La C14 dénonce des « anomalies graves » liées aux élections municipales

La C14 dénonce des « anomalies graves » liées aux élections municipales

SHARE
image_pdfimage_print

Quatre (4) jours après la proclamation des résultats provisoires des élections municipales du 30 juin dernier par la Commission électorale nationale indépendante (CENI), les leaders de la coalition de l’opposition (C14) ont effectué une sortie médiatique pour dénoncer plusieurs « anomalies graves » liées à ces élections, tout en appelant à la remobilisation pour la lutte en faveur de l’alternance politique au Togo.

En conférence de presse ce mardi a Lomé, les premiers responsables de cette coalition ont fait observer que les résultats provisoires de ces élections ne sont en rien conformes à la réalité.

« Plusieurs anomalies graves ont entaché la fiabilité des élections locales que les populations togolaises ont attendues pendant des décennies et montré la mainmise totale du pouvoir sur l’ensemble du processus électoral », ont-ils indiqué dans une déclaration liminaire.

Au rang des anomalies évoquées par la coalition, « la révision des listes électorales totalement biaisée pour empêcher des citoyens de se faire inscrire, le refus délibéré de la CENI de sensibiliser les populations togolaises à participer aux élections locales, les conditions discriminatoires dans lesquelles les listes de l’opposition ont été invalidées dont 12 de la C14, la volonté d’opacité affichée par le pouvoir en refusant l’accréditation à tous les observateurs nationaux, les nombreux cas de fraudes notamment, les bourrages d’urnes, les violences exercées sur certains délégués de
la C14 notamment dans l’Ogou, le Kpendjal Ouest, le Tone et le Zio ».

Pour la C14, la plus grande leçon et le signal fort que les populations togolaises ont adressés à toute l’opposition à travers les résultats proclamés, est qu’elle est obligée de s’entendre si elle veut contrôler des mairies. « En clair, nos compatriotes ont voulu signifier par les suffrages exprimés que l’unité d’action de l’opposition est une nécessité incontournable », estime la C14.

Il faut rappeler que selon les résultats provisoires, c’est le parti au pouvoir UNIR (Union pour la République) qui a raflé la majorité des sièges avec 895 élus sur 1.490. Il est suivi de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) de l’ex-chef de file de l’opposition Jean Pierre Fabre qui obtient 134 conseillers municipaux, et la coalition de l’opposition (C14) avec 131 élus. L’union des Forces du Changement (UFC), le Nouvel Engagement Togolais (NET) et le MPDD décrochent respectivement 44, 33 et 25 sièges.

Elisabeth S.