ont été déjà formés grâce à ce programme. En 2016, il compte également former les jeunes de la Côte d’Ivoire, du Sénégal et du Togo.

Joseph Ahodo