La Coalition de l’opposition dénonce des réformes « taillées sur mesure »

La Coalition de l’opposition dénonce des réformes « taillées sur mesure »

SHARE
Des leaders de la Coalition
Des leaders de la Coalition
image_pdfimage_print

Les réformes politiques adoptées à l’Assemblée nationale sont aux yeux de la Coalition de l’opposition, des dispositions « taillées sur mesure » afin de permettre à l’actuel Chef de l’Etat Faure Gnassingbé, de se représenter aux prochaines élections présidentielles. En conférence de presse ce jeudi 09 Mai à Lomé, les responsables de la Coalition ont exprimé leur indignation face à ces réformes qui limitent dorénavant, le mandat présidentiel de même que celui des députés et des membres de la Cour Constitutionnelle.

« C’est presqu’un non-événement dans la mesure où les réformes n’ont pas été effectuées dans le sens où les togolais l’attendaient. Si les togolais ont souhaité des réformes, c’est pour éviter que plus jamais, aucun togolais ne soit tenté  de gouverner le pays pendant plus de 10 ans. C’est ce qui les a poussés à mettre le verrou qu’il fallait dans la constitution de 1992. Un verrou qu’on a fait sauter, ce qui a posé le problème des réformes », ont expliqué les leaders de la coalition.

La coordinatrice de la coalition ira plus loin en estimant que « le régime de Faure Gnassingbé a montré aux togolais que la seule chose qui le préoccupe, c’est se maintenir au pouvoir ». « Le compteur est remis à zéro à partir de 2020 pour Faure Gnassingbé qui aura bouclé 15 ans au pouvoir », a indiqué Mme Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson pour qui l’alternance politique doit se réaliser au plus tard en 2020.

Au sein de ce regroupement de partis de l’opposition, l’on estime que seule l’alternance peut permettre de mettre en place une Assemblée nationale représentative, capable d’opérer « les vraies réformes telles que le veut le peuple togolais ». La coalition a saisi l’occasion pour lancer un appel à la mobilisation en faveur de la réalisation de l’alternance politique en 2020 puis de l’élection de « députés dignes de ce nom à l’hémicycle ».

Il faut rappeler que la réforme constitutionnelle consacre un mandat de 5 ans renouvelable une seule fois, pour le président de la République avec un mode de scrutin à deux tours. Mais le texte adopté indique que les mandats déjà réalisés et ceux qui sont en cours à la date d’entrée en vigueur de la présente loi constitutionnelle ne sont pas pris en compte dans le décompte du nombre de mandat (Article 158, alinéa 2).

Par ailleurs, le mandat des députés est également limité suite à cette révision constitutionnelle. Il est porté à 6 ans, renouvelable 2 fois. Celui des membres de la Cour constitutionnelle est également de 6 ans mais renouvelable une seule fois.

David S.