La coalition de l’opposition entre en campagne contre les législatives du 20...

La coalition de l’opposition entre en campagne contre les législatives du 20 décembre

SHARE
Des responsables de la C14 face à la presse (©aLomé)
Des responsables de la C14 face à la presse (©aLomé)
image_pdfimage_print

A partir de ce jeudi 06 décembre, la coalition des 14 partis politiques de l’opposition veut rentrer en campagne pour empêcher la tenue des élections législatives du 20 décembre prochain. Face à la presse ce mercredi à Lomé, la C14 qui exige l’arrêt du processus électoral en cours, a en effet annoncé son programme de campagne destiné à appeler les populations à « empêcher le coup de force électoral contre la feuille de route et les lois de la République ».

Au programme de cette campagne qui s’étendra jusqu’au 18 décembre 2018, des caravanes de sensibilisation dans les rues de Lomé et les villes de l’intérieur du pays, un culte protestant, une messe et des prières musulmanes aux intentions du Togo de même que des marches synchronisées à Lomé et sur toute l’étendue du territoire.

« Les élections prévues le 20 décembre constituent un grave danger pour le Togo. Elles ne doivent pas avoir lieu », ont estimé les leaders de la coalition, invitant les corps organisés et toute la société togolaise à manifester de la meilleure manière possible « leur rejet du coup de force électoral en cours ».

Les responsables de ce regroupement de partis ont en outre lancé un appel aux facilitateurs et à la CEDEAO afin qu’ils prennent leurs responsabilités pour « éviter aux populations togolaises des violences et massacres que peut engendrer le simulacre d’élection en cours ».

Au Togo, la campagne électorale pour les prochaines élections législatives élections a démarré le 04 décembre pour une période de 15 jours.

Les samedi 17 novembre, jeudi 29 novembre et samedi 1er décembre derniers, la coalition était déjà dans les rues de Lomé et de plusieurs villes du Togo ont pour demander l’arrêt du processus électoral unilatéral en cours. Autres revendications, la mise en œuvre des réformes constitutionnelles et institutionnelles conformément à la feuille de route de la CEDEAO, la réforme du cadre électoral et la réalisation des mesures d’apaisement notamment la libération des détenus politiques et le retour des réfugiés et exilés y compris le président national du Parti National Panafricain (PNP), Tikpi Atchadam.

Cris DADA