Jean Kissi condamne la manifestation de Zéglé dans (Zio)

Jean Kissi condamne la manifestation de Zéglé dans (Zio)

SHARE
image_pdfimage_print

La manifestation du 22 août dernier entre les forces de l’ordre et de sécurité et les populations de Zéglé dans la préfecture du Zio qui réclamaient l’amélioration de leurs conditions de vie en raison des nombreux bénéfices que génère la vente des phosphates, a finalement fait « ôter la vie à un gendarme » et plusieurs blessés dans le camp des populations de cette localité.

Cette situation pouvait être gérée si seulement il y « avait des élus locaux dans cette localité ». C’est le point de vue du député à l’Assemblée nationale Jean Kissi du Comité d’action pour le renouveau (CAR) intervenant ce mercredi à Lomé sur la Radio Victoire Fm. Il pointe du doigt le chef de l’Etat Faure Gnassingbé de n’avoir toujours pas organisé les élections locales.

Pour lui, cette manifestation devait être évitée si la demande de manifestation était adressée au Président du Conseil de cette préfecture. Il dit ne pas comprendre pourquoi en lieu et place des autorités locales qui devaient aller discuter avec les populations, c’est plutôt des gendarmes qui atterrissent sur les lieux avec des gaz lacrymogènes.

« C’est un problème des élections locales que nous avons au Togo. Lorsque vous avez un certain nombre de ressources sur un sous-sol que vous voulez récupérer, c’est avec les élus locaux qu’il faut discuter. Ensuite ces derniers iront discuter avec la population à la base pour voir ce qu’il y a lieu de faire », a déclaré le député.

Selon lui, ceci n’est pas le cas. Tout est parti quand les populations avaient décidé de vendre les ciments amenés pour payer les maçons et les menuisiers, qui ont refusé de travailler pour faute de leur droit et c’est ce que la société voulait interdire qui a finalement dégénéré jusqu’à avoir mort d’homme.

« C’est impossible que sur un chantier public où on doit construire des bâtiments de relogement pour les gens, on ne puisse pas amener des ciments avec des mesures d’accompagnement. Il n’y a pas d’éléments palpable que cela devrait évoluer jusqu’à ce niveau, sauf la médiocrité de certaines personnes », a-t-il déploré.

Le député Kissi invite par ailleurs le Président de la République à intervenir pour dit-il ne plus avoir des morts d’hommes inutiles dans ces situations.

Joseph Ahodo