Kara : 65 Ecoles primaires publiques couvertes par le programme des cantines scolaires

Accroître l’accès  des  enfants des Communautés  les plus  pauvres du Togo à des repas  scolaires réguliers, ce qui  devrait en retour améliorer la  fréquentation  et la rétention  dans les écoles  des zones ciblées : tel est le principal objectif du programme de cantines scolaires mis en œuvre depuis 2008 au Togo. Dans la région de la Kara, elles sont au total 65 Ecoles primaires publiques des villages les plus vulnérables à bénéficier de cette initiative pour le bonheur des apprenants.

Pour le compte de l’année 2020, au total 18.542 élèves ont  bénéficié des repas chauds dans les 65 écoles ciblées dans cette région du pays.

Le programme de cantines scolaires consiste en effet à fournir un repas chaud aux écoliers chaque jour de classe. Les repas sont préparés sur place par des femmes dites « Mamans-cantines » sur la base des menus définis ensemble avec la communauté. A la veille de chaque rentrée scolaire, les mamans cantines renforcent leurs capacités sur l’art culinaire.

Pour leur part, les comités parents d’élèves (CPE) assurent les décaissements des fonds aux mamans cantines en complément du financement de l’État pour assurer la fourniture des repas aux écoliers.

Autres fois financées par la Banque mondiale, les cantines scolaires sont désormais financées par l’Etat togolais avec la nouvelle approche « Contribution communautaire » démarrée depuis la rentrée scolaire  de l’année 2020-2021. Conformément à cette nouvelle approche, un repas chaud équivalant à 125 f (115f par l’Etat et 10f de  contribution communautaire) est fourni chaque jour d’écoles à chacun des élèves bénéficiaires.

Au cours de  l’année  scolaire  2019-2020,  les cantines scolaires ont fourni au total 1 730 676 plats aux 18 542 élèves des écoles touchées dans la Kara.

Sur le plan national, les Cantines scolaires touchent 97.518 écoliers dans 315 écoles des cantons pauvres et vulnérables du pays.

Pour rappel, le volet « cantine scolaire »  est une sous composante du projet de Filets sociaux et services de base (FSB)  piloté  par l’Agence nationale d’appui au développement à la base(ANADEB).

David S.