La journée de la femme transformatrice célébrée à la 2ème foire «...

La journée de la femme transformatrice célébrée à la 2ème foire « Made in Togo »

SHARE
Une vue des participants à la présentation
Une vue des participants à la présentation

Les activités de la 2ème édition de la foire « Made in Togo » se sont poursuivies ce mercredi avec la célébration de la journée de la femme transformatrice. Une journée essentiellement marquée par une conférence sur les activités et résultats du projet TCP/TOG/3503/FAO relatif à l’appui aux actions des femmes en matière du respect des normes de qualité et de transformation des produits agricoles au Togo.

Cette conférence a été co-présentée par les consultants Layi Salami et Dr Kasia Tchalla. Selon les conférenciers, il a été réalisé dans le cadre de ce projet, l’état des lieux sur l’aspect marketing des produits transformés au Togo.

Il ressort de l’étude que beaucoup de produits sont transformés à l’intérieur du pays mais ils ne sont pas visibles sur le marché pour être vendus. Il a été également remarqué que la plupart des produits n’ont pas d’étiquette ou d’emballage adéquat et leur présentation fait également défaut.

L’autre remarque selon M. Salami, est relative au fait que les femmes ont effectivement des produits mais ne savent pas comment les promouvoir et les mettre sur le marché afin de les valoriser, d’où la nécessité de l’aspect marketing.

Ces résultats ont donc naturellement conduit à l’élaboration des modules de formation sur le marketing qui ont été animés à l’intention des femmes dans le cadre du projet. La première session a été organisée en avril dernier pour les femmes de la partie septentrionale du pays où elles ont été appelées à présenter des produits de bonne qualité, qui soient certifiés, analysés, et bien emballés et à voir comment fixer le prix de ces produits afin qu’ils soient à la portée des consommateurs.

Il a été également montré aux femmes transformatrices, les différents circuits de commercialisation des produits locaux transformés notamment les boutiques « vitrine des produits du terroir », « BoBar », le « Marché du paysan » ou encore « Togossimé ».

Il est également prévu dans le cadre du projet, une étude de marché qui fera ressortir les différents mécanismes et les différentes opportunités pour une meilleure vente des produits locaux togolais.

« De façon ramassée, les produits ‘’Made in Togo’’ sont naturels et ont une forte valeur ajoutée. Ce qui reste à faire, c’est de bien les présenter et de les faire connaitre pour qu’ils soient suffisamment consommés, ce qui va créer de la richesse pour les femmes transformatrices au Togo », a souligné Layi Salami.

David SOKLOU / Irène MINTRE