La violence armée en milieu scolaire : Des élèves, enseignants et parents d’élèves sensibilisés à Atakpamé

Une campagne de sensibilisation en milieu scolaire sur la violence armée entamée lundi dernier dans les plateaux-est a prend fin à Atakpamé ce 29 janvier dans les lycées d’Agbonou et d’Atakpamé.

Cette sensibilisation s’inscrit dans le cadre d’un projet de la Commission Nationale de Lutte contre la Prolifération, la circulation et le trafic illicites des Armes Légères et de petits calibre (CNLPAL), appuyé par le gouvernement et piloté conjointement par le ministère des enseignements primaire, secondaire, technique et de l’artisanat, le ministère de la santé et celui de l’administration territoriale, de la décentralisation et du développement des territoires ainsi que les préfectures de ladite région et les responsables des établissements concernés.

Elle vise à cultiver les vertus de la non-violence chez l’apprenant, à prévenir et à conscientiser la jeunesse scolaire sur les dangers liés à la violence armée et toutes les autres formes de violence afin de préparer cette dernière à être actrice de paix et de développement durable du Togo.

Les bénéficiaires ont été non seulement édifiés sur la violence liée aux armes légères et de petit  calibre mais également sur la pandémie de la Covid-19 (les symptômes et les mesures de lutte contre sa propagation).

Ils ont été entretenus  par l’inspecteur général de la police, Agba Tassa et du Médecin-commandant Gnazingbe Essonan, médecin-chef du centre de prise en charge Covid  d’Atakpamé en présence de plusieurs personnalités dont le préfet de l’Ogou, Akakpo Edoh.

Pour le vice président de la CNLPAL, Bouraïma Inoussa, l’école a une responsabilité sociale qui ne se limite pas à l’enseignement et à l’apprentissage. « Les établissements scolaires doivent leur offrir un cadre physique et psychosocial sain qui favorise leur bien-être, leur développement social et qui contribue à de meilleurs résultats scolaires », a-t-il ajouté.

Les rencontres ont pris fin par la création et l’installation des clubs de paix et les remises des dispositifs de lave main  couplées de celles des masques de protection dans lesdits lycées.

Depuis Atakpamé, Evrard NOMANYO