Le CILSS s’engage à combattre l’insécurité le long des axes routiers ouest...

Le CILSS s’engage à combattre l’insécurité le long des axes routiers ouest africains

SHARE
Une vue des participants
image_pdfimage_print

Les acteurs impliqués dans le commerce régional des produits et intrants agricoles des pays membres du Comité Permanent Inter-Etats de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS) et de la CEDEAO, prennent part depuis ce mardi 18 juin à Lomé, à une rencontre de restitution et de validation du rapport de l’étude sur «  l’impact des conflits sur le fonctionnement des marchés nationaux et régionaux de produits céréaliers des différents pays du sahel ».

Initié par le CILSS, cet atelier de deux jours a pour objectif de permettre au Comité de suivi et aux acteurs clés des pays touchés par l’étude que sont le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad de prendre connaissance du contenu du rapport de l’étude et de son plan d’action.

Cette étude élaborée par le CILSS et soutenue financièrement par la Banque Africaine de Développement (BAD), est issue du constat de l’impact négatif des conflits sociopolitiques  sur le fonctionnement des marchés notamment dans la bande sahélienne mais également du constat des difficultés à faire circuler les produits dans l’espace CEDEAO.

« La réunion de ce jours a pour  vocation de proposer des solutions sur l’impact des conflits sur les marchés à travers une étude qui a été réalisée par un cabinet d’étude  mais également à trouver des solutions sur les meilleurs circuits de commercialisation et les meilleures approches de commercialisation de tous les secteurs de commercialisation aussi bien des produits agricoles des intrants vétérinaire, et aussi proposer des solutions pour le renforcement du commerce entre les différents pays », a déclaré Ibrahima Cissé, expert en fluide commerciaux transfrontalier.

Pour le secrétaire permanent du CILSS au Togo, M. Julien Otchotcho, la validation de cette étude trouve son importance dans la mesure où le commerce intra-africain assure un approvisionnement régulier des différents marchés et garanti la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations.

Il sera question pour les participants lors de cet atelier de  donner leur appréciation sur le contenu du rapport, d’analyser les stratégies proposées, d’apporter leurs  contributions et aussi faire des commentaires en vue de valider et d’approuver le rapport et le plan d’action  afin d’en faire un document de travail.

Elisabeth S.