La valorisation des savoirs endogènes au centre d’un séminaire sous-régional à Lomé

La valorisation des savoirs endogènes au centre d’un séminaire sous-régional à Lomé

SHARE
Une vue des participants
Une vue des participants
image_pdfimage_print

« Valorisation des savoirs endogènes en Afrique », c’est le thème au centre d’un séminaire sous-régional qui a ouvert ses portes ce lundi 1er avril à Lomé. Pendant trois jours, les participants venus du Bénin, du Burkina Faso, du Mali, du Niger et du Togo vont proposer des voies et moyens pour une application alternative de ces savoirs dans tous les domaines de la vie, au profit des populations africaines.

Le séminaire ouvert par le Ministre togolais en charge de la culture Kossi Egbétonyo, a en effet pour objectif de mettre en lumière les apports des savoirs et savoir-faire endogènes africains dans le développement, afin qu’ils soient intégrées aux processus d’éducation et de formation.

Il est initié par l’Organisation islamique pour l’éducation, la science et la culture (ISESCO) dans ses activités de promotion des savoirs endogènes en Afrique. Les travaux permettront aux participants d’approfondir leur savoir et de renforcer leur capacité de mise en œuvre des programmes de valorisation des savoirs endogènes, et d’initier le développement de réseaux de communication et de coopération entre pays africains dans ce domaine.

Selon Papa Toumané NDiaye, Consultant en patrimoine culturel, le savoir endogène, c’est le savoir propre à l’Afrique : par exemple comment les africains se soignaient, comment ils gouvernaient et comment ils pratiquaient la justice. « Je pense que les difficultés actuelles de l’Afrique émanent du fait que nous ne croyons plus en nous. Quand un problème se pose, on fait appel à l’aide extérieur, à la réflexion extérieure. On se trompe avec les idées des autres », a-t-il indiqué.

Le Ministre de la culture, du tourisme et des loisirs a dans son intervention, rendu un hommage à l’ISESCO pour ses activité de promotion des savoirs endogènes. Il a par ailleurs émis le vœu de voir tous les pays d’Afrique individuellement et collectivement, prendre conscience de la nécessité d’opérer un retour aux origines afin de s’abreuver aux sources vivifiantes qui selon lui, fondent l’identité intrinsèque et singulière de l’Afrique.

Ce séminaire réunit des cadres ayant une expérience professionnelle dans le domaine de la promotion des savoirs endogènes. Il est encadré par des experts de haut niveau du Sénégal et du Togo.

David S.