La C14 projette une journée « Togo mort » le 04 décembre...

La C14 projette une journée « Togo mort » le 04 décembre prochain

SHARE
Mme Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson
Mme Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson
image_pdfimage_print

La coalition des 14 partis politiques de l’opposition tient à sa série de revendications au rang desquelles, l’arrêt du processus électoral en cours au Togo. A l’issue de leurs manifestations organisées ce samedi 1er décembre à Lomé et dans certaines localités de l’intérieur du pays, les leaders de la C14 ont appelé les populations à une journée « Togo mort » le 04 décembre prochain, date du démarrage du recensement électoral pour les élections législatives.

« Nous allons faire en sorte que le 4 décembre, même la mouche ne volera pas dans nos rues. Ce sera une journée Togo mort sur toute l’étendue du territoire. Je vous dis que Togo mort, c’est la petite partie des actions d’envergure que nous allons faire dans les prochains jours », a déclaré la coordinatrice de la coalition, Mme Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson.

Ces derniers jours, la coalition de l’opposition multiplie les manifestations de rue en faveur d’un accord pour des élections libres, transparentes et démocratiques avant toute poursuite du processus électoral.

« Les manifestations se poursuivent et c’est pour montrer qu’on ne peut pas organiser des élections dans le contexte actuel où une grande majorité de la population contexte l’organisation unilatérale de ce scrutin. C’est pour cette raison que les manifestations se poursuivent et vont se poursuivre sous toutes les formes légales », a indiqué Jean Pierre Fabre, chef de file de l’opposition et leader de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC), parti membre de la coalition.

Autre revendication de la C14, les réformes constitutionnelles et institutionnelles, la révision du cadre électoral y compris le droit de vote des Togolais de la diaspora, la libération des détenus politiques, le retour des réfugiés et des déplacés y compris le président national du Parti National Panafricain (PNP), Tikpi Atchadam.

Il faut rappeler que le recensement électoral avait été boycotté par les responsables de cette coalition qui n’ont pas non plus fait acte de candidature pour lesdites élections prévues le 20 décembre prochain selon la feuille de route de la CEDEAO.

Cris DADA