L’ANSAT achète 30 tonnes de riz auprès de la coopérative Patience à...

L’ANSAT achète 30 tonnes de riz auprès de la coopérative Patience à Kovié

SHARE
Image de sac de riz achetés à Kovié (©TVT)
image_pdfimage_print

Afin de prélever les excédents de production, des stocks de céréales pour garantir un stock national de sécurité alimentaire, l’Agence nationale de la sécurité alimentaire du Togo (ANSAT) lance chaque année, une campagne d’achat de céréales.

Elle commercialise ensuite ce stock pour faire face à une éventuelle pénurie et/ou spéculation sur l’ensemble du territoire national. C’est dans cette optique qu’elle vient d’acheter des tonnes de riz  aux producteurs à Kovié dans la préfecture de Zio.

Au total 30 tonnes de riz ont été achetées à Kovié à raison de 380.000 francs CFA la tonne auprès de la coopérative Patience, pour un coût global de 11.400.000 francs CFA.

« Pour ces premières semaines de la crise sanitaire, nous avons constaté que les Togolais aiment consommer les produits togolais notamment le riz local qui se produit à Kovié et Agomé Glozou qui est très prisé et apprécié des populations et qui se vend à 13.000F CFA le sac de riz long grain; mais nous avons aussi le riz importé japonais que nous vendons à 10.000 FCFA pour reconstituer les fonds de contrepartie qui contribue à soutenir le gouvernement togolais à la mise en œuvre des projets sociaux. Pour cette opération d’achat nous avons enlevé ici à la coopérative Patience, 30 tonnes de riz pour une valeur de 11.400.000F CFA. Il faudrait qu’en milieu paysan, on puisse saisir cette opportunité pour monter en gamme en terme de production et de mise en marché de façon à dépendre moins de l’extérieur », a indiqué le Col. Ouro-Koura Agadazi, Directeur général de l’ANSAT.

Pour les paysans ayant des difficultés à commercialiser leurs produits, faute de circuit de distribution adapté, les campagnes d’achats de céréales de l’ANSAT constituent une opportunité d’écoulement des produits. Cette nouvelle campagne a permis de renforcer l’autonomisation du producteur togolais à travers la bancarisation des organisations paysannes et des producteurs vivriers.

La Rédaction