La CENI lance la campagne électorale pour les municipales dans les communes...

La CENI lance la campagne électorale pour les municipales dans les communes restantes

SHARE
Tchambakou AYASSOR, Président de la CENI
image_pdfimage_print

La campagne électorale pour les élections des conseillers municipaux dans les communes Avé 2, Bassar 4, Oti-sud 1, Wawa 1 et Zio 4 démarre ce mardi 30 juillet. Pendant 15 jours, les candidates et les candidats de ces entités territoriales mèneront une opération de charme pour conquérir le suffrage des électeurs de leurs communes respectives concernées par ces élections partielles.

A la veille de la campagne, le Président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), M. Tchambakou AYASSOR a rappelé à l’ensemble des acteurs impliqués, les exigences de tolérance, de respect mutuel, de courtoisie et de civisme, que doivent strictement observer les compétiteurs.

« Il est de notre responsabilité collective et individuelle d’œuvrer pour un scrutin apaisé qui passe, à notre avis, par une campagne sans invectives ni provocation ou actes de violences, d’ailleurs incompatibles avec les valeurs démocratiques et les prescriptions du code électoral », a indiqué le Président de la CENI.

« Cette phase du processus électoral, prescrite par le code électoral en ses articles 67 et 68, se déroulera conformément au décret en date du 24 juillet 2019, portant ouverture et clôture de la campagne électorale. Aux termes de ce décret, la campagne électorale s’ouvre ce mardi 30 juillet 2019 à 00 heure et prend fin le 13 août 2019 à 23 heures 59 minutes », a-t-il fait savoir.

Le 15 août prochain, les électeurs des cinq (05) communes concernées iront aux urnes, dans le cadre des élections partielles pour élire au total soixante-trois (63) conseillers municipaux, issus de vingt-quatre (24) listes.

Il faut rappeler que pour des raisons techniques et autres contraintes, les élections municipales du 30 juin dernier n’avaient pas eu lieu dans les communes Avé 2, Bassar 4 et Oti-sud 1. Par contre, les élections dans les communes de Wawa 1 et de Zio 4 avaient pour leur part été annulées par la chambre administrative de la Cour suprême pour cause d’irrégularités.

David