La compagnie « ABvies » offre des fournitures scolaires aux élèves à...

La compagnie « ABvies » offre des fournitures scolaires aux élèves à Atakpamé

SHARE
Une image des lots de fournitures scolaires
image_pdfimage_print

La compagnie artistique et culturelle « les Ambassadeurs de Vies (ABvies) » a organisé pour la 10ème  fois consécutive ce 8 septembre à son siège à Atakpamé dans la préfecture de l’Ogou, une soirée de spectacle dénommée « Bye Bye Vacances ». Elle a cet effet offert des fournitures scolaires aux élèves membres de son association.

Ils sont au total 160 apprenants du cours primaire au secondaire cycle 1 à bénéficier chacun d’un kit scolaire avec une particularité réservée aux meilleurs. Ces fournitures sont composées de cahiers de 100 et 200 pages, des tissus kaki, des ensembles géométriques, des couvertures, des stylos à bille, des crayons de couleurs, le tout évalué à 1.450.000 FCFA. Outre ces fournitures, les élèves ont également bénéficié des œuvres d’évangélisation de l’église des Assemblées de Dieu.

Selon le directeur du centre ABvies , M. Hounzangli Sena, cette action répétitive de don symbolique chaque année s’inscrit dans le cadre d’un projet d’assistance que son association apporte aux parents d’élèves pour assurer la rentrée scolaire à leurs enfants.

Quant aux œuvres bibliques, elles feront des enfants bénéficiaires les disciples de Jésus. En remerciant tous ses partenaires, il a formulé le vœu que ce geste fasse remonter le taux de scolarisation dans la commune d’Atakpamé.

Cette édition de « Bye Bye Vacances » a été marqué plusieurs autres activités notamment une projection de films, un match play station Pro 2019, le discipolat et une grande sensibilisation sur les violences sexuelles par les membres du Youth Panel.

Créée en mai 2006, la compagnie ABvies en dehors de la culture, œuvre également dans la promotion du droit de l’enfant, la citoyenneté et l’éducation. Son ambition est de contribuer à l’épanouissement socio-économique et culturel des communautés en vue d’un développement humain durable.

De notre correspondant à Atakpamé, Evrard Nomanyo