Journalistes et société civile à l’école pour la bonne gestion des marchés...

Journalistes et société civile à l’école pour la bonne gestion des marchés publics

SHARE
Photo de famille
Photo de famille
image_pdfimage_print

Une trentaine de journalistes et des responsables de la société civile en formation ce lundi à Lomé pour la première série des sept (7) sessions de formations sur la « gestion des marchés publics ». Une initiative de l’Autorité de régulation des marchés publics (ARMP).

La société civile constitue une source d’information privilégiée dans l’examen des problèmes sociétaux. Mais à ce jour, le constat qui se dégage en matière d’actions de veille et de contrôle citoyen de l’action publique n’est pas très reluisant.

Ouverte par le Directeur Général de l’ARMP, Théophile Kossi René Kapou, cette session de formation a pour objectif de doter les journalistes et les représentants des organisations syndicales, associations et ONG impliqués dans la gouvernance économique et de lutte contre la corruption de moyens nécessaires pour exercer de façon responsable leur mission de veille et de contrôle.

Au cours de ces trois (3) jours que vont durer chacune de ces sept (7) sessions, les participants auront à se familiariser avec « les principes de base qui régissent la commande publique », « les explications des différentes étapes d’un processus d’acquisition publique de même que les pratiques réglementaires qui déterminent leur mise en œuvre », « les pratiques frauduleuses qui peuvent émailler les processus de passation et d’exécution de marchés » et « les règles d’éthique ».

« L’ARMP attend de vous de la même manière que vous participez à la vitalité des autres secteurs, vous vous impliquiez davantage dans la recherche de la bonne gouvernance dans le sous-secteur des marchés publics étant donné que ce segment de l’économie engloutit l’essentiel des crédits inscrits au budget de l’Etat pour la réalisation des investissements », a indiqué M. Kapou.

Démarrée ce lundi 7 novembre, la session de formation, financée par la Banque africaine de développement (BAD) à travers le Projet d’appui à la mobilisation des ressources et au renforcement des capacités institutionnelles (PAMOCI), prend fin le 22 novembre prochain.

Joseph Ahodo